Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'asile à Snowdon laisse les Russes circonspects

Après six semaines passées à l'abri de l'aéroport Cheremetievo de Moscou, Edward Snowden a finalement été autorisé à en quitter la “zone de transit” muni de l'asile temporaire d'un an en Russie. Esquivant le cirque médiatique et parti semble-t-il en taxi, Snowden a réussi à garder secrète sa nouvelle destination. Son avocat russe, Anatoli Koutcherena, a déclaré que Snowden est “l'homme le plus recherché de la planète terre” [anglais] et que sa sécurité n'est donc pas garantie. Cette absence d'information n'a pas retenu les internautes d'imaginer Snowden dans sa nouvelle vie de résident russe.

Snowden's Asylum Documents. Youtube screenshot. August 2, 2013

L'autorisation d'asile de Snowden. Capture d'écran de Youtube. 2 août 2013

Snowden est devenu un personnage qui divise la Russie : son choix d'accrocher son wagon à la locomotive Poutine met l'opposition et les défenseurs des droits humains mal à l'aise, tandis que son statut d’ “espion” retourné lui aliène de nombreux partisans de Poutine. Des détracteurs de Snowden ont pris un malin plaisir à se le représenter ne trouvant pas le bonheur dans son nouveau chez-soi.

Sur LiveJournal, AlexThunder [russe] a une vision particulièrement sombre [russe] de l'avenir de Snowden, boulet pour le pouvoir russe :

Сейчас пошумят в новостях, найдут другую “сенасацию” и забудут все про него как про все прошлые “Oh my gosh is that really true!” Потом он небрежно оступится на лестнице где-то и упадёт неудачно, сломает себе шею. Ничего подозрительного – просто небрежность. И решительно никто по этому поводу не содрогнётся от ужаса.

On va maintenant faire du bruit aux informations, [puis] on trouvera une nouvelle “sensation” et on oubliera tout de lui comme dans tous les derniers “Oh my gosh is that really true!” [“c'est-y Dieu pas possible !”] Après quoi il trébuchera distraitement dans un escalier quelque part, fera une chute malheureuse et se cassera le cou. Rien de suspect – une simple distraction. Et absolument personne n'en frémira d'horreur.

Un autre blogueur, commentant [russe] la nouvelle de l'obtention par Snowden de l'asile sur le site d'Echo Moskvy, se montre plus compatissant que réjoui :

Ну Эдик-то России не видел, он видел лишь обложку впутенкратии. Надеюсь что ему интернет поможет разобраться … если конечно не обрезали провода вместе с языком – мы же не знаем соглашения, по которому ему разрешили поменять тюрьму ТАМ, на “свободу” (под колпаком) ТУТ

Eh bien, cet Edik-là n'a pas vu la Russie, il n'a vu que la façade de la Poutinocratie. J'espère qu'Internet l'aidera à comprendre … si évidemment on ne lui a pas coupé l'accès en même temps que la langue – car nous ne connaissons pas l'accord en vertu duquel on lui a permis d'échanger la prison LÀ-BAS contre la “liberté” (sous cloche) ICI

Il y a au moins un Russe en vue qui croit à un brillant avenir pour Snowden : Pavel Dourov, fondateur de VKontakte, le site de réseautage social le plus populaire en Russie, a écrit [russe] sur sa propre page VKontakte qu'il serait heureux que Snowden vienne travailler pour sa société :

В такие минуты чувствуешь гордость за нашу страну и сожаление по поводу курса США — страны, предающей принципы, на которых она некогда была построена. Приглашаем Эдварда в Петербург и будем рады, если он решит пополнить звездную команду программистов ВКонтакте. В конце концов, нет более популярной европейской интернет-компании, чем VK. Думаю, Эдварду может быть интересно заниматься защитой личных данных миллионов наших пользователей.

Dans un pareil moment on sent de la fierté pour son pays et du regret pour les USA, un pays qui trahit les principes sur lesquels il a été bâti. Nous invitons Edward à St. Pétersbourg et serons heureux s'il décide de rejoindre notre équipe étoilée de programmeurs à VKontakte. En fin de compte, il n'y a pas en Europe d'entreprise internet plus populaire que VKontakte. Je crois que cela intéressera Edward de travailler à la protection des données personnelles de nos millions d'utilisateurs.

Dourov a eu des relations orageuses [GV, anglais] avec les autorités russes et fait profil bas depuis qu'il a été accusé de délit de fuite après un accident avec un policier de la circulation de St. Pétersbourg (les poursuites ont été ensuite abandonnées [GV, anglais]). Sa proposition peut s'interpréter comme une tentative de rentrer en grâce auprès de l'élite russe, une sincère sympathie idéologique avec un confrère libertaire (Dourov soutient les initiatives de liberté d'internet), ou un simple coup médiatique.

La réaction la plus cinglante à l'octroi de l'asile à Snowden est peut-être venue de Roman Dobrokhotov, un jeune journaliste et opposant de la première heure, qui avait déjà relevé [russe] la similitude entre PRISM et le système russe de surveillance d'internet SORM [GV Advocacy, anglais]. Dobrokhotov s'est fendu sur sa page Facebook d'une “lettre ouverte à Edward Snowden”, reprise sur les sites web d’Ekho Moskvy [russe] et Novaya Gazeta [russe], puis traduite en anglais sur Index on Censorship. Un texte dont chaque mot fait mouche :

Вчера я узнал о том, что тебе удалось все-таки получить в России временное убежище. Поздравляю тебя от лица всей прогрессивной мировой общественности. Теперь ты, наконец, в безопасности. Здесь, в России, никто и не подумает преследовать тебя за какие-то там разоблачения спецслужб, прослушивающих телефоны и читающих чужие письма без решения суда. Ибо у нас, слава богу, правовое государство – российские спецслужбы еще с 2008 года имеют полное законное право прослушивать телефонные разговоры и читать электронную почту, всем это известно и разоблачать нечего…

J'ai appris hier que tu avais réussi malgré tout à obtenir l'asile temporaire en Russie. Mes félicitations au nom de toutes les organisations progressistes dans le monde. Te voilà maintenant enfin hors de danger. Ici en Russie, nul n'aurait l'idée de te pourchasser pour une quelconque révélation sur les services spéciaux qui écoutent les téléphones et lisent sans mandat la correspondance d'autrui. Car chez nous, grâce à Dieu, il y a un État de droit : depuis 2008 les services spéciaux ont une pleine habilitation par la loi d'écouter les conversations téléphoniques et de lire les courriers électroniques, tout le monde le sait et il n'y a rien à révéler…

Dobrokhotov conclut sa lettre avec quelques conseils sardoniques :

[…] не нарушай правила дорожного движения пока не станешь депутатом, не трать деньги на покупку квартиры (просто познакомься с Рамзаном Кадыровым), учись играть в бадминтон, а если предложат выдвигаться в мэры Москвы – не соглашайся, это разводка!

[…] n'enfreins pas le code de la route avant de devenir député, ne dépense pas d'argent à acheter un appartement (fais juste la connaissance de Ramzan Kadyrov [anglais]), apprends à jouer au badminton [anglais] et si on te propose d'être candidat à la mairie de Moscou, refuse : c'est un piège !

L'avenir de Snowden est incertain. Il est un hôte de l'Etat russe et il lui sera sans doute demandé de ne pas mésuser de cette hospitalité en faisant des déclarations critiquant le pouvoir. Son statut est temporaire et fera probablement l'objet d'un nouvel examen à son expiration, de plus il n'est pas précisé s'il pourra pendant cette période sortir de Russie pour se rendre dans un des autres pays lui ayant offert l'asile. S'il veut échapper à un long séjour en prison chez lui, Snowden n'aura plus qu'à faire profil bas et espérer qu'un dégel diplomatique entre les USA et la Russie ne conduise pas à son extradition.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site