Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pour un ministre ougandais, les femmes qui portent des tenues indécentes cherchent à se faire violer

A screenshot from the petition calling for the minister's resignation.

Une capture d'écran de la pétition appelant à la démission du ministre.

Selon le Ministre de la jeunesse ougandais [anglais], Ronald Kibuule, les femmes qui portent des tenues indécentes cherchent à se faire violer, et les suspects qui ont violé ces femmes devraient être libérés. Il a également dit que, dans les cas de viol, la police devrait d’abord vérifier la tenue vestimentaire des victimes, et si elles étaient habillées indécemment, elles devraient être également accusées d’incitation au crime.

Kibuule a formulé ces remarques dans le comté de Kajara, district de Ntungamo le samedi 21 septembre 2012, alors qu’il assistait au lancement de la Société d'épargne et Coopérative de Développement des Jeunes de Kajara. Les commentaires sont parus dans l’édition du 24 septembre 2013 du journal ougandais Daily Monitor [anglais]. Cependant, l’article n’a pas expliqué dans quel contexte Kibuule a fait ses remarques.

Le Parlement a convoqué [anglais] le ministre à comparaître devant lui pour expliquer le commentaire qu’il a fait la semaine dernière.

Les internautes ougandais ont répondu avec fureur aux commentaires en utilisant le hashtag #Kibuule sur Twitter. Ceux qui réclament sa démission utilisent les hashtags #KibuuleMustGo et #KibuuleOut.

Une pétition [anglais] sur Change.org réclame sa démission :

Par ces mots, M. Kibuule encourage le viol des femmes en fonction de leur tenue vestimentaire; il excuse les violeurs pour leurs crimes contre des soi-disant femmes en tenue légère et il fait en sorte que les victimes de viol aient peur de se manifester par crainte d’être persécutées pour avoir été violées. Il devrait perdre immédiatement son poste puisqu’il ne représente manifestement pas le bien-être de ses concitoyens.

Rosebell Kagumire (@RosebellK), une journaliste en ligne ougandaise, a écrit :

4000 enfants dans le nord de l'Ouganda sont souillés tous les ans, je parie que Kibuule pense que c'est parce qu'ils étaient provocants! Des idiots au pouvoir!

Wandera Samuel (@wandyBlackstig) s’est interrogé d’où vient la réflexion du ministre :

Kibuule s'assoit sur le divan, zappe les chaînes de télévision, se gratte les couilles, pense à soi—> les filles en minijupes devraient se faire violer

Linda (@LindaNEK), une femme d’affaires ougandaise, s’est moquée de l’autorité morale du ministre :

Kibuule est moralement incompétent pour donner une opinion importante sur des questions morales, compte tenu en particulier du fait qu'il est un polygame

Mark Namamanya (@mnamanya), un journaliste sportif, a fait remarquer:

Dans la plupart des sociétés, le clown qu'est Kibuule aurait tenu une conférence de presse sur sa démission aujourd'hui. Malheureusement, l'Ouganda n'est pas la plupart des sociétés

Gordon G Ananura (@NgabiranoIV) a rejoint ceux qui se sont moqués du ministre :

Je savais que le Ministre Kibuule n'est pas sérieux

Toutefois, quelques Ougandais comme Ibrahim Batambuze (@TheBigPapaa) ont soutenu l’hypothèse du ministre :

Je crois que vous avez tout faux sur Kibuule. Dire que les femmes de cette catégorie devraient plutôt être arrêtées ne fait pas lui un défenseur de viol

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Si vous laissez votre porte ouverte et que vous vous faites cambrioler, qui est à blâmer pour votre stupidité?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site