Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les innovations autour des élections présidentielles 2013 au Mali

Le coup d’Etat militaire du 22 mars 2012 dirigé par le Capitaine Amadou Haya Sanogo dernièrement nommé au grade de Général des armées, contre le Général Amadou Toumani Touré, démocratiquement élu, a plongé le Mali dans une profonde crise socio-politique et militaire.

Les grandes villes au Nord du pays ont été occupées par les djihadistes et un groupe rebelle, le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), un groupe réclamant l’indépendance du Nord du Mali., vite rejoint par d’autres mouvements encore plus fondamentalistes. Cette occupation a poussé plusieurs milliers de maliens et maliennes à se refugier dans les pays voisins comme le Burkina-Faso, la Mauritanie, le Sénégal et le Niger ou à se déplacer dans les villes libres dans la partie sud du pays.  Ainsi, un gouvernement de transition a été mis en place dirigé par Dioncounda Traoré. Malgré les difficultés de faire voter tous les maliens, en particulier les réfugiés et les déplacés, il a été possible d’organiser des élections dont le 1er et le 2ème tours ont été tenus respectivement le 28 juillet et le 11 août 2013. L’ancien Premier ministre, Ibrahim Boubacar Kéita a été élu avec 77,61% des voix dans des élections considérées comme crédibles et sans violences. Son challenger au 2ème tour M. Soumaila Cissé, a reconnu sa victoire avant meme la proclamation officielle des résultats.

un homme vote pour le second tour des élections présidentielles maliennes à Tombouctou via UNHCR avec leur permission

un homme vote pour le second tour des élections présidentielles maliennes à Tombouctou via UNHCR avec leur permission

Le pari n’était pas gagné à l’avance à cause des menaces des djihadistes, la dispersion de la population et les difficultés de transport. Il y avait aussi le nœud de l’occupation militaire de la ville de Kidal par le groupe rebelle du MNLA qui refusait de reconnaître l’autorité du gouvernement central du Mali. D’importants efforts politiques, diplomatiques et militaires ont été fournis par le gouvernement de la transition, les organisations de la société civile nationales et la communauté internationale ont permis de résoudre l’essentiel des problèmes pour la tenue de ces élections.

Avec le soutien du groupe francophone de Global Voices, un projet d'aide au suivi des élections a été mis en place. Ce projet avait pour but de former des hommes de médias et des internautes volontaires maliens à Bamako et dans les Régions du Mali, à l’utilisation des réseaux sociaux afin qu’ils puissent partager les informations tout au long du processus électoral depuis leurs localités à travers leurs smartphones sur un groupe Facebook (Info Elections 2013 au mali) et un compte twitter (@malivote) crées pour l’occasion en quelques deux semaine de la tenue des élections pour faciliter de suivre les élections en ligne. Le projet consistait également à organiser une séance de démonstration sur le rôle et les atouts de l’Internet, dans le processus électoral, devant les chefs des structures étatiques et privées comme le Ministères en charge de l’organisation des élections, la CENI, le Ministère des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, le Ministère de la communication, les sociétés de la téléphonie mobile(Orange Mali et Malitel), les chef de la MINUSMA. Le projet visait aussi à faire des démonstrations d’Afripédia qui permet de faire la recherche sur wikipédia sans avoir une connexion  Internet.

Boukary Konate dans la chambre technique du pole d'observation citoyenne électorale via facebook

Boukary Konate dans la chambre technique du pole d'observation citoyenne électorale via facebook

Les informations recueillies ont été centralisées sur le Groupe Facebook créé pour l’occasion. Ce groupe a pu recueillir plus de 1100 fans en peu de jours avant le déroulement des élections.

Participation à deux formations sur le même thème “Médias et élections au Mali”

Quelques semaines avant le lancement du projet,  nous avons participé à des séances de formation sur le Thèmes de “Médias et Elections au Mali”.  Ces séances de formation ont été organisées respectivement par La Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux, IFES et ses partenaires le 6 juillet 2013 et le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire, en collaboration avec Agence Malienne de Presse et de Publicité (AMAP) sur le même thème  du lundi 14 au vendredi 19 juillet 2013. Il s’agissait à travers ces formations de donner plus d’informations aux hommes de médias sur le processus électoral afin qu’ils puissent mieux informer les populations sur les contours du système électoral au Mali. Les sujets abordés ont été, entre autres, la loi électorale, la charte des partis politiques, les genres journalistiques (compte rendu, portrait, interview…), les règles de déontologie et éthique du journaliste, les contraintes liées à l’exercice de la profession. Le respect des règles qui régissent la profession des journalistes entre autres le respect de la vie privée, l’humilité.

Au cours de ces formations de nombreux participants ont posé des questions sur les réseaux sociaux et ce qu’est un blog et un blogueur. Il a été vite évident que le mali doit continuer à relever le défi de la méconnaissance de ce nouveau monde virtuel, même si la plupart des candidats sont sur twitter et Facebook.

Pole d’Observation Citoyenne Electorale : Monitoring de réseaux sociaux

“Dans le cadre de la mise en œuvre de son Programme intitulé “Appui au processus  Démocratique par l’observation citoyenne de la pré-électorale et des élections Présidentielles et législatives de  2013 (1er et 2ème Tours) au Mali”, le Réseau ONG d’Appui au Processus Electoral au Mali (Réseau APEM), en collaboration avec la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et l’ensemble des structures du Conseil National de la Société Civile et avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, a initié et mis en œuvre le Pôle d’observation citoyenne électorale (POCE). » A l’occasion du premier et deuxième tour de ces élections, le POCE  a fait une observation citoyenne dudit scrutin à travers plusieurs système : le Réseau APEM a déployé 2.100 Observatrices et Observateurs nationaux sur l’ensemble du territoire national en stratégie fixe et mobile et 78 Superviseuses/Superviseurs pour renseigner la plateforme Malivote (www.malivote.com) sur le déroulement du scrutin du 28 juillet 2013 dans près de 1583 bureaux de vote. Le monitoring des réseaux sociaux était un des volets dont nous étions responsables pour produire des rapports quotidiens pendants les deux tours des élections.


Allocution du président élu Ibrahim Boubacar KEITA dit IBK

 L’investiture du nouveau Président du Mali, Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA dit IBK est prévu le 04 septembre 2013. Comme suite du projet groupe Facebook, un livetweet de cet événement est en train d’être organisé pour faire vivre cette investiture à distance.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site