Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Revitalisation de la langue Powhatan

Voir Ashland, VA 23005 sur une carte plus grande

Dans le film sorti en 2005 “Le Nouveau Monde,” qui évoquait la fondation au 17e siècle de la colonie de Jamestown dans l'État américain de Virginie, les réalisateurs ont été confrontés au problème de trouver des locuteurs de la langue américaine autochtone parlée à cette époque. Il s'est avéré que le Powhatan ou langue Algonquine de Virginie s'est éteint il y a plus de deux siècles. Se basant sur de récents travaux universitaires et une liste de mots existants, des linguistes ont tenté de recomposer la langue afin de s'approcher autant que possible de la langue réelle pour les besoins du film. 

L'une des principales raisons pour lesquelles cette langue est morte est que pendant de nombreuses années elle fut interdite par la loi, mais plus tard il y a eu une résurgence et un grand intérêt pour la revitaliser. Le travail réalisé pour le film de Hollywood n'est qu'un petit pas dans ce processus. Intervient Ian Custalow, un membre de la Tribu Mattaponi, qui a travaillé avec l'ambitieux objectif de faire passer cette langue de l'extinction à un statut de langue menacée. Il a réalisé les fondements du travail de documentation, et doit être l'un des plus actifs locuteurs de cette langue. Pour aider à révéler plus de locuteurs, il offre des cours de langue aux étudiants de tous âges, dans les tribus membres de la Confédération Powhatan par des visites régulières et dans diverses communautés à travers l'État.

Maintenant il souhaite voir comment les médias citoyens et autres technologies peuvent aider à compléter ces cours, comme moyen d'atteindre l'objectif de la communauté qui est de revitaliser cette langue. En plus de créer des dictionnaires électroniques et des claviers pour smartphones et ordinateurs, il pense que les médias citoyens et autres outils de réseaux sociaux peuvent être un motivateur important et une façon de connecter les nouveaux apprenants de cette langue au sein des diverses tribus, telles que Mattaponi, Pamunkey, Upper Mattaponi, Patawomeck, Rappahannock, Chickahominy, Eastern Chickahominy et Nansemond. L'espoir est, selon Custalow, que “le projet permette à la langue d'une communauté américaine autochtone étouffée et sous-représentée de revivre”.

Informations :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site