Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Porto Rico : la question complexe de la peine de mort imposée par les Etats-Unis

Pendant le 5ème Congrès contre la peine de mort, qui s'est tenu récemment à Madrid, en Espagne, les participants se sont réunis pour discuter du cas de Porto Rico. Au cours de la troisième et dernière partie à laquelle ont participé le site Periodismo Ciudadano (PC) [es, comme tous les liens suivants] et Global Voices en espagnol, Elisa Moreno Gil, de PC, interroge des avocats et activistes porto-ricains pour comprendre la situation actuelle du pays caribéen, par rapport à l'imposition de la peine de mort par la Cour Fédérale. Pour accéder à d'autres articles sur le sujet, cliquez ici ou .

Etant donné son histoire coloniale et ses liens actuels avec les Etats-Unis, son système politique ‘d'Etat libre associé’ au Etats-Unis ne permet pas à Porto Rico le plein exercice du second article de sa Constitution, qui prévoit l'abolition de la peine de mort.

Afin de connaître les idées et opinions sur la situation compliquée de Porto Rico, sur  la peine capitale, lors du 5ème Congrès Mondial Contre la Peine de Mort qui s'est tenu à Madrid, nous avons interrogé quelques intervenants : Carmelo Campos Cruz, Président de la Commission des Droits des victime de Délits formé par l'Ordre des Avocats de Porto Rico, Kevin M. Rivera Medina, Président de la Commission sur la peine de mort de l'Ordre des Avocats de Porto Rico, et Evelyn Román d'Amnesty International.

 

De izquierda a derecha: Carmelo Campos Cruz, Evelyn Román y Kevin Miguel Rivera Medina.

De gauche à droite : Carmelo Campos Cruz, Evelyn Román et Kevin Miguel Rivera Medina.

Dans sa présentation “Porto Rico, la dimension inconnue de la peine de mort”, Carmelo Cruz a dénoncé le fait que les Etats-Unis continuent à promulguer des lois qui ne prennent pas en compte la volonté du peuple porto-ricain. Sur l'île de Porto Rico, la peine capitale peut être appliquée dans certains cas qui tombent sous la juridiction fédérale des Etats-Unis.

Porto Rico n'a pas procédé à une exécution depuis 1927, bien qu'il soit l'un des pays avec un taux de criminalité important, parmi les plus hauts du monde. De récentes fusillades, comme celle survenue au bar La Tómbola, n'ont pas poussé les habitants de Porto Rico à envisager la peine de mort comme une sanction possible devant la Cour Fédérale.

Periodismo Ciudadano (PC) : Ces congrès de grande ampleur internationale sont d'ordinaire organisés dans des pays comme la France ou l'Espagne. Quel effet ont-ils en Amérique latine, et dans ce cas-ci à Porto Rico ?

Carmelo Campos-Cruz (CC): En el caso de América Latina donde se ha abolido (la pena de muerte) en todos los países, excepto Cuba y Guatemala, el impacto que tiene no es tanto, no es un asunto que se hable mucho en la región.  En el caso de Puerto Rico es importante porque nosotros tenemos la aplicación de la pena de muerte no por nuestros tribunales sino por imposición del Gobierno de los Estados Unidos; así que, estar en este tipo de actividades, compartir con compañeros y compañeras de otras organizaciones, conocer sus experiencias, hacer alianzas… es un ingrediente importantísimo para nosotros poder ser efectivos en nuestra lucha en nuestra patria.

Carmelo Campos-Cruz (CC) : Dans le cas de l'Amérique latine, où la peine de mort a été abolie dans tous les pays, à l'exception de Cuba et du Guatemala, l'effet n'est pas très significatif, ce n'est pas un sujet très discuté dans la région. Dans le cas de Porto Rico cela a son importance, parce nous nous avons l'application de la peine de mort non par la volonté de nos tribunaux, mais imposée par le  gouvernement américain. Donc, participer à ces événements, échanger avec les collègues d'autres organisations, connaître leurs expériences et établir un partenariat, ce sont autant d'éléments fondamentaux qui nous donnent la possibilité d'obtenir des résultats dans la lutte que nous menons dans notre pays.

PC :  54% de la population de Porto Rico maintient sa position abolitionniste de la peine de mort. Cependant [comme l'a montré un sondage publié dans le journal El País le 12 avril 2013] au cours des dernières années ce chiffre a diminué de 10%. Pensez-vous que ce soit dû à l'influence américaine  sur l'île ?

CC: Las estadísticas hay que saber cómo tratarlas. La otra encuesta que te estabas refiriendo estaba hecha con una metodología diferente. En esta encuesta no es solamente sí y no, sino que hay “en algunas circunstancias”, “no sé”. Si fueran a calibrarse seguramente serían resultados bastante similares.

Pero vamos a asumir la premisa de la pregunta, de que ha descendido 10 puntos. Es que Puerto Rico se encuentra en un momento donde la criminalidad es muy elevada, es de los países con la tasa de asesinatos más alta, con una tasa de resolución de asesinatos muy baja, un sentido de impunidad muy alto, lo que es una frustración que puede llevar al pueblo a reclamar ese tipo de medidas, que son inefectivas y van contra los derechos humanos, pero que sin una educación efectiva son traídas a la mesa para discusión.

CC : Il faut savoir comment analyser les statistiques. Le sondage auquel vous faites référence a été conduit avec une autre méthodologie. Dans ce sondage les choix possibles n'étaient pas seulement “oui” ou “non”, mais aussi “en aucune circonstance” et “je ne sais pas”. Si les deux sondages avaient été plus clairs, nous aurions obtenus des résultats assez similaires.

Mais admettons le préambule de votre question, qu'il y ait eu une baisse de dix points. Le fait est que Porto Rico traverse actuellement une période de forte criminalité ; c'est un pays qui enregistre un taux d'homicides parmi les plus élevés au monde, un taux de résolution des affaires très bas, et un sentiment d'impunité élevé. Ce qui peut conduire les gens à être favorable à ces mesures, qui sont inefficaces et contre les droits de l'homme, mais sans une éducation efficace, il est normal qu'elles soient prises en considération.

PC : Que signifie pour vous le terme “localement inapplicable” ?

CC: Estás haciendo referencia a un término que se utiliza en el Artículo 9 de la Ley de Relaciones Federales con Puerto Rico, que es la ley del Gobierno de EEUU que rige las relaciones entre puerto Rico y EEUU. Y ese artículo dice que las leyes que no sean “localmente inaplicables” van a aplicar. La realidad es que por las decisiones de los propios tribunales estadounidenses, es el propio Congreso quién decide cuáles leyes son inaplicables y cuáles no. Así que, un ejemplo bastante craso de lo que es la falta de autodeterminación de un pueblo cuanto aún lo que aplique o no lo que aplique está en la potestad de otra parte.

CC : Il s'agit d'un terme utilisé dans l'article 9 de la loi du gouvernement américain, qui établit les relations fédérales avec Porto Rico. Cet article énonce que quelle que soit la loi qui ne soit pas “localement inapplicable”, elle peut être mise en application. En réalité, étant donné que les décisions sont prises dans les même tribunaux américains, c'est le Congrès qui a le devoir de décider quelles lois sont applicables et lesquelles ne le sont pas. Par conséquent nous sommes  face à un exemple manifeste d'autodétermination ratée de la part d'une population, quand l'autre partie a le pouvoir de décider d'appliquer ou de ne pas appliquer les lois.

PC : Une dernière question : selon vous, pourquoi Porto Rico se démarque par le nombre élevé d'habitants favorable à l'abolition de la peine de mort ? Cela dépend de l'éducation ou de la tradition ?

CC: Eso no es algo nuevo. Si analizamos la historia de la imposición de la pena de muerte en Puerto Rico y de actos en contra de esa imposición de la pena de muerte. Desde el siglo XVI se documentaron casos del pueblo, de sacerdotes tratando de arrebatar gente que están a punto de ser ahorcados. A principios del siglo XX de carpinteros que se negaban a construir los cadalsos para el ahorcamiento, de ferreterías que se negaban a vender maderas para hacer cadalsos, de telegrafistas que se negaban a transmitir la información de si se había realizado una ejecución o no.

Yo creo que el hecho de ser una colonia pobre, primero bajo España, segundo bajo Estados Unidos, trae un sentido que se conoce de primera mano: la injusticia de parte del Gobierno, del Estado. Ese es el sentido de lo que tú planteas como justicia es totalmente arbitrario y que se tiene en dos varas, y que si eres pobre o eres negro vas a tener unas probabilidades mayores de ser ejecutado. Y eso se ha vivido en Puerto Rico hasta la última de las ejecuciones: que eran negros, mulatos, analfabetas. Pues yo creo que ese tipo de sensibilidad es la que nos lleva a decir: “no, esta no debe ser la alternativa. Por aquí no va la cosa.” Aun con unas tasas de asesinato bastante significativas. Esa es la reflexión que yo he podido hacer en estos años.

CC : Ce n'est pas une nouveauté. Si nous analysons l'histoire de la peine de mort sur l'île de Porto Rico, et des diverses tentatives pour l'éliminer, nous découvrons que déjà à partir du XVIe siècle, d'après quelques documents, il y a eu des cas de prêtres qui tentaient de sauver des criminels de la pendaison. Au début du XXe siècle, nous voyons des cas de charpentiers qui refusent de construire les structures pour la pendaison, des quincailleries qui ne veulent pas vendre le bois pour les construire, et des télégraphistes qui décident de ne pas transmettre les informations sur les exécutions.

Je crois que le fait que l'île soit une colonie pauvre, qui a enduré d'abord la domination espagnole et puis celle américaine, résulte explicitement de l'injustice subie de la part du gouvernement, de la part de l'Etat. En ce sens, ce qui est juste est totalement arbitraire et se mesure avec des paramètres différents. Si on est pauvre ou noir, on a plus de chance d'être exécuté. C'est ce que Porto Rico a vécu jusqu'à la dernière de ses exécutions, avec des condamnés noirs, mulâtres et analphabètes. C'est pourquoi je crois que cette sensibilité nous pousse à dire : “Non. Cela ne doit pas être une alternative. Ce n'est pas la solution”. Malgré le taux des homicides si élevé, c'est ce que j'ai constaté durant ces années.

Kevin M. Rivera Medina (KR): Hace sobre cien años, grupos que tuvieron mucho que ver con construir y desarrollar la nación portorriqueña estuvieron muy identificados con este derecho a la vida, en contra de la esclavitud también en muchos de ellos, y en contra de la pena de muerte. Ahí tenemos desde masones hasta grupos espiritistas, que desde muchísimo tiempo llevan esta lucha en contra de la pena de muerte. Así que sí, se ha desarrollado desde hace mucho tiempo. Lo otro, como muy bien decía Carmelo, cuando especialmente ya en tiempo recientes, cuando la pena de muerte quiere imponerse por encima de lo que son los deseos puestos en la Constitución de un pueblo, la gente reacciona y lo ve, de alguna manera, casi como un ataque a lo que es la idiosincrasia de un pueblo. Así que en ese sentido hay una importancia para nosotros como pueblo.

Ahora, hay una segunda importancia, y es la importancia de la experiencia portorriqueña para el resto del mundo, y es cómo un pueblo ha tenido que estar luchando contra imposiciones extranjeras sobre las cuales no ha podido decidir, no ha tenido ninguna representación y en ese sentido nosotros seguimos ahí firmes luchando por la vida. Y como aunque recientemente se ha querido seguir imponiendo la pena de muerte en Puerto Rico y, en este caso, por las autoridades federales de Estados Unidos, todavía hay jurados que en los casos más terribles, que más le duelen al pueblo, los casos criminales que realmente nos conmocionan como ciudadanos, nosotros decimos: “no, no, no, esa no puede ser la solución, nosotros no podemos estar matando para decir que matar es malo”.

Kevin M. Rivera Medina (KR) : Il y a plus de 100 ans, les mouvements impliqués dans la construction et le développement de la nation porto-ricaine s'identifiaient pleinement au droit à la vie, ils étaient contre l'esclavage, et beaucoup d'entre eux contre la peine de mort. Parmi ces groupes se trouvaient des franc-maçons et penseurs qui depuis longtemps mettaient en exergue la lutte contre la peine capitale. Donc oui, cela remonte à de nombreuses années. En outre, comme l'a dit Carmelo très clairement, c'est lorsque récemment la peine de mort a essayé de s'imposer contre la volonté du peuple, en apparaissant dans la Constitution, que les gens ont réagi à ce genre d'imposition, et  ils la voient presque comme une attaque contre leur identité. Donc en ce sens, ce fait est de grande importance pour notre identité collective.

Aujourd'hui il y a aussi un autre aspect important, c'est-à-dire celui de l'expérience porto-ricaine comme exemple pour le reste du monde. Un exemple qui montre comment un peuple a du lutter contre les diktats étrangers, sur lesquelles il n'a pas eu la possibilité de s'exprimer. Pour cette raison, nous continuons à combattre pour le droit à la vie. En outre, bien que depuis des années la peine de mort est toujours été imposée à Porto Rico par les autorités fédérales américaines, il y a encore des jurés qui face aux cas les plus terribles, qui infligent les pires douleurs aux citoyens, se lèvent et disent “Non, non, non ! Cela ne peut pas être la solution ! Nous ne pouvons pas tuer nos semblables pour montrer que tuer c'est mal”.

Evelyn Román (ER): Yo creo que es una combinación de la tradición abolicionista que tiene el país y en adición a la constante educación; tanto es verdad por la sociedad civil como por las organizaciones profesionales que trabajan en cuanto a esto, si eso se le suma a la cuestión de que la pena de muerte en Puerto Rico se podría aplicar por un país extranjero o por Estados Unidos, el pueblo va en contra de nuestras propias decisiones.

Evelyn Román (ER) : Moi, je crois qu'il y a un mélange de la tradition abolitionniste du pays et, en parallèle, le processus continu  d'instruction ; ce qui vaut autant pour la société civile que pour les organisations professionnelles actives dans ce domaine. A cela s'ajoute notre préoccupation qu'à Porto Rico puisse s'appliquer la peine de mort voulue par un Etat étranger ou par les Etats-Unis, ce qui nous contraindrait à agir contre notre propre volonté. 

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site