Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Espagne est morose, dit une récente étude

[liens en espagnol] Il semble que l'Espagne ne se sente pas très heureuse. Selon une étude de l'université Carlos III de Madrid (uc3m) les Espagnols seraient au 49° rang des 112 pays du monde les plus heureux.

kdmskdfnwkjdCet index de bonheur (pdf) n'est pas basé sur des réponses subjectives mais sur des “préférences révélées” prenant en compte ce que les gens font et non pas ce qu'ils disent. D'après Juan de Dios Tena, un professeur du département  statistiques de l'université Carlos III : “les flux migratoires sont très liés aux aspects que la psychologie associe à la notion de bonheur”, cela veut dire que les gens ont tendance à quitter un pays s'ils n'y trouvent par les conditions nécessaires et suffisantes pour être heureux. Ils vont partir là où ils pensent pouvoir l'être. 

On a pris en compte des éléments aussi bien économiques que non économiques du bonheur, qui sont très similaires à ce que l'on peut considérer comme déterminant dans la migration : le revenu brut, le revenu relatif, les caractéristiques démographiques et sociales, le développement social, la relation avec les autres, les caractéristiques du lieu de vie, ou d'autres variables comme la distance, une frontière et une langue communes. 

En prenant en compte tous ces facteurs et en commençant par Hong Kong, Singapour et la Nouvelle-Zélande , l'Espagne occuperait le 49e  rang sur 112 pays de la liste, suivi du Mexique, et de l'Iran et du Costa-Rica. En fin de liste on trouve des pays comme l'Afghanistan, l'Afrique du sud, et la Chine. 

Tena affirme également que les courants migratoires ne dépendent pas seulement de la possibilité de trouver un emploi, comment on a tendance à le croire, mais également de facteurs comme le terrorisme, les inégalités sociales. 

Finalement cette étude conclut que le bien-être ne se mesure pas seulement au revenu individuel, et montre qu'une bonne politique peut accroître le désir de la population de vivre dans son pays alors qu'une mauvaise va le réduire.

Voici quelques tweets en réaction à ce qui précède:

L'Espagne s'éloigne des premières places de la liste du bonheur de la UC3M.. on ne rit plus.., évidemment que nous ne sommes plus la référence pour cela !

On a besoin de plus de football, c'est urgent ! Une nouvelle liste du “bonheur intérieur brut” élimine l'Espagne des premières places.

Quoi d'étonnant ??! A ce rythme on sera dans peu de mois à la 112e place…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site