Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'impact de l'embargo américain sur la vie personnelle des Cubains

Les blogueurs cubains tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'île ont tenu une forme de manifestation en ligne cette semaine à travers des billets dans lesquels ils racontaient leurs expériences personnelles de l'embargo économique des Etats-Unis contre Cuba, qui dure depuis un demi-siècle.

L'embargo se retrouve aussi bien à “l'intérieur qu'à l'extérieur de Cuba, au-delà de la Méditerranée, ainsi que dans les Caraïbes.” Avec ces mots, la blogueuse cubaine Sandra Alvarez, auteure du blog Negra cubana tenía que ser [es] ouvre un post dédié à sa voisine Mayra, une habitante de Cuba, pour qui l'embargo imposé  par le gouvernement des États-Unis est “un énorme mensonge, une exagération.”

Sandra Álvarez, qui vit actuellement à Hanovre, en Allemagne, se souvient de son expérience en octobre 2011, au Costa Rica, quand un employé de banque l'a empêchée de percevoir un paiement parce que son passeport n'était pas “une des options proposées.”

Selon la blogueuse, l'employé de la banque, après  plusieurs appels, a confirmé qu'elle e pouvait procéder au paiement seulement si l'argent était au nom d'une personne qui n'était pas de Cuba. “Western Union est une société américaine et en raison de l'embargo, votre pays ne figure pas ici, votre passeport ne peut pas être utilisé pour retirer cet argent, même s'il vous est destiné.”

Photo de Panel Rock, extraite de Flickr sous licence CC BY-NC-ND 2.0.

La isla rebelde (l'Ile rebelle) [es] confirme le caractère extra-territorial des sanctions économiques et raconte   l’amende infligée récemment à la banque italienne Intesa Sanpaolo pour le transfert de 1 643 326 dollars entre 2004 et 2008 dans 53 transactions traitées destinées à Cuba.

Arthur Gonzalez, auteur du blog, souligne que ceci est conforme à la proposition de la Sous-secrétaire d'État Lester Mallory d'avril 1960 publié dans le livre du Département d'état américain “Foreign Relations USA” (Relations étrangères USA), qui a établi que “toute méthode concevable doit être utilisée rapidement pour affaiblir la vie économique de Cuba. Interdire le transfert d'argent et de biens vers Cuba pour diminuer la valeur des salaires réels et monétaires, afin de provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement “.

Cependant, d'autres blogueurs, comme Harold Cárdenas, l'un des auteurs de La Joven Cuba [es], raconte qu'il y a aussi un “embargo interne” à Cuba qui “se traduit à travers des points de vue et des interdictions obsolètes, qui semblent s'atténuer ces dernières années, mais qui continuent à être maintenues par une bureaucratie qui tente de résister ou d'entraver les changements nécessaires “.

Pour Harold Cárdenas :

Una forma de expresión del bloqueo interno ha sido utilizar a menudo la política de los Estados Unidos hacia Cuba como pretexto para justificar nuestras propias insuficiencias, la mala administración no puede achacarse solo a los condicionamientos externos, mucho tenemos de culpa nosotros mismos pero el chivo expiatorio sigue utilizándose. Lo peor de esto resulta en que al convertir el bloqueo norteamericano en fetiche se provoca que la gente lo ignore, lo descarte y lo olvide, bonito favor a los yanquis.

Un exemple de l'embargo interne a été d'utiliser fréquemment la politique des États-Unis envers Cuba comme prétexte pour justifier nos propres défauts. Les dysfonctionnements de l'administration ne peuvent être attribuées uniquement aux conditions extérieures, nous avons beaucoup de choses à nous reprocher, mais un bouc émissaire est toujours utile. Le pire, c'est qu'en faisant de l'embargo nord-américain un fétiche, on pousse les gens à l'ignorer, le rejeter et l'oublier, une belle faveur pour les Yankees.

Son billet, intitulé La isla de los dos bloqueos[es (L'île des Deux embargos) [es], a été repris sur le blog Aló presidenta do Brasil [pt].

Le groupe Facebook Cuban Americans for Engagement published [es] (Cubains américains pour l'engagement) a publié la demande que Kim Ng, Vice-président pour les opérations de la Major League Baseball (MLB), à adressée à Juan Francisco Puello, de la Confédération des Caraïbes, le 15 Juillet, pour annuler le retour de Cubains dans les séries des Caraïbes, d'où ils ont été absents depuis 1960.

Si Cuba retournait la prochaine saison dans les séries des Caraïbes, les ligues mexicaines et vénézuéliennes devraient jouer sans les joueurs de baseball qui appartiennent à la Ligue de baseball (MLB), la principale source de joueurs du circuit de la Ligue majeure, selon  Diario Libre [es] .

Selon Cubano-Américains pour l'engagement:

Resulta que cuando Cuba toma un paso positivo para acceder al profesionalismo y a un sistema más cercano al mercado en el beisbol, del otro lado quieren cerrar la puerta. A propósito, ¿no dicen los partidarios del embargo, que no hay bloqueo, que lo que defienden solo afecta a las relaciones con EE.UU?

Il semble que lorsque Cuba prend une mesure positive pour accéder au professionnalisme et à un système plus proche du monde du base-ball, on veuille lui fermer la porte. En parlant de cela, les partisans de l'embargo ne disent-ils pas qu'il n'y a pas d'embargo, que ce qu'ils défendent ne concerne que les relations avec les Etats-Unis ?

Les tensions entre les Etats-Unis et Cuba affectent la vie de millions de familles cubaines. 
Pour l'auteur du blog La mariposa cubana
 [es], il y a des embargos qui détruisent les familles, des souvenirs … et des vies, et ce à seulement 90 miles des côtes américaines.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site