Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Avec un baiser, un joueur de foot remet l'homophobie sur le tapis

[Les liens conduisent à des pages en portugais, sauf mention contraire]

Une semaine après les manifestations contre l'homophobie menées par des athlètes pendant le Mondial d'athlétisme à Moscou, et suite aux déclarations de la championne Yelena Isinbayeva en faveur de la loi russe contre les gays, c'est au tour du Brésil, de débattre d'homophobie dans le sport.

Une photo partagée par le joueur du club des Corinthians, Emerson Sheik, a relancé la polémique sur les réseaux sociaux brésiliens. Sur cette photo, le milieu de terrain apparaît, fêtant la victoire de son équipe et embrassant un ami sur la bouche.

Imagem partilhada no instagram com 9.985 likes no momento de publicação deste artigo.

Photo partagée sur instagram ayant récolté 9.985 “likes” au moment de la publication de cet article, le 22 août.

En légende, Sheik a écrit:

Tem que ser muito valente, para celebrar a amizade sem medo do que os preconceituosos vão dizer. Tem que ser muito livre para comemorar uma vitória assim, de cara limpa, com um amigo que te apóia sempre.

Il faut être très courageux, pour célébrer l'amitié sans avoir peur de ce que les gens plein de préjugés vont dire. Il faut être très libre pour célébrer une victoire comme ça, sans arrière-pensées, avec un ami qui te soutient tout le temps.

Il aura suffit d'un baiser pour que le football, un milieu notoirement macho, se transforme en arène de débat sur l'homophobie.

Les critiques envers l'attitude de Sheik n'ont pas tardé à envahir la Toile, et ont vite débordées au-dehors. Un groupe de supporters, appartenant au groupe officiel Camisa 12, a organisé une manifestation au centre d'entrainement des Corinthians, exigeant des “excuses” et l'annulation du contrat du joueur. Le groupe brandissait des pancartes et des banderoles disant “Pas de pédés ici” (sic) et “Ici, y a que des hommes”.

Sur sa page officielle de Twitter, Camisa 12 (@Camisa12oficial) s'est exprimé disant :

Comme le rappelle Wilson Gomes, l'utilisation de termes en rapport avec l'homosexualité, dans un milieu comme celui du football, l'a toujours été dans le but de rabaisser l'autre. Il écrit:

Aliás, faço logo uma distinção: não importa “o caso do selinho de Sheik”; o que é interessante é o “o caso da escandalização por causa do selinho de Sheik”. Tenho cá comigo uma regra de antropologia social de que não abro mão: pode-se conhecer, e muito, uma dada cultura pela lista dos fatos com que ela fica escandalizada.

Soit dit en passant, je vais tout de suite faire une distinction: peu importe “le cas de la bise de Sheik”; ce qui est intéressant c'est “le cas du scandale à cause de la bise de Sheik”. J'ai par devers moi, une règle d'anthropologie sociale que je n'abandonnerai pas: on peut connaitre, en profondeur, une culture donnée par la liste des faits qui la scandalisent.

Em apoio a Sheik, artistas lançam beijaço e a campanha #SheikTamoJunto. Foto: Reprodução/ Facebook

Des artistes lancent les campagnes de bises ainsi que #Sheikonestavectoi.

D'un autre côté, la Toile a aussi fourmillé de messages de soutien au joueur.

Une  “manifestation par le baiser”, campagne de protestations contre l'homophobie à la commission des Droit de l'Homme et des Minorités du Brésil réalisée sur internet en avril, n'a d'ailleurs pas tardé à circuler en signe de soutien à Sheik.

Le mouvement a commencé avec une photo (à droite) publiée par les frères Fernando et Gustavo Anitelli, membres du groupe O Teatro Mágico.

L'idée a tout de suite été reprise par le Blog de Rovai et a envahi les réseaux sous les mots-clic  #Sheiktamojunto (#Sheikonestavectoi) et #vaicurintia (#Allezcurintia).

Des utilisateurs ont même publié leurs propres photos en signe de soutien:

Fotos em apoio circularam pelas redes sociais. Foto: Alex Capuano/Facebook

Des photos de soutien ont circulé sur les réseaux sociaux. En haut: “Dans cette famille tout le monde supporte les Corinthians mais personne n'est intolérant! Photo: Alex Capuano/Facebook

Le blog Impedimento (Hors-jeu) a rappelé le temps du groupe de supporters Democracia Corintiana, considéré comme “le plus grand mouvement idéologique de l'histoire du football brésilien”, mené par un groupe politisé de joueurs de l'équipe paulista.

Protesto mesmo, ato de rebeldia, daqueles que nos remetem ao Corinthians da Democracia, foi o beijo de Sheik, mesmo que ele não tivesse qualquer intenção política no gesto. Não é nada, não é nada, mas nunca tínhamos visto algum jogador brasileiro peitar este “preconceito babaca que existe no futebol”, como Sheik afirmou hoje, após a repercussão do gesto de carinho.

Vraie protestation, acte de rébellion, de ceux qui nous rappellent les Corinthians de la Démocratie, voilà ce qu'a été le baiser de Sheik, même s'il n'y avait aucune intentions politiques dans le geste. Ce n'est rien, ce n'est rien, mais on n'avait jamais vu un joueur brésilien affronter “ce préjugé imbécile qui existe dans le foot”, comme Sheik l'a affirmé aujourd'hui, suite aux retentissements de son geste de tendresse.

La photo et le baiser d'Emerson Sheik sont devenus un acte de résistance dans la lutte contre l'homophobie, dans un monde où  76 pays criminalisent encore les relations homosexuelles. Ou encore, comme l'a défini le  blogueur Fabio Chiorino, “un petit baiser pour l'homme, un grand pas pour le football brésilien”.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site