Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vers une restitution de la base navale de Guantánamo à Cuba ?

L'ancien représentant des États-Unis à Cuba, Michael Parmly, a suggéré [en] au président Barack Obama de rendre la base militaire de Guantánamo aux autorités de l'île, parmi d'autres recommandations présentées dans un rapport de 26 pages auquel l'agence de presse Reuters a eu accès et qui sera publié prochainement lors du Fletcher Forum of World Affairs [en].

Entrada a la provincia de Guantánamo, Cuba. (Foto: Ángel Baldrich)

Entrée de la province de Guantánamo, Cuba. (Photo: Ángel Baldrich)

Pour Parmly, qui a dirigé le bureau des intérêts des États-Unis à la Havane de 2005 à 2008, la négociation d'un accord avec le président cubain Raúl Castro concernant cette base navale pourrait permettre l'établissement de relations directes avec le gouvernement et les citoyens cubains.

Selon la proposition de Parmly, la plupart des prisonniers détenus à Guantánamo pourraient être transférés dans des prisons situées sur le territoire américain tandis que les cas les plus problématiques demeureraient sur l'île.

Pour cet ex-fonctionnaire, cette base navale est une “anomalie historique”:

Il est certain qu'avec les tensions partisanes actuelles [au Congrès], ce sera un combat difficile, mais selon la thèse de ce document, une action audacieuse, similaire à celle du Canal de Panama, est nécessaire dans le cas de Guantánamo.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site