Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Banksy se lance dans la vidéo et cible la rébellion syrienne

[Liens en anglais] La vidéo de Banksy qui satirise la guerre civile syrienne, sous le titre “Rebel Rocket Attack,” [Attaque rebelle au missile], a provoqué stupeur et déception auprès des Syriens et des fins observateurs de la guerre civile.

Publiée le 6 octobre, elle a déjà dépassé 5 millions de vues sur YouTube avec plus de 25.000 ‘j'aime’ et environ 5.000 ‘je n'aime pas’. Pour promouvoir la vidéo, l'artiste graffeur britannique anonyme a publié une bande-annonce sur Instagram avec cette note :

Je ne publie aucune photo aujourd'hui. Pas après que ces images choquantes ont émergé. Allez sur banksy.co.uk pour la vidéo complète

La bande annonce a reçu plus de 3.000 ‘j'aime’ et quelque 300 commentaires débordant d'émotions contradictoires.

Dans ce qui ressemble à des images d'amateur venant du côté de la rébellion, la parodie commence avec deux rebelles pointant un lance-missile portable vers un objet dans le ciel. La bande son est reprise d'une vidéo de la base aérienne de Mennegh à Alep en pleine guerre civile et mise en ligne le 23 février, comme signalé par Nader. Une voix hors champ hurle “Reculez, reculez,” et une autre documente la prise de vue par “Dieu est grand ; bataillon de défense aérienne du conseil militaire d'Alep.” Quelques instants après la mise à feu, Dumbo de Disney tombe du ciel, cabossé et contusionné. Les rebelles cagoulés, vêtus de shalwar kameez, dansent de joie autour et sur le personnage de dessin animé qui a rendu l'âme. Un enfant, vêtu du même attirail que les adultes, entre en scène, regarde Dumbo puis donne un coup de pied au rebelle tenant le lance-missile. Pendant toute la vidéo, on entend les rebelles crier le tristement célèbre Takbir, un slogan souvent utilisé par les islamistes lors des manifestations et les musulmans modérés pour louer Dieu, “Allahou Akbar,” Dieu est le plus grand.

Tandis que la vidéo a fait s'interroger beaucoup sur le sens de “Allahou Akbar”, elle a aussi éveillé les critiques contre les idées de gauche de Banksy. Max Fisher du Washington Post écrit de la signification politique malencontreuse de l'oeuvre :

A la différence de son oeuvre sur la Cisjordanie, ça ne traite pas vraiment du conflit armé ou de ses aspects plus vastes, même depuis un point de vue idéologique unilatéral. Ça ne ne touche pas les problèmes de fond, mais reste plutôt arrêté à l'un des rares aspects avec lesquels les gauches européennes et arabes se sentent à l'aise, et ignore tout le reste. Ce qui ne veut pas dire que la vidéo est mauvaise ou erronée en tant que morceau d'art politique, bien entendu

De même, le blogueur syrien Darthnader regarde l'oeuvre à travers les yeux d'Edward Saïd, ajoutant que l'imagerie comme le contexte sont injurieux. Il demande :

Alors quel est au juste le message ? Que les avions de combat du régime syrien sont comparables à de pauvres éléphants volants ? Que les rebelles en Syrie sont une bande de bouffons hétéroclites qui vont et viennent en essayant de tuer les créatures les plus inoffensives ?

Sur Twitter, MadeInNablus abonde en son sens :

Complètement dérouté par la nouvelle petite vidéo de Banksy sur la Syrie. J'y sens une odeur d'orientalisme.. des rebelles qui hurlent des allahu-akbar de sauvages etc

Certains ont même questionné les intentions de la vidéo, pour conclure que Banksy a abordé un sujet qu'il “ne comprend pas suffisamment,” estime le comique libanais Karl Sharro sur PRI. Evidemment, Paul Woodward de War in Context dit lui aussi que le clip est dépourvu de toute signification :

Le dernier coup de pub de Banksy est précisément cela : un coup de pub qui réclame l'attention mais ne dit pas grand chose de plus que le désir universel d'être remarqué. C'est un cri pour être entendu lancé par quelqu'un qui n'a rien à dire — et non une pièce affûtée d'analyse politique.

D'autres croient que Banksy s'est mis du côté d'Assad, et l'ont condamné de dauber sur une résistance qui a commencé avec des tags de liberté. Rana Kabbani tweete :

#Banksy est du côté d'Assad. Il oublie que la révolution syrienne a commencé avec des tags pour la liberté, pour lesquels des jeunes garçons se sont fait arracher les ongles.

Les uns ont rejeté la vidéo comme un canular, les autres ont souligné qu'elle n'avait obtenu l'attention que grâce à la réputation internationale acquise par Banksy au fil des années. Mais beaucoup d'autres, surtout des Syriens, sont restés indifférents, comme l'a souligné Donatella sur Twitter :

La vidéo de Banksy : tous mes amis (non-syriens) l'adorent ; aucun de mes amis syriens ne l'a vue et ils se foutent de la voir..  

2 commentaires

  • Jessy

    En aucun moment, je lis la première interprétation qui peut en être faite : ces vidéos de guerre qui pullulent sur la Toile et que nous ne recoupons pas toujours… À bon entendeur.

  • Maggy,There’s a site that lists all the locations I need to find it for you. Maybe we could sack off the gaerlly trip and go Banksy hunting instead how fab would that be?!!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site