Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La police de Moscou rassemble les migrants dans des “camps de concentration”

[sauf mention contraire, les liens renvoient vers des pages en russe] Après les rafles [anglais] de la police effectuées la semaine dernière sur les marchés en plein air de Moscou, des milliers de prétendus immigrants clandestins y travaillant ont été arrêtés et placés dans des campements de fortune en attendant que les autorités décident de leur sort. Le photographe, blogueur et militant du développement urbain Ilya Varlamov est parvenu à accéder à l’un de ces centres de détention et à le photographier. Varlamov a ensuite raconté ce qu'il a vu sur son blog, décrivant des conditions déplorables :

Лагерь представляет из себя просто палатки, которые стоят на голом асфальте. Даже настила нет. Нет нормальной воды, нет электричества. Вообще люди в лагере по-моему не понимают, что с ними происходит.

Le camp est simplement constitué de tentes, dressées sur l’asphalte nu. Il n’y a même pas de revêtement sur le bitume. Il n’y a ni eau potable, ni électricité. Selon moi, globalement, les gens dans le camp ne comprennent pas ce qui leur arrive.

Detainees inside the detention center in Galyanovo. YouTube screenshot.

Des détenus sur des lits superposés dans le centre de détention à Galyanovo. Capture d’écran de YouTube.

Le billet de Varlamov a suscité plus de 700 commentaires. Beaucoup d’entre eux méprisaient ses sentiments. Par exemple, un internaute a écrit :

Не вижу дагов на фото

Je ne vois aucun “Dag” [terme péjoratif pour les habitants du Daguestan] sur ces photos

Il faisait probablement référence au fait que la plupart de ces détenus étaient des ressortissants vietnamiens qui occupent des emplois sans qualification sur les marchés. Contrairement aux travailleurs issus du sud de la Russie et des anciennes républiques soviétiques, les Vietnamiens ne sont pas les cibles habituelles lorsque les nationalistes russes parlent du « problème de l’immigration ». Un autre internaute a répondu sarcastiquement :

Может, потому что Дагестан — это Россия, а они — граждане?

Peut-être parce que le Daguestan fait partie de la Russie, et qu’ils [les habitants du Daguestan] sont des citoyens russes ?

The detention center consists of tents on bare asphalt. YouTube screenshot.

Le centre de détention se compose de tentes posées sur l’asphalte et de latrines. Capture d’écran de YouTube

Un internaute de Krasnodar, une région du sud de la Russie, notait :

не только в москве такая тема. у нас уже не один год стоит

Des choses pareilles n’arrivent pas seulement à Moscou. Nous avons un de ces camps depuis plus d’un an

La Russie possède l’une des plus grandes populations de migrants des pays de l’OCDE – 11 millions de migrants vivent ici selon un récent rapport de l’OCDE. La Russie ayant un régime de liberté de mouvement avec les anciennes républiques soviétiques, beaucoup de ces migrants résident légalement dans ce pays (bien que certains ne possèdent pas de permis de travail). Néanmoins, les autres migrants, tels que les Vietnamiens, sont clandestins et expulsables.

Cette large population de migrants étrangers, combinée à la vaste migration interne des républiques autonomes de Russie, est en partie responsable de la résurgence des sentiments nationalistes constatés ces dernières années. Alexander Afanasyev, un blogueur, a posté une vidéo de plusieurs migrants détenus par la police, applaudissant ce nouveau développement et la sévérité de la police :

Я считаю, что полиция действовала очень грамотно. Мигрантов было примерно в 10 раз больше, чем полицейских. Что у них на уме − никто не знает. Возможно, если бы не принятые меры, мы получили бы еще один случай расправы над полицейскими. Ну а по поводу ощущений самих гастарбайтеров и их дискомфорта, я хотел бы задать вопрос − а кто нибудь их сюда заставлял приезжать? Звал?

Je crois que la police a agi très judicieusement. Il y avait environ dix fois plus de migrants que de policiers. Qui sait ce qu’ils avaient en tête ? Si des précautions ne sont pas prises, nous aurions peut-être une autre attaque contre un policier. Et sur les sentiments des travailleurs migrants et leur manque de confort – j’aimerais poser une question – quelqu’un les a-t-il fait venir ici ? Quelqu’un les a-t-il invités ?

De nouveau sur le blog de Varlamov, plusieurs commentateurs essayé d’instruire les autres lecteurs :

У них просто средств нет, чтоб вернуться домой. Билет москва-сайгон стоит около тысячи долларов.

Ils n’ont tout simplement pas les moyens de rentrer chez eux. Le billet Moscou-Hô-Chi-Minh-Ville coûte près de 1000 dollars.

Quelqu’un a répondu :

а билет Сайгон-Москва бесплатный?

Et un billet Hô-Chi-Minh-Ville-Moscou est gratuit, peut-être ?

Un autre lecteur a expliqué comment les migrants vietnamiens arrivent à Moscou :

эти люди приехали за счет компании по контракту работать в россии на период 1-3 года. за это время окупается и билет, и проживание, и еще немногомного денег они отправляют родственникам во Вьетнам.

потом, по окончании контракта, некоторые из них (меньшинство, кстати) “сбегают”… и продолжают, уже нелегально, жить в РФ.

Ces gens viennent aux frais d’une compagnie qui signe un contrat avec eux pour qu’ils travaillent en Russie pendant un à trois ans. Pendant ce temps, ils couvrent le coût du billet et les frais de subsistance, et envoient un peu/beaucoup d’argent à leurs proches au Vietnam. Plus tard, lorsque le contrat a expiré, certains d’entre eux (une petite partie) « s’échappent »… et continuent de vivre en Russie clandestinement.

Quelques blogueurs, comme l’activiste social Mitya Aleshkovsky, appellent déjà les centres de détention des « camps de concentration » à cause des conditions de vie, tandis que l’écrivain et politicien Edouard Limonov parle de « crime contre l’humanité ». Aleshkovsky était déjà sceptique quant à l’efficacité de tels centres :

основной ужас заключается даже не в самом факте существования концентрационного лагеря в столице нашей родины. Основной ужас в том, что существование концентрационного лагеря в Москве — это все чистой воды по-ка-зу-ха.

La chose horrible n’est même pas qu’un camp de concentration existe dans notre capitale. L'horreur fondamentale, c’est qu’il s’agit simplement d’une mise en scène.

Le blogueur LED Storm, sur LiveJournal, pense de même que le vrai problème est plus proche :

главным источником криминалитета на рынках являются сами менты.

La source principale de l’activité criminelle dans les marchés provient des policiers eux-mêmes.

Cependant, pour d'autres, c'est tout simple :

закон они нарушили – нелегальное пересечение границы и нахождение в стране без регистрации

Ils ont enfreint la loi – ils ont franchi illégalement la frontière, et restent dans le pays sans être déclarés.

Pendant ce temps, un sondage réalisé le 7 août par l’institut d’opinion publique VTsIOM, géré par l’Etat, révélait que 74% des Russes ont une opinion négative quant à l’afflux de travailleurs migrants. 53% des sondés ont déclaré être en faveur de lois sur l’immigration plus strictes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site