Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : au Cambodge, la manifestation post-élections dispersée dans la violence

Water cannons were used by police to disperse crowd. Image from @PonniahKevin

Des canons à eau ont été utilisés par la police pour disperser la foule. Photo de @PonniahKevin

Billet d'origine publié le 17 septembre 2013. Sauf indication contraire les liens dirigent vers des sites en anglais.

Les trois jours de protestation organisés par l'opposition du Parti National de Sauvetage du Cambodge (CNRP) ont été ternis par la violence quand la police et les manifestants se sont affrontés dimanche dernier.

Cette manifestation fait suite à une série de rassemblements organisés par le CNRP afin de faire pression sur le gouvernement pour qu'il crée un comité indépendant chargé de valider les résultats des récentes élections législatives.

Le parti dirigeant, le Parti du Peuple Cambodgien (CPP), au pouvoir depuis une trentaine d'années, a gagné les élections mais les résultats ont été contestés par l'opposition.

Malgré les heurts de la première journée de manifestation, plus de 20 000 personnes était présentes au Parc de la Liberté le 16 pour assister au rassemblement du CNRP.

Le Premier Ministre cambodgien Hun Sen et le leader du CNRP Sam Rainsy se sont par ailleurs rencontrés et se sont mis d'accord pour faire cesser la violence et réformer les listes électorales. Mais ils ne se sont toujours pas entendus sur les demandes fondamentales de l'opposition qui comportent la formation d'une commission indépendante. L'opposition a prévenu précédemment qu'elle allait boycotter la session d'ouverture du Parlement.

Road blockades were blamed by some groups for igniting the violence during the Sunday protest. Even non-protesters were prevented from crossing some parts of the city. Photo from urban Voice

 

Freedom Park protest. Image from ‏@PanhaTheng

La manifestation du Parc de la Liberté. Photo de ‏@PanhaTheng

A barricade separating the police and protesters. Image from @illied

Une barricade sépare la police et les manifestants. Photo de @illied

Monks also joined the protest. Image from @illied

Les moines participaient aussi à la manifestation. Photo de @illied

Des vidéos de la manifestation du Parc de la Liberté et des affrontements de dimanche entre la police et les manifestants ont aussi été téléchargées sur YouTube :

Les Cambodgiens utilisent le mot-clic #electionsKH pour suivre les manifestations liées aux élections :

“Je ne manifeste généralement pas. J'espère rapidement retrouver l'usage de mes jambes et je rejoindrai le mouvement… parce que j'en veux énormément aux officiers de police” #QOTD

Le leader de l'opposition Mu Sochua précise le programme des trois jours de manifestations :

Le campement ressemblera plutôt à une occupation du Parc de la Liberté, l'espace sera partagé avec la société civile, il y aura de la musique et un film sur Gandhi dans la soirée.

La grande question, ce sont les toilettes pour 5000 personnes pendant 3 jours et 3 nuits.

Les leaders de l'opposition ont prévu de passer tout leur temps sur le parc.

OU Ritthy décrit l’insallation sur le parc :

Beaucoup de monde vient en famille au parc ; ils se promènent et viennent voir les manifestants qui mangent, dorment,  fument et parlent avec des accents populaires ou de la campagne.

Des documentaires sur le Mahatma Gandhi et Martin Luther King traduits en langue khmère sont projetés sur quatre écrans géants à différents endroits du Parc de la Liberté à l'intention des manifestants.

Casey Nelson a remarqué un déploiement significatif de la police dans la ville :

Selon mon estimation, il y avait au moins 25 000 personnes au Parc de la Liberté aujourd'hui à midi, peut-être beaucoup plus, et il y avait aussi des manifestants le long de la rivière et dans d'autres lieux.

La présence policière en ville était beaucoup plus importante aujourd'hui que lors de la précédente manifestation. Les rues étaient bloquées par des fils de fer barbelés un peu partout en ville ce qui rendait les déplacements difficiles, et les gendarmes et la police anti-émeute en tenue de combat étaient présents en grand nombre.

Naomi Collett Ritz raconte ce qu'elle a vu lors de l'affrontement :

En nous rapprochant du pont nous avons vu des éclats d'obus, des cartouches de gaz, et des pavés qui jonchaient le pont, et des centaines de policiers armés bordaient la route et entraient dans un énorme entrepôt. Ils nous ont laissé prendre des photos mais personne ne voulait nous dire ce qu'il se passait. Puis nous avons entendu des coups de feu, alors nous avons remonté la rue jusqu'à ce que nous trouvions quelqu'un qui puisse nous emmener là d'où ils provenaient. Il y avait peut-être une cinquantaine d'hommes le long de la rue juste en bas de la route où se tenait la police sous le pont, et ils faisaient feu sans discontinuer sur le milieu de la route.

Sovachana Pou pense que de nombreux jeunes Cambodgiens sont favorables au changement :

Nous verrons bien lors des prochaines manifestations de masse ce que les leaders du parti d'opposition sont prêts à sacrifier pour le changement. J'ai remarqué qu'un bon nombre de jeunes du pays rejettent les valeurs de leurs parents (le statu quo). Ils veulent un changement en profondeur.

Sopheap Chak pense que les deux principaux partis doivent clarifier leurs objectifs :

Je considère plutôt que l'impasse politique actuelle est un prétexte pour les deux partis. L'un déclare avoir gagné les élections mais n'ose pas affronter le problème en face et a manqué de fermeté pour le résoudre. L'autre, le parti d'opposition, s'est lui aussi servi de l'impasse politique comme prétexte.

Les groupes locaux et internationaux de défense des droits de l'homme ont condamné le recours excessif à la violence par la police pour disperser les manifestants, dispersion qui a fait un mort. Selon certaines sources, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et a tiré à balles réelles pendant les affrontements. Par ailleurs, de nombreuses personnes font remarquer que les réseaux de télévision cambodgiens n'ont pas couvert la violente dispersion de la manifestation de dimanche dernier.

1 commentaire

  • […] Source (Cambodia Daily): Tourists in Phnom Penh find novelty among demonstrations Traduction: Aliénor Simon Photos: @illied (ouverture) et @PonniahKevin (article), via Global Voices Online PHOTOS : au Cambodge, la manifestation post-élections dispersée dans la violence […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site