Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Les sans-abri étrangers en augmentation

A homeless person in Bangkok. Image from Flickr user mikecogh (CC BY-SA 2.0)

Un sans-abri à Bangkok. Image de l'utilisateur Flickr mikecogh (CC BY-SA 2.0)

[liens en anglais] Selon l'organisation caritative Issarachon Foundation, les sans-abri étrangers sont en augmentation en Thaïlande. L'organisation estime qu'il y aurait 200 sans-abri étrangers dans le pays. Natee Saravari de la Issarachon Foundation a observé :

À Pattaya, on les voit trier les ordures en face du McDonald's à la recherche de quelque chose à manger, et traîner en face des restaurants, demandant de l'argent aux clients.

Paul Garrigan, un résident étranger en Thaïlande, a supposé les possibles raisons pour lesquelles certains étrangers finissent sans-abri en Thaïlande :

Comme beaucoup avant moi, j'ai cru à tort que mes problèmes étaient dus à mon environnement et que vivre dans un endroit exotique comme la Thaïlande arrangerait les choses. Mais non. Ma vie vira en chute libre, et je serais quasi certainement mort aujourd'hui sans l'aide de Thaïlandais et du Temple de Thamrkabok en 2006. Je pourrais être l'un des sans-abri étrangers en Thaïlande.
Lorsque nous descendons de l'avion, il peut sembler que les normes ordinaires ne s'appliquent pas ici. Le fait que nous ne comprenons pas les règles de la culture thaïlandaise nous donne la fausse impression qu'il n'y a pas de règles.

Il a exhorté les ambassades étrangères à étendre l'assistance à leurs compatriotes :

Les sans-abri étrangers sont des êtres humains qui luttent pour vivre. Ils devraient être traités avec compassion et se voir offrir de l'aide. Les ambassades et consulats étrangers devraient intervenir pour fournir un logement sûr et de la nourriture à ces personnes jusqu'à ce qu'elles puissent se relever ou être rapatriées dans leur pays d'origine – elles ne devraient certainement pas finir en prison en attendant une expulsion.

Mais le chef de la police touristique de Pattaya, le lieutenant-colonel de police Aroon Promphan, a rapporté que les ambassades étrangères sont souvent réticentes à aider les sans-abri étrangers :

Je dis parfois au personnel d'ambassade que leur ressortissant a un problème mental et n'a plus d'argent. Je leur demande ce qu'ils veulent que nous fassions de lui. La réponse que j'obtiens est : Vous n'avez pas à faire quoi que ce soit. Nous ne sommes pas responsables pour ce genre de personne.”

De nombreux sans-abri étrangers signalés par le groupe caritatif étaient soit abandonnés par leur partenaire thaïlandais soit rencontraient des problèmes de visa et de passeport. Mais Casey Hynes a rappelé aux résidents étrangers qu'ils auraient pu prendre des mesures décisives pour éviter de perdre leurs ressources :

Bien que la détresse des sans-abri étrangers soit regrettable, on se demande pourquoi ils n'ont pas pris en premier lieu les décisions pour atténuer ces circonstances. Il est possible pour les étrangers de s'acheter des appartements en Thaïlande, ou de louer un terrain à long terme, ce qui leur permettrait d'éviter de compter sur une femme ou une petite amie pour les papiers nécessaires. Et alors que les demandes de visa et les renouvellements instantanés peuvent être un tracas, ça l'est bien moins que de laisser à la fois son visa et son passeport expirer, restant avec peu d'options dans leurs pays d'origine et d'adoption.

Le blogueur de Bangkok espérait que les autorités reverraient les lois locales afin de fournir plus de protection aux étrangers :

Il ne fait aucun doute que ces sans-abris étrangers ont été amenés à boire par les circonstances, toutes ayant pu être totalement évitées.

L'article continue en disant que les étrangers reçoivent peu de protection de la part de la loi en Thaïlande et un Professeur d'Université dans le Nord-Est du pays dit que les lois doivent être mises à jour dans le respect de la protection des droits des étrangers.

Heureusement, les pouvoirs à venir seront aussi d'accord.

Le Bangkok Post a rapporté d'intéressants commentaires suscités par ce sujet. Par exemple, juggernaut a mentionné qu'il existe un “apartheid légal contre les épouses étrangères” en Thaïlande :

Les résidents étrangers (pas les touristes/ diplomates/ visiteurs pour affaires) ne sont pas bien protégés. Contrairement à ce qui se fait aux USA, etc, les épouses mariées à des Thaïlandais ont peu de liberté et de droits. Les quelques droits qu'elles ont sont injustement conditionnels ; elles ne peuvent pas ré-entrer en Thaïlande sans tampons dans le passeport préalables et onéreux. Le séjour est illégal si le solde bancaire se situe au-dessous de 40 000 THB par an. La permission doit être demandée chaque année, et est révocable à tout moment sans motif. Ce n'est pas un environnement favorable pour commencer une famille en tant que couple marrié. Il existe un apartheid légal contre les épouses étrangères. Les cartes de résidence permanente sont hautement difficiles à obtenir, onéreuses, conditionnelles et facilement révoquées sans motif. Bonne chance à tous.

Banmebkk a affirmé que le gouvernement thaïlandais a été bienveillant et juste dans les affaires liées aux sans-abri étrangers :

Les Thaïlandais sont en fait plutôt gentils avec ces sans-abri, la police généralement les ignore. Dans la plupart des pays industrialisés, la police aurait arrêté et incarcéré les sans-abri ayant des passeports expirés et entamé la procédure pour les renvoyer chez eux.

onlyasking a noté les diverses situations des sans-abri étrangers :

Voir le problème dans une seule dimension est une erreur. Il y a des gens venus d'Europe qui ont fui en Thaïlande pour survivre et qui n'ont pas de revenus. Vous avez des gens qui sont venus en Thaïlande avec de l'argent et l'ont perdu ou dépensé. Vous avez des gens qui ont très peu de revenus et ne peuvent pas survivre chez eux mais peuvent survivre ici. Vous avez des gens qui restent 15 ans au-delà de la durée de leur visa. Tous sont néanmoins de la responsabilité de leurs pays d'origine, pas de celle de la Thaïlande.

upena pense que le gouvernement thaïlandais n'a aucune obligation d'aider tous les sans-abri étrangers :

Désolée les gars, en tant qu'expat vivant en Thaïlande depuis trois ans, et visitant la Thaïlande et travaillant ici depuis 1973, je n'ai absolument aucune sympathie pour ceux qui ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins. Ils connaissaient les règles avant d'arriver ici et ce n'est pas au gouvernement thaïlandais de les soutenir/aider. Ils doivent contacter leur famille pour obtenir de l'assistance de la part de leur ambassade/consulat.

Chem-Zam a exhorté chacun à ne pas attendre des autorités ou d'un organisme de charité une assistance lorsqu'ils rencontrent un sans-abri étranger :

En tant qu'étranger en Thaïlande, je comprends la difficulté de survivre sans ressources ni parents proches en cas de problèmes financiers. Je pense que n'importe qui peut aider des sans-abri étrangers sans attendre qu'un organisme de charité ou le gouvernement le fasse.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site