Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Queer Pakistan bloqué : Arme à double tranchant de la couverture médiatique ?

[Les liens mènent à des pages en anglais.]

Queer Pakistan - Block page

Interdit ! Queer Pakistan – Page bloquée du 24 septembre 2013

Le site web nouvellement lancé Queer Pakistan a été bloqué hier, fortuitement le jour même où Global Voices a publié un article présentant le site. L'homosexualité est condamnée par la religion et par la loi au Pakistan, et l'objectif de ce site était de fournir un espace sûr pour les jeunes lesbiennes, gays et transsexuels pakistanais afin qu'ils puissent discuter de leur sexualité anonymement. Dans sa brève existence de deux mois, le site a attiré à la fois des acclamations et des huées en ligne pour oser discuter de sujets tabou. Les actualités télévisées sur Al-Jazeera et sur Deutsche Presse-Agentur (DPA) ont aidé à augmenter la fréquentation du site à 10 000 visiteurs uniques le mois dernier, avec une moyenne de temps de visite de 7 minutes. Les deux articles ont souligné le fait que les censeurs du web pakistanais sont typiquement hostiles à ce genre de contenu, mais le journaliste pakistanais écrivant pour DPA est allé jusqu'à demander une déclaration de la part de l'Autorité pakistanaise des télécommunications (PTA) à propos du site à la fin du mois d'août. Questionné, un porte-parole du PTA a dit que le gouvernement était “déjà en train d'examiner le contenu du site web” et le bloquerait s'il trouvait du contenu blasphématoire ou pornographique. Outre les citations de sympathisants de Queer Pakistan, le journaliste a aussi interviewé un chef religieux qui a dit que “ces pratiques sont totalement contraires à l'Islam. C'est le devoir des autorités de les contrôler”. Se peut-il que cette recherche naïve d'un équilibre journalistique ait sonné le glas pour une initiative courageuse ?

Gay Pride

Fête de la Gay pride. Photo de lewishamdreamer, via Flickr (CC BY-NC 2.0)

Il est commun pour les “guerriers du clavier” au Pakistan d'alerter les autorités quand ils voient du contenu qu'ils considèrent moralement ou religieusement répréhensible donc il n'est pas étonnant que le site soit finalement bloqué. Mais alerter les autorités directement et leur demander un commentaire public n'a pas pu aider. Quand vient le temps de communiquer avec les médias, les activistes numériques devraient se rappeler que les journalistes ne sont pas toujours dignes de confiance avec des informations sensibles. Trop de couverture médiatique peut avoir un effect négatif, en particulier quand des articles ne mettent pas en lumière les angles qui sont les plus favorables à la cause. Les journalistes devraient être libres pour couvrir des histoires comme ils veulent — mais les activistes ont besoin d'être conscients des risques que cela entraîne. Plus d'une fois par le passé, j'ai aussi vu des reporters utiliser imprudemment leur vrai nom au lieu de pseudonymes, ce pourquoi je conseille souvent aux activistes anonymes de garder deux faux noms plutôt qu'un seul (le second peut être présenté comme nom “réel” à qui le demande, mais n'a pas vraiment besoin de savoir). Pour Queer Pakistan, un site web bloqué est seulement un incident de parcours — le groupe comprend évidemment qu'il repousse les limites de ce qui est normalement considéré comme admissible au Pakistan. Le jeune fondateur anonyme du site l'installe en miroir sous un domaine différent et affirme ne pas être découragé, déclarant “Nous ne laisserons pas le PTA s'en tirer comme ça sans lutter !”

C'est officiel ! QueerPK est interdit de visionnage au Pakistan depuis hier ! Nous installons le site web en miroir sous un nouveau domaine ! Restez à l'écoute

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site