Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Dessiner jusqu'à la mort”, huit questions à l'illustratrice Lorraine Rodriguez

Lorraine Rodriguez

[Tous les liens renvoient à des pages en anglais sauf mention contraire]

J'ai découvert Lorraine Rodriguez il y a quelques temps alors que je lisais le livre de poésie “El origen de los párpados” [“L'origine des paupières”](2008) écrit par Mara Pastor [en espagnol]. Plusieurs années après, j'ai lu à nouveau son nom, en tant qu'illustratrice de la couverture du CD single de Juan Pablo Díaz “Jour après jour”. Et lorsque je découvris son blog, puis son site Internet, elle me surprit totalement. Sa biographie illustrée “Mon nom est Lorraine”, et la page “à propos” de son site Internet, ont servi de base aux questions de cette interview, réalisée par email, ainsi que nous faisons tant de choses de nos jours. 

Lorraine Rodriguez est originaire de Porto Rico, a 30 ans, et vit à Barcelone, en Espagne. C'est la mieux placée pour offrir un petit aperçu de sa vie.

Global Voices (GV): Pardon de poser une question aussi cliché, mais il le faut : quand et pourquoi avez-vous commencé à dessiner ?

Lorraine Rodríguez (LR): Siempre que alguien me pregunta sobre esto, cuento la misma historia. Cuando tenía siete u ocho años, estando en la casa de mis tíos, encontré entre las cosas de uno de mis primos, el cassette de “Appetite for Destruction” de Guns N’ Roses. Y me impresionó tanto la portada (era una cruz en fondo negro, y un retrato de cada uno de los miembros de la banda, pero retrato/calavera, en cada punto de la cruz) Tuve que hacer mi propia versión. Cuando llegué a mi casa, la puse en la puerta de mi habitación. Mis padres estaban escandalizados. Esa fue la primera vez que recuerdo haber tenido una experiencia de “ilustración”. También recuerdo dibujar mariposas, nubes y flores. Las dibujaba más grandes que las casas. 
Lorraine Rodríguez (LR): A chaque fois que quelqu'un me pose cette question, je raconte toujours la même histoire. Quand j'avais sept ou huit ans, alors que j'étais chez mon oncle et ma tante, j'ai trouvé la cassette “Appetite for Destruction” [“Appétit pour la destruction”] des Guns N’ Roses parmi les affaires de mon cousin. Et la couverture m'a vraiment impressionnée (c'était une croix sur un fond noir, et une image de chacun des membres du groupe, avec leurs images/crânes placés à chaque extrémité de la croix). Il a fallu que je fasse ma propre version. Quand je suis rentrée à la maison, je l'ai accrochée à la porte de ma chambre. Mes parents furent scandalisés. C'est la première expérience “d'illustration” dont je me souvienne. Je me souviens aussi avoir dessiné des papillons, des nuages et des fleurs. Je les dessinais plus grands que les maisons.
 
Lorraine Rodriguez
GV: Que dessinez-vous ? Comment choisissez-vous vos projets ?

LR: Trato de dibujar todos los días, así que usualmente son cosas que se me ocurren al momento: frases que otros dicen, cosas que leo, retratos, canciones que escucho, cosas relacionadas a temas que me interesan. También depende de mis estados de ánimo.

LR: J'essaie de dessiner tous les jours, habituellement les choses qui me viennent sur le moment : des phrases que d'autres disent, des choses que je lis, des images, des chansons que j'écoute, des choses sur des sujets qui m'intéressent. Cela dépend aussi de mon humeur.

GV: Pourquoi Barcelone ?

LR: Siempre he estado rodeada de personas que se van. Amigos que deciden salir de Puerto Rico un rato para aventurar en otros lugares. Varios amigos habían estudiado acá y en otras ciudades de España, así que luego de pensarlo mucho, de hacer todas las preguntas del mundo -desde las más tontas hasta las más complejas-, al final me decidí. Ha sido una experiencia increíble en todos los sentidos. La ciudad, mis nuevos amigos, las nuevas experiencias. Tengo un “antes de Barcelona” y un “mientras en Barcelona”. Veremos qué sigue.

LR: J'ai toujours été entourée de gens qui partent. Des amis qui décident de quitter un moment Porto Rico pour s'aventurer ailleurs. Plusieurs amis ont étudié ici et dans d'autres villes d'Espagne, donc, après y avoir pensé longtemps et posé toutes les questions du monde –des plus idiotes aux plus complexes– j'ai finalement décidé de venir ici. Ce fut une expérience incroyable à tous les niveaux. La ville, mes nouveaux amis, les nouvelles expériences. J'ai une expérience “d'avant Barcelone” et une de “pendant Barcelone”. Nous verrons ce qui se passe ensuite.

 
Lorraine Rodriguez
GV: Et Porto Rico ? Comment le fait de venir d'une île vous inspire ou vous détruit ?

LR: Como les pasa a todos, la distancia hace que aprecies ciertas cosas mejor. Lo que te parecía fastidioso hace un tiempo, estando fuera, entonces le encuentras lo especial. Estoy orgullosa de donde vengo y de quién soy, y de cómo se refleja en mi trabajo como ilustradora.

LR: Comme cela arrive à tout le monde, la distance vous fait apprécier davantage certaines choses. Ce qui semblait fastidieux un temps, une fois loin, vous semble alors la chose la plus spéciale qui soit. Je suis fière de là d'où je viens et de ce que je suis, et de comment cela se reflète dans mon travail d'illustratrice.

GV: “2003 : J'ai rencontré mes meilleurs amis.” Parlez-moi de vos amis.

LR: Mientras estuve de estudiante en la Universidad de Puerto Rico, Recinto de Río Piedras, conocí a muchas personas. Gente de otros pueblos de la Isla. Muchos con intereses en común a los míos. Muchos de ellos, puedo decir, son mis amigos más cercanos y queridos. Muchos de ellos estudiaron cine; muchos de ellos estudiaron literatura comparada. A través de los años he aprendido mucho sobres ellos y con ellos. Claudia Calderón, Yasiri Castro, Charlie Rivera, Chemi González, Ariel Hernández Domenech, Marina Reyes Franco, Rojo Robles, Mara Pastor, Rubén González, Raymond Forbes, María Inés Lefebre, para mencionar a algunos, todos profesionales y exitosos. La verdad estoy muy contenta de cómo hemos mantenido estos lazos a través de los años.

LR: Quand j'étais étudiante à l'université de Porto Rico, Recinto de Rio Piedras, j'ai rencontré beaucoup de monde. Des gens d'autres villes de l'île. La plupart avec des intérêts communs. Beaucoup d'entre eux, je peux le dire, sont mes plus proches et plus chers amis. Beaucoup ont étudié le cinéma ; beaucoup ont étudié la littérature comparative. Au fil des ans, j'ai appris beaucoup d'eux et avec eux. Claudia Calderon, Yasiri Castro, Charlie Rivera, Chemi Gonzalez, Ariel Hernandez Domenech, Marina Reyes Franco, Rojo Robles, Mara Pastor, Ruben Gonzalez, Raymond Forbes, et Maria Ines Lefebre, pour n'en citer que quelques-uns, tous professionnels et tous brillants. Je suis vraiment très heureuse de la manière dont nous avons gardé ces liens à travers les années.

 
Lorraine Rodriguez
GV: A quels endroits souhaitez vous aller ?

LR: Una vez tienes la oportunidad de salir de Puerto Rico, de pronto se abre un mundo de posibilidades. A mí me encantaría poder visitar todos los confines del globo terráqueo. Pero, siendo realista, podría decir que me gustaría pasar algún tiempo en Oriente Medio por muchas razones. Siempre me ha interesado la literatura, el arte, la música y la cultura de muchos de los países que comprenden esa región geográfica. He dedicado mucho tiempo a estudiar, por mi cuenta, sobre cada una de estas cosas, y no hay descanso. Es una fijación muy bonita e intensa. Si realmente existe esto de las vidas pasadas, seguramente nací y viví allí.

LR: Une fois qu'on a la chance de quitter Porto Rico, un monde de possibilités s'ouvre. J'aimerais pouvoir visiter chaque coin du monde. Mais, en étant réaliste, je dirais que j'aimerais passer du temps dans le Moyen Orient pour beaucoup de raisons. La littérature, l'art, la musique et la culture de beaucoup des pays qui font partie de cette zone géographique m'ont toujours intéressée. J'ai passé beaucoup de temps à étudier chacune de ces choses, de moi-même, et il n'y a pas de frein. C'est une très belle et intense fixation. Si les vies antérieures existent, sûrement que j'y suis née et que j'y ai vécu.

GV: Et pourquoi Bob Dylan ?

LR: Bob Dylan es increíble. Muchas de sus canciones son intensas y hermosas. La primera vez que me detuve a escuchar “Ballad of Hollis Brown”, pensé que era perfecta para ilustrarla. Estando acá en la universidad, se me presentó la oportunidad de trabajarla en el segundo bloque de ilustración narrativa. Fue difícil elegir los versos que iba a ilustrar porque no era un cómic extenso. Era más bien un ejercicio, así que estaba obligada a decidir cuáles aspectos emocionales y narrativos iba a resaltar en solo cuatro páginas. Una vez lo tuve claro, logré dibujarlo todo en dos días; colorearlo en un día y presentarlo.

LR: Bob Dylan est incroyable. Beaucoup de ses chansons sont intenses et belles. La première fois que je me suis arrêtée pour écouter “Ballad of Hollis Brown,” j'ai pensé que c'était parfait pour illustrer. Etant ici à l'université, j'ai eu la chance de travailler dans le second bloc d'illustration narrative. Il m'a été difficile de choisir les textes que j'allais illustrer parce que ce n'était pas une longue bande dessinée. C'était plutôt comme un exercice, j'ai donc dû décider des aspects émotionnels et narratifs que j'allais mettre en avant sur seulement quatre pages. Une fois cela clarifié, j'ai réussi à tout dessiner en deux jours ; à le colorier en un jour et à le présenter en un autre.

 
Lorraine Rodriguez
 
GV: Qu'éprouve-t-on quand on sait ce qu'on veut faire jusqu'à la mort ?

LR: Pienso que una vez descubres qué es lo que te gusta, lo que te causa satisfacción, lo que sabes hacer, lo que te apasiona por encima de todo en la vida, entonces no hay marcha atrás. Tienes que ser responsable con eso; tienes que darle oportunidad. Descubrí que dibujar es lo que realmente me gusta, entonces ¿por qué no dedicarme a eso? Quiero ser parte de la niñez de otros, por eso quiero seguir ilustrando narrativa para niños; quiero ser parte de los proyectos musicales de otros; de sus proyectos de cine; quiero ser parte de los proyectos personales de mis amigos, de sus obras de teatro, de sus poemarios, de sus pajas mentales. Quiero contribuir en lo que pueda y sea capaz.

LR: Je pense que quand vous découvrez ce que vous aimez, ce qui vous apporte satisfaction, ce que vous maîtrisez, ce qui vous passionne plus que tout, alors il n'y a pas de recul possible. Il faut être responsable avec cela ; il faut lui donner une chance. J'ai découvert que dessiner est vraiment ce que j'aime, alors pourquoi ne pas m'y consacrer ? Je souhaite participer à l'enfance des autres, et pour cela, je veux continuer à illustrer les histoires pour enfants. Je souhaite participer aux projets musicaux des autres, et aux projets de cinéma. Je souhaite participer aux projets personnels de mes amis, leurs pièces de théâtre, leur poèmes et leurs fantaisies insolites. Je veux contribuer de toutes les manières possibles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site