Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

VIDEO: “Tu te peignes avec quoi ?” Un débat sur le racisme au Brésil

Durs, mauvais, “paille de fer”… quelques uns des adjectifs péjoratifs utilisés pour décrire la chevelure de l'Afrodescendant au Brésil. Ceux qui ont déjà été victimes de commentaires racistes à cause de leurs cheveux pourront partager leur histoire sur le documentaire “Qual é o pente que te penteia?” (littéralement: quel est le peigne qui te peigne?) imaginé par Ana Esperança, une étudiante de 25 ans en cinéma et vidéo à la faculté des Beaux-Arts du Parana (Fap/Unespar). Par cette vidéo elle souhaite dénoncer des idées préconçues. Ceux qui souhaitent y participer peuvent envoyer leurs témoignages par courriel ou en remplissant un formulaire sur le site du projet.

Imagem do site pente que te penteia

Fond d'écran du site du projet: ” Qual é o pente que te penteia?”

Ana a eu un échange par courriel avec  Global Voices, expliquant que c'est à partir de sa propre expérience qu'elle a eu l'idée de ce film qui validera également une épreuve universitaire (Direção II ) :

Depuis bien longtemps on m'a fait des tas de traitements capillaires et j'ai grandi avec le sentiment que mes cheveux étaient étranges, que j'étais une personne laide, bref, j'ai passé une partie de ma vie sans bien accepter mon image (…)  Maintenant, je suis fière de déclarer que je suis ce que je veux être et non pas ce qu'on me dit que je devrais être.

Le titre “Qual é o pente que te penteia”, vient d'une musique des années 40  de David Nasser et Rubens Soares, retrouvée par des artistes brésiliens comme Elis Regina et Planet Hemp.

On peut lire également : Femmes afro-brésiliennes, cheveux crépus et conscience noire, publié le 20 novembre 2012 par Global Voices.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site