Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Attentat suicide de Volgograd : La lettre d'une écolière musulmane

Russian special forces training in the North Caucasus. Screenshot from Youtube video published by hardingush.

Les forces spéciales russes s'entraînant dans le Nord-Caucase. Capture d'écran de Youtube publiée par hardingush.

RuNet Echo traduit rarement des articles de blogs dans leur intégralité, mais dans ce cas précis, nous faisons une exception. Suite à l'attentat à la bombe [article de Global Voices] commis à bord d'un bus à Volgograd par une femme kamikaze, qui avait coûté la vie à 6 personnes et blessé des dizaines d'autres, une jeune fille musulmane a écrit une lettre au blogueur anonyme hardingush [article de Global Voices], un soldat des forces spéciales russes opérant au sein d'une équipe anti-terroriste dans le Nord-Caucase et tenant un blog sur son activité. Dans cette lettre, la jeune fille aborde les inquiétudes, craintes et espoirs ressentis par de nombreux Russes musulmans à l'heure actuelle. Hardingush a publié [russe] cette lettre en supprimant les informations personnelles de la jeune fille et en corrigeant son orthographe, car comme celui-ci l'a écrit, “elle contient des informations importantes qui donnent de l'espoir pour l'avenir…”. Nous pensons nous aussi que cela est important. Voici donc la lettre dans son intégralité :

Салам тебе, Хардингуш!

Я читаю все, что ты пишешь. Почти с самого начала, как ты начал вести блог. Спасибо за то, что ты показываешь людям другой Кавказ. Настоящий. Мне очень нравится как ты пишешь. Я живу в Волгограде. Наша семья приехала сюда из ______. Учусь в ______ классе _______ школы. В Волгограде я живу уже больше 6 лет. Я, конечно, мусульманка. Никогда у меня здесь не было проблем из-за моей религии или национальности. Но когда произошел терракт, родители запретили мне ходить в школу. Они боялись, что меня могут обидеть. Многие девушки, мусульманки тоже не пошли в школы и институт, потому что тоже боялись, что вся вина будет возложена на нас. Мы переписывались с ними в интернете и все друг другу советовали вообще никуда не выходить. 

Позвонила учительница, она тоже волновалась за меня. Я ей сказала, что пока не буду ходить на уроки. Она отнеслась к этому с пониманием. Мне звонили одноклассники, тоже волновались за меня. Я тоже ответила, что пока не могу ходить в школу. На следующее утро ко мне в дверь позвонили одноклассники. Они сказали мне, собирайся, мы будем сопровождать тебя в школу и  домой столько времени, сколько понадобится и никому не позволим обидеть. Все они – русские мальчишки и девочки. Даже мама моя заплакала, когда услышала.

Просто хотела с тобой поделится. Ты недавно писал про народ и про то, что все равнодушны к другу другу. Это не так. Меня провожают в школу и из школы мои русские братья и сестры – я так их называю теперь, потому что не могу называть просто одноклассниками. Мы, мусульмане, против террористов. И никогда их не поддерживали. Не публикуй мое письмо, потому что мне плохо дается русский язык и я допускаю много ошибок. Но, если будешь писать в блоге, исправь, пожалуйста, ошибки и не пиши мое имя и где я учусь. Я их только для тебя написала. Просто хотела рассказать тебе, что у нас не все так плохо. 

Salaam, Hardingush!

Je lis tout ce que tu écris. Presque depuis le tout début, quand tu as commencé ce blog. Merci de montrer aux gens l'autre Caucase. Le vrai Caucase. J'aime vraiment ta façon d'écrire. J'habite à Volgograd. Notre famille a quitté ______ pour s'installer ici. Je suis en classe de ______, à l'école de ______. Je vis à Volgograd depuis 6 ans. Je suis bien sûr musulmane. Je n'ai jamais eu le moindre problème à cause de ma religion ou de ma nationalité. Mais quand l'attaque terroriste a eu lieu, mes parents m'ont interdit d'aller à l'école. Ils avaient peur que quelq'un s'en prenne à moi. Beaucoup de filles musulmanes ne sont pas allées à l'école ou à l'université, parce qu'elles avaient peur que nous soyons montrées du doigt. Nous nous sommes écrit les unes aux autres sur internet et nous nous sommes mutuellement conseillé de ne pas quitter notre domicile du tout. 

Ma professeure m'a appelée, elle se faisait du souci pour moi. Je lui ai dit que pour le moment, je ne viendrais pas à l'école. Elle a été très compréhensive. Mes camarades de classe m'ont aussi appelée, ils s'inquiétaient aussi. Je leur ai également dit que pour le moment, je ne pouvais pas venir à l'école. Le matin suivant, ils ont sonné à ma porte. Ils m'ont dit “prends tes affaires, on va t'accompagner à l'école et te raccompagner chez toi aussi longtemps qu'il le faudra, et on ne laissera personne te faire de mal”. Ils sont tous Russes. Même ma mère s'est mise à pleurer quand elle a entendu ça. 

Je voulais juste te dire ceci. Récemment, tu as écrit à propos des gens et de leur indifférence les uns envers les autres. Ce n'est pas vrai. Mes frères et mes soeurs m'accompagnent à l'école – Je les appelle comme ça à présent, parce que je ne peux pas seulement les appeler mes camarades de classe. Nous, les musulmans, sommes contre les terroristes. Nous ne les avons jamais soutenus. Ne publie pas cette lettre, parce que je ne parle pas très bien le russe et je fais beaucoup d'erreurs. Mais si tu la publies, corrige mes fautes s'il te plaît, et ne dévoile pas mon nom ni celui de mon école. Je les ai écrits seulement pour toi. Je voulais juste te dire que les choses ne vont pas si mal. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site