Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les artistes brésiliens s’unissent pour sauver les lions au Kenya

Leo Vultus by Murillo Martinsfor the campaign Run4Run4Lions.

Leo Vultus par Murillo Martins pour la campagne Run4Run4Lions.

Après la publication collective #sobreontem (A Propos d’Hier)  à l'appui du mouvement [portugais] qui a initié les protestations en juin dernier [anglais] à São Paulo, les artistes brésiliens unissent actuellement leurs forces pour une nouvelle cause. Cette fois, leurs œuvres sont contre l’abattage des lions à Samburu, Kenya.

Les natifs de la région utilisent du poison ou d’autres armes contre les lions qui attaquent leurs chèvres. Pour sensibiliser l’opinion publique à cette question, en 2010 l’Ewaso Lions Project a organisé un semi-marathon dans le but de “neutraliser les conflits entre l’homme et la faune sauvage en impliquant la communauté locale dans la préservation des lions.” Pour les organisateurs, “plus de chèvres gratuites” est une partie de la solution au problème, et c’est pourquoi lors du premier événement en 2010, les gagnants de la course recevaient des chèvres comme prix.

Actuellement, le projet se prépare pour la prochaine course avec la campagne de financement #Run4Run4Lions, qui recueillera des fonds pour le semi-marathon de 2014. Les œuvres originales (dont certaines sont déjà vendues) des artistes brésiliens sont offertes comme compensation pour ceux qui soutiennent le projet.

Pour en savoir plus sur la campagne :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site