Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : la première telenovela en langue Maya

Les liens pointent vers des pages en anglais, sauf mention contraire.

Rising Voices s'intéresse la plupart du temps aux nouvelles technologies de l'ère numérique comme outils de changement social. Mais qu'en est-il de la capacité des médias traditionnels tels que la télévision, à donner la parole aux communautés autochtones ? Grâce à une nouvelle émission, les Mayas d'Amérique centrale vont pouvoir imprimer leur marque sur l'une des plus grandes réalisations médiatiques d'Amérique latine: les telenovelas [en français].

Avec ce feuilleton télévisé en Maya yucatèque, une équipe mexicaine espère donner un nouveau souffle à cette langue chez les jeunes autochtones, le plus souvent des citadins. Baktún, le premier feuilleton au monde en Maya yucatèque, une langue Maya, a fait sa première [en espagnol] le 20 juin 2013 au Musée national d'anthropologie de Mexico. La nouvelle a été relayée par les médias, dont le New York Times, AOL News, et Fox News Latina. L'équipe espère promouvoir et préserver la culture Maya grâce à ce feuilleton en 21 épisodes qui se penche sur les problèmes actuels d'adaptation et de maintien de la culture.

Tourné dans des villages ruraux de Quintana Roo (dans la péninsule du Yucatàn, au sud du Mexique), ainsi qu'à Cancún et à New York, la telenovela suit le parcours de Jacinto, un jeune homme maya qui doit faire face aux problèmes de l'immigration et de la préservation de ses racines culturelles. Dans la bande-annonce de Baktún (voir ci-dessous), on voit Jacinto quitter sa communauté d'origine et partir à New York où sa manière de penser et son mode de vie vont changer. Plus tard dans la série, il retourne dans son pays d'origine, le Mexique, afin de se réconcilier avec son héritage maya et de le faire revivre. Selon l'équipe de production, cette histoire reflète les préoccupations centrales du “Maya du 21ème siècle”.

Le premier épisode de la série sera diffusé ce mois-ci sur une chaine de télévision gratuite de l'état mexicain de Quintana Roo. Le magazine en ligne Sinembargo révèle [en espagnol] que l'équipe de production compte proposer la diffusion de l'émission à des chaines dans d'autres pays d'Amérique latine, dont la Bolivie et le Pérou, qui se sont dits intéressés par un format similaire pour d'autres langues locales.

Lancée à l'initiative du documentariste mexicain Bruno Cárcamo, la série a ensuite été réalisée par une équipe locale d'acteurs et de producteurs maya, avec le soutien de l'Institut national mexicain d'anthropologie et d'histoire. Le réalisateur avait remarqué que généralement, dans les communautés maya du Mexique,

…la lengua maya duerme de 6 a 8 de la noche, porque a esas horas toda la gente está viendo en televisión su telenovela favorita, donde todos hablan en castellano y nadie habla el maya.

…la langue maya était assoupie entre 18h et 20h parce qu'à cette heure-là, tout le monde est en train de regarder ses séries favorites à la télévision, dans lesquelles tout le monde parle espagnol et personne ne parle maya.

“Il s'agit d'un projet qui vise essentiellement à encourager l'usage de la langue maya, à la rendre utile, de sorte que ni la langue, ni la culture ne soient perdues”, explique Cárcamo sur NowThisNews. Il poursuit: “Une fois qu'une langue est perdue, la culture s'éteint rapidement.” Cárcamo a fait écho à ce sentiment dans une interview donnée à SinEmbargo:

Si se pierde una lengua no sólo se pierden palabras, se pierde un pueblo entero y eso puede suceder con los pueblos mayas de Yucatán.

Quand on perd une langue, on n'en perd pas que les mots ; on perd tout un peuple et cela pourrait arriver aux peuples mayas du Yucatán.

Selon l'Institut national mexicain de statistiques et de géographie (INEGI), la population autochtone de l'état du Yucatán est la deuxième du pays, après celle de l'état d'Oaxaca. Plus de 500 000 personnes parlent Maya [en espagnol] au Yucatán. Bien que “Maya” soit un terme générique utilisé pour désigner les peuples autochtones de la région, la réalité de leurs langues est plus nuancée. Sur le blog MetaFilter, un linguiste précise que la langue parlée dans la série Baktún est le Yucatèque, une forme de Maya parlée dans la péninsule du Yucatán au Mexique.

Baktun

Calendrier Maya, représentation d'un baktun. Domaine public via Wikimedia Commons.

L'utilisation de séries télévisées pour impulser des changements sociétaux n'a rien de nouveau. Ces émissions, qui attirent un grand nombre de téléspectateurs dans de nombreux pays en développement, ont été mises à profit en tant que “divertissement éducatif”. Une étude menée par la Banque interaméricaine de développement (BID) a par exemple confirmé que les séries télévisées au Brésil pouvaient être utilisées pour changer le comportement et l'attitude des téléspectateurs vis-à-vis du SIDA, de la fertilité, et des relations amoureuses – et seraient des outils d'action sociale particulièrement utiles dans les pays où le taux d'illettrisme est élevé ou l'accès à Internet limité. L'influence des séries télévisées dans de nombreux pays a fait l'objet de reportages à la BBC et dans le New York Times.

Outre les chaines de télévision, la diffusion des épisodes se fera sur YouTube. Le réalisateur/producteur est en effet conscient du fait que l'usage des téléphones portables et des réseaux sociaux est plus courant que la télévision dans les communautés maya.

L'accès aux technologies mobiles continue de se développer partout dans le monde, avec une importante concentration de mobiles constatée dans les régions à faible revenu. Selon la Banque mondiale (pdf) [en français], le nombre d'abonnés à un service de téléphonie mobile est passé de moins d'un milliard en l'an 2000 à plus de 6 milliards actuellement, parmi lesquels près de 5 milliards vivent dans des pays en développement. Cela pourrait avoir une influence sur les personnes autochtones. C'est en tout cas ce que souhaite le réalisateur Bruno Cárcamo: “Nous voulions montrer que l'on pouvait encore être fièrement Maya, même dans le monde moderne des médias de masse et de la communication numérique.”

Comme l'a expliqué le réalisateur dans un commentaire sur YouTube, le projet s'articule autour d'un long métrage et d'une mini-série de 20 épisodes. L'équipe de production a annoncé que les épisodes seraient disponibles prochainement sur Internet.

Pour suivre l'évolution du projet, vous pouvez suivre le compte Twitter officiel de Baktún @Baktun211212. Cliquer ici (pdf) pour télécharger une brochure informative sur la série.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site