Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pakistan : La justice devient mobile pour les habitants du Khyber Pakhtunkhwa

[Tous les liens mènent à des pages en anglais, sauf mention contraire]

On dit que toute justice différée est une justice déniée, et dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (KPK) [fr] au nord-ouest du Pakistan, qui est généralement affectée par un trop faible niveau d'éducation et trop de terrorisme, la justice est souvent différée. C'est là que les tribunaux mobiles entrent en jeu. Ces bus peints aux couleurs du drapeau pakistanais ont été lancés dans Peshawar, la capitale du Khyber Pakhtunkhwa, par le gouvernement provincial sous la bannière du parti d'Imran Khan, Pakistan Tehreek-e-Insaaf (PTI), selon Saach TV.

Le tribunal vise ainsi à apporter une justice rapide et non onéreuse à proximité de la population. Le KPK est la province bien connue d'où est originaire la militante adolescente Malala, attenante aux zones tribales visées par les drones [fr] ainsi qu'à l'Afghanistan. La guerre, le terrorisme [fr] et les inondations y sévissent depuis plusieurs années. Des audiences répétées dans des tribunaux engorgés situés loin de chez eux sont une onéreuse affaire pour de nombreux citoyens. Onze de ces tribunaux mobiles pour une justice rapide ont été prévus pour la province avec un soutien financier et technique de la part du Programme des Nations Unies pour le Développement. Ce n'est pas la première fois que des tribunaux mobiles sont introduits au Pakistan. Le Président Asif Ali Zardari a promulgué un décret en 2009 pour créer des tribunaux mobiles afin que la justice soit délivrée rapidement et aux portes des particuliers vivant dans les zones reculées du pays. Néanmoins, les partis d'opposition à cette époque eurent peur que les tribunaux mobiles ne ciblent leurs activistes pendant les manifestations anti-gouvernementales menées par le mouvement des avocats pour rétablir le Président de la Cour Suprême Iftikhar Muhammad Chaudhry, qui fut évincé par l'ancien président du pays, le Général Pervez Musharraf. Mais l'ordonnance d'Asif Ali Zardari sur les tribunaux mobiles fut qualifiée d”inconstitutionnelle’ par les juges, et à l'époque le chef du PTI, Imran Khan, les appela “tribunaux des kangourous” qui, selon lui, auraient supprimé les normes démocratiques. Sous pression, le président et les Parlementaires du Parti du peuple pakistanais (PPPP) abandonnèrent l'idée. Les utilisateurs de médias sociaux ont activement discuté ce nouveau système d'administration de la justice. Nadia Naviwala (@NadiaNavi) a annoncé :

Le premier tribunal mobile du Pakistan a commencé à rendre la justice http://t.co/nEtlH6ujog — Nadia Naviwala (@NadiaNavi) 29 août 2013

Faizan Lakhani (@faizanlakhani) a posté une photo :

Un van du tribunal mobile est garé devant le PDA Building le temps d'une audience à Peshawar. Les tribunaux mobiles en KP ont émis le 1er jugement pic.twitter.com/RvrGn6At1e — Faizan Lakhani (@faizanlakhani) 27 août 2013

L'Express Tribune l'ont qualifiée de “Justice sur Roues”. Dunya TV a rapporté :

The mobile court has been established in a special bus and has been completed with financial assistance provided by United Nations Development Programme (UNDP). Such courts will hold sittings at town, union councils, police stations or other places specified by the high court on rotation basis as may be directed by the district judge.

Le tribunal mobile a été établi à bord d'un bus spécial et a été aménagé avec une aide financière fournie par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). De tels tribunaux tiendront séance dans la mairie, les union councils, les commissariats de police et d'autres lieux spécifiés par la Haute Cour selon un principe de rotation tel que décidé par le juge du district.

WATCH: Pakistan's new mobile court in session. How does day one look like? http://t.co/Ul4SOBucJO #ROL4GOV— UN Development (@UNDP) 29 August 2013

A VOIR : Le nouveau tribunal mobile du Pakistan en session. À quoi ressemble-t-il ? http://t.co/Ul4SOBucJO #ROL4GOV— UN Development (@UNDP) 29 août 2013

Le premier jour, le tribunal mobile a entendu 30 cas à Peshawar. Selon des articles d'actualité, il a libéré des mineurs emprisonnés, écouté des conflits de propriété et imposé de faibles amendes.

Le 1er tribunal mobile du Pakistan a réglé 28 cas sur 30 dans son 1er camp à Hayatabad Peshawar. — Pervaiz Khattak (@Pervaiz_Khattak) 28 août 2013

Les tribunaux mobiles ont reçu un chaleureux accueil dans la province ainsi que dans le reste du Pakistan. Le commentateur et journaliste Wajih Sani (@wajih_sani) a tweeté :

Les tribunaux mobiles à Peshawar, une initiative très postive du Gouvernement du KPK (PTI), doit être appréciée. Geo News couvre cette Nouvelle — Wajih Sani (@wajih_sani) 27 août 2013

@TheNewNormal a partagé une photo publiée par The Express Tribune sur sa page Facebook le jour où les tribunaux mobiles sont entrés en service :

Les tribunaux mobiles ont commencé à travailler…..#KPK pic.twitter.com/EtnnImW7Jd — حسام (@TheNewNormal_) 28 août 2013

Un journaliste professionnel de Peshawar, Musaratullah Jan, a expliqué sur son blog personnel la façon dont les journalistes ont été orientés sur les tribunaux mobiles par le gouvernement KPK. Les opposants du Pakistan Tehreek-e-Insaaf (PTI) comme le Mutahida Qaumi Movement (MQM), ont même loué l'initiative. Syed Ali Raza Abidi (@abidifactor), membre du Muttahida Qaumi Movement à l'Assemblée Nationale du Pakistan et blogueur pour l'Express Tribune, a tweeté :

Le bus du tribunal mobile à KPK est un grand pas fait par le Gouvernement. Mais j'espère qu'ils ont prévu une stratégie pour le sécuriser contre les attaques terroristes. — Syed Ali Raza Abidi (@abidifactor) 27 août 2013

Photo de vignette concédée par l'utilisateur de Twitter Faizan Lakhani

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site