Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Népal: Manifestations autour d'une statue de Bouddha

Kakre Bihar, near Surkhet. Image from Flickr by The Great Himalaya Trail. CC NY-ND 2.0

Kakre Bihar, près de Surkhet. Image sur Flickr de The Great Himalaya Trail. CC NY-ND 2.0

Les liens associés renvoient à des pages en anglais, sauf mention contraire.

Les manifestations ont de nouveau ébranlé la vallée de Katmandou au Népal le 29 août 2013, réclamant l'installation d'une stature de Bouddha de 5,20m de haut [népalais] à Kakrebihar, un temple hindou-bouddhiste près de la ville de Birendranagar.

Cette fois, les protestations étaient pacifiques. Le mois dernier, à leur début, 17 personnes dont quatre policiers avaient été blessées dans des affrontements au sujet de la statue. La colère suscitée par l'enlèvement de la statue en a fait une affaire nationale, mais paraissait retombée depuis.

Les manifestations ont commencé à l'inauguration pour peu de temps de cette statue le 11 mai 2013, à l'occasion de Bouddha Purnima, l'anniversaire de Bouddha. Elle avait été érigée sous un arbre au temple de Kakrebihar avec un tissu recouvrant son visage, enlevé après les rituels religieux et les bénédictions. Soudain, des représentants du gouvernement local sont arrivés et ont interrompu la cérémonie, déclarant que la statue n'était pas conforme à la politique sylvicole. Après une échauffourée, les notables ont enlevé la statue avec l'aide de la police et l'ont emportée au commissariat du district où elle a été mise au rebut dans un coin. Les photos de l'incident sont disponibles sur le blog népalais Mysansar [népalais].

Pragya Ghimirey a mis en ligne une vidéo sur YouTube où l'on voit la situation déraper alors que les habitants locaux chassent les policiers et tentent d'installer la statue :

L'administration du district, en concertation avec le Département d'Archéologie, avait de prime abord autorisé le Monastère Bouddhiste et le Comité de Conservation à installer la statue de Bouddha le 24 février 2008, selon le blog Mysansar [népalais].

Les protestations sont devenues tellement importantes que la Vallée de Surkhet avait été fermée pour une période indéterminée par le groupe protestataire. Le mouvement a pris un tournant décisif lorsque les Bouddhistes ont monté une manifestation devant Singha Durbar, la tête administrative du pays, le 30 juillet 2013. La circulation dans la vallée de Katmandou avait dû être interrompue pendant les manifestations.

Le gouvernement a appelé les manifestants à un dialogue, mais les discussions ont fini sans aucun accord. Cependant, les manifestants ont poursuivi leurs revendications, comme le rappellent les portails en ligne Setopati [ne] and Hamrakura [ne]. Quelques bouddhistes ont commencé une grève de la faim illimitée, réclamant qu'une statue du Maître Bouddha soit installé à Kakrebihar, dans le district de Surkhet.

Dans le même temps, un groupe se présentant comme un comité réunissant différentes ethnies et religions a publié une annonce dans la presse le 31 juillet 2013 et organisé une manifestation pour le soir du vendredi suivant pour faire pression sur les manifestants de ne pas installer la statue de Bouddha à Kakrebihar. Le groupe a organisé une grève le 3 août 2013, déclarant que pour garder une harmonie intacte entre les communautés, la demande d'installation de la statue de Bouddha devrait être retirée. Ils ont aussi déposé une pétition en justice.

Site historique bouddhiste 

Situé dans le sud de la municipalité de Birendranagar, dans le district de Surkhet, au centre-ouest du Népal, Kakrebihar tient son nom, selon les locaux, de sa forme en graine de concombre, appelée “kakro” en langue népalaise, et du mot ‘vihara’ signifiant monastère bouddhiste en sanskrit ou en pali.

Autrefois florissant centre religieux, la région est aujourd'hui dans une situation désastreuse avec des sculptures anciennes inestimables éparses et en ruines. Les structures qui restent debout sont ornées de messages d'amoureux et de graffitis ineptes en dépit d'un gardien qui fait signer aux visiteurs un registre à l'entrée du site principal.

Dans une note de recherche (PDF), Dilli Raj Sharma a écrit :

Le site historique de Kakrebihar offre une collection merveilleuse d'art monumental similaire dans toute la région, ce qui confirme la grande avancée de la tradition bouddhiste Mahayana. Cette dernière a pu être influencée par la partie occidentale de l'Inde, particulièrement le Gujarat, durant la période médiévale. Le savoir Mahayana a pu se fondre dans l'idéologie hindoue et la populariser comme une harmonie sociale de la région.

Ne choisissez pas la guerre au nom de Bouddha”

Cet incident a frappé les plateformes de média sociaux et les murs des utilisateurs de Facebook et de Twitter ont été submergés par les discussions sur l'incident de Kakrebihar.

Milan Bagale (@Sabdachitra) a tweeté:

Statue de Bouddha de Kakrebihar : Bouddha a préféré une meilleure paix à la paix. Ne choisissez pas la guerre au nom de Bouddha. Longue vie à Bouddha. La guerre doit être vaincue.

L'ancien ambassadeur népalais au Japon, le Dr. Bishnu Hari Nepal (@drbishnuhnepal) a écrit :

#Nepal-#Eye-ai eu de longs débats avec les experts/ la conclusion de #KakreBihar- est que-#GoN (le gouvernement népalais) est hésitant en raison de l'infiltration de Tibétains comme moines http://t.co/HGi6YslRBy

Le photographe népalais Surendra Lawoti (@SurendraLawoti), basé à Toronto, a rapporté :

Démonstration de force des Bouddhistes à Katmandou pour installer une laïcité viable au Népal. Fin de l'hégémonie hindoue.

Bouddha, la lumière de l'Asie, a prêché la paix toute sa vie. Que ses disciples ne choisissent pas la guerre plutôt que la paix.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site