Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des documentaires pour comprendre les abus sexuels sur les enfants

deviantART image of Little Red Riding Hood by Sebastian Moya, CC BY-SA 3.0

Image peinte au pistolet du Petit Chaperon Rouge de Sebastian Moya, deviantART, CC BY-SA 3.0

Le problème des abus sexuels à l'égard des enfants est un sujet qui est rarement abordé  ouvertement en Inde. Le manque d'éducation adéquate, la gêne en ce qui concerne l'éducation sexuelle des enfants et la culture selon laquelle les enfants doivent respecter les membres adultes de la famille sans poser de questions met souvent les enfants dans une situation d'abus sexuel qu'ils ne pourront pas signaler. Dans ce billet, nous allons parler de documentaires informatifs qui invitent vivement les adultes et les enfants à briser le silence sur les abus sexuels sur les enfants.

Chuppi Todo (Brise le silence),film du réalisateur de documentaires Sanjay Kumar Singh, a vu le jour en 2011 quand Sanjay, dans le but d'éduquer sa fille de six ans et les enfants de son âge sur les abus sexuels, a décidé de faire un film pour les enfants sur la façon de reconnaitre les abus sexuels, de protester contre ces derniers et de les signaler à un adulte responsable. Ce film a reçu le soutien de l'ONG Plan India qui travaille avec les enfants. Depuis, Sanjay a réalisé plusieurs films et spots télévisés sur le même sujet qui sont des outils de sensibilisation contre les abus. 

Le film, premier de la série et disponible sur Youtube, a été largement promulgué par l'intermédiaire de mimes avec une voix off. Le récit suit deux enfants Rahul et Sania, des amis proches qui aiment lire et jouer ensemble. Un jour, alors qu'ils jouent a cache-cache chez un voisin, le voisin force Rahul à se cacher derrière lui, le couvre avec le châle qu'il est en train de porter et l'assoit sur ses genoux. Apeuré, Rahul s'enfuit en courant et raconte plus tard ce qui s'est passé à Sania qu'il lui dit qu'il lui est arrivé quelque chose de similaire une fois et que sa mère lui a appris à dire NON. Elle emmène un Rahul secoué et gêné chez sa mère qui le rassure en lui disant qu'elle est la bonne personne pour l'aider. La mère de Sania calme les enfants et les éduque sur les attouchements acceptables et non-acceptables, elle leur apprend à dire NON à ces derniers et à s'enfuir. Les enfants apprennent également à ne pas garder ces choses secrètes (même si l'agresseur les menace) et à signaler l'abus à leurs mères ou à des adultes responsables. Le film enseigne également aux enfants que même s'ils sont incapables d'identifier la nature de l'attouchement, s'ils sont mal à l'aise, il est préférable de refuser et de le signaler.

Le film demande aux enfants de ne pas rester silencieux, de ne pas dissimuler des secrets à leurs mères et à d'autres adultes responsables et de parler des abus. Mais pourquoi les enfants ne signalent-ils pas les abus? Qu'est-ce-qui les en empêche ? Dans son blog sur Women’ Web, la blogueuse Divorceddoodler explique certaines raisons pour lesquelles les enfants ne se confient pas aux éducateurs ou aux adultes responsables, principalement parce que les enfants n'ont pas le vocabulaire adéquat pour expliquer ce qui s'est passé, parce qu'ils ont peur de ne pas être crus, parce qu'ils pensent que quelque part c'est leur faute ou parce qu'ils ont été menacés pour garder le silence.

 La blogueuse Sweta Vikram écrit sur Halabol et souligne que certains facteurs culturels peuvent paralyser un enfant à un ” niveau subconscient” et par conséquent fermer les volets et assurer le silence. Elle écrit

“Respectez vos aînés” ou ” Ne questionnez pas ce que les personnes âgées disent” ou les “personnes âgées ont toujours raison”, c'est ce qui nous est enseigné. Les enfants sont aimés et choyés, pas respectés en tant qu'individus. Leurs opinions et expériences sont soit sans valeur soit considérées comme “mignonnes ou imaginatives”. Et pour ceux d'entre nous qui sont ou qui étaient des rebelles et veulent des réponses à tout ce qui n'est pas logique même pour un enfant, nous sommes réprimandés ou même considérés comme “irrespectueux”. Combien d'enfants ou même  adultes pensez-vous peuvent accepter de se sentir comme un paria ?

Nous sommes également endoctrinés à ne pas laver notre linge sale en public. Donc, même quand les abus sexuels ont ou avaient lieu, de nombreux enfants n'en parlent pas par peur ou choc ou honte ou manque de confiance ou manque de soutien. Ou s'ils sont tendus, la réaction risque d'être : traite le problème en silence.

Auparavant, en 2010, un autre documentaire institulé Speak Up! It's Not Your Fault! (Parlez! Ce n'est pas votre faute!) produit par SCM Sophia Production (Sophia Institute of Social Communications Media, Mumbai) et dirigé par le Dipika Lal a traité du problème des abus sexuels sur les enfants en Inde. En utilisant l'analogie visuelle de l'histoire du Petit chaperon rouge et avec la participation de deux adultes qui enfants ont été victimes d'abus sexuels (un d'entre eux étant Dipika lui-même) partageant leur expérience devant les caméras, le réalisateur a non seulement fait ressortir ce que les enfants ressentent et traversent mais également les problèmes auxquels ils font face quand l'un d'entre eux s'ouvre sur le sur le sujet. Le film est actuellement présenté à Culture Unplugged et a été autorisé à y être utilisé.

Le film montre aussi que même quand les enfants disent “Non” ou s'ils ne sont pas à l'aise, ils peuvent être exploités à céder aux souhaits des agresseurs. L'exploitation, selon Vidya Reddy, Directeur de Tulir- une organisation travaillant sur la prévention et la guérison des abus sexuels sur les enfants en Inde- est un domaine extrêmement crucial que les adultes doivent comprendre afin de pouvoir créer de véritables protections essentielles pour fournir aux enfants un environnement sûr et protecteur.

Lors d'un entretien téléphonique, Vidya a insisté qu'à moins que les éducateurs adultes auxquels nous demandons aux enfants de signaler les abus, soient eux-mêmes éduqués et informés d'une façon qui leur permet d'être préparés et confiants pour gérer ces situations, demander aux enfants de signaler les abus n'aidera pas à résoudre le problème. C'est seulement lorsque les adultes sont éduqués et informés sur le contexte et la dynamique des abus, qu'ils peuvent créer un espace protecteur et sûr pour que les enfants parlent des abus sans peur, mais peuvent également prendre des mesures préventives appropriées pour minimiser les opportunités pour les agresseurs de piéger un enfant. Selon Vidya :

 Les adultes entourant un enfant doivent se sentir préparés et confiants pour s'attaquer aux abus sexuels sur les enfants et la seule façon d'y arriver est de leur fournir des informations qui ne vont pas les submerger et fermer les volets. Au contraire, cela leur permettra de se sentir capables de s'attaquer au problème et capables de le prévenir. La dynamique des abus doit être comprise par les adultes… par exemple, sans comprendre l'exploitation, vous ne comprendrez jamais pourquoi les enfants ne dévoilent pas les abus et c'est le coeur du problème, vous savez. 

Bien sûr, depuis le tournage du film (2010), l'Inde a fait des progrès en ce qui concerne la mise en place de lois spécifiques pour combattre l'abus des enfants. En 2012, le gouvernement de l'Inde a adopté la loi sur la Protection contre les agressions sexuelles sur les enfants [pdf] que l’UNICEF Inde a également mentionnée dans sa campagne #ENDviolence

Un film plus récent, 2nd Saturday, produit par RM films, réalisé par Rumi Goswani et téléchargé sur YouTube par PocketFilms, est une approche courageuse sur l'abus des enfants car il s'adresse directement aux agresseurs. Um homme qui fait subir des abus à une mineure qui est l'employée de maison est choqué lorsque son propre enfant lui demande pourquoi il ne l'aime pas et ne la traite pas comme l'employée.

 Il y a eu également plusieurs autres films, et très récemment, le 20 septembre 2013, la Commission de Delhi pour la Protection des droits des enfants (Delhi Commission for Protection of Child Rights ou DCPCR) a publié un documentaire initulé Thank you Ma pour sensibiliser encore plus sur les abus sur les enfants et les mesures nécessaires pour protéger les enfants.

Les films, vidéos, les spots télévisés, pour résumer les médias audiovisuels, sont des outils puissants pour sensibiliser et éduquer les adultes et les enfants sur les abus, ce sont les dynamiques et les actions possibles qui peuvent minimiser les opportunités d'abus et leur récurrence. C'est positif de voir des militants, des agences gouvernementales, des réalisateurs et des professionnels des médias utiliser les outils audiovisuels d'une façon efficace pour briser le silence et les tabous sur les abus à l'égard des enfants. Nous avons besoin de beaucoup de films pour nous sortir de notre complaisance et ignorance ainsi que pour éduquer, informer et nous aider à résoudre de la bonne façon le problème des abus sur les enfants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site