Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Attentat de Volgograd : interrogations et analyses

 

Suspicious passport photos of the bomber leaked to the media, 21 October 2013, YouTube screenshot.

Les photos suspectes du passeport de l'auteure de l'attentat divulguées dans les médias. 21 octobre 2013, Capture d'écran YouTube.

[Sauf mention contraire, les liens de cet article renvoient vers des pages en anglais.]

Les fausses informations diffusées sur internet à propos de l'attentat commis à bord d'un bus à Volgograd, qui a fait au moins 6 morts et 33 blessés le 21 octobre 2013, ont éveillé les soupçons des blogueurs russes, qu'ils soient russophones ou anglophones. Global Voices a déjà rapporté les réactions à ce sujet sur RuNet ici, et cet article s'intéresse aux observations et aux explications d'ordre historique fournies par les blogueurs anglophones de Russie. 

Sean Guillory, du blog Sean’s Russia Blog attire l'attention sur la façon dont les médias russes ont initialement dépeint la femme kamikaze, identifiée comme étant Naida Asiyalova, 30 ans, originaire du Nord-Caucase. Il souligne en particulier le choix des journalistes de faire circuler une photo de son passeport, que nombre de ceux l'ayant vue ont trouvée extrêmement étrange :

Pourquoi Naida Asiyalova avait-elle son passeport sur elle si elle s'apprêtait à commettre une attaque terroriste ? Et plus important encore, si le passeport a été trouvé sur les lieux de l'explosion, alors pourquoi est-il intact ? Et comment expliquer cette photo d'elle portant un hijab ?! […]

Sean Guillory a posté des photos de deux passeports différents, l'un où Naida Asiyalova porte le hijab, et l'autre où elle n'en porte pas. Ce dernier est abîmé et part en lambeaux, comme s'il avait subi une explosion. Sean Guillory poursuit :

Alors pourquoi ce faux passeport, initialement? Il est vrai que les médias russes subissent les mêmes pressions que ceux des autres pays. Ils doivent diffuser des informations rapidement, et plus c'est rapide et croustillant, mieux c'est. Cependant, Life News est un phénomène à part entière. Ce média est connu pour ses semi-vérités, ses liens avec la police et ses subterfuges d'une façon générale. Il est de notoriété publique que les siloviki [les hommes issus de l'armée, de la police et des forces de sécurité] utilisent Life News pour donner mauvaise presse aux opposants et entacher leur image. Life News et/ou la police voulai(en)t clairement obtenir une “preuve” de l'idendité de Naida Asiyalova. Mais pourquoi ? Je suis convaincu qu'il y a une affaire beaucoup moins reluisante derrière tout cela. Mais concrètement, en divulguant ce passeport contrefait, Life News, les flics ou qui sais-je a de nouveau amoindri ce dont la police russe manque déjà : la confiance de la population. Etait-ce là leur intérêt ?

Craig Pirrong, du blog Streetwise Professor, analyse l'histoire des tensions dans les régions du Daguestan et de la Tchétchénie, en passant au crible les récentes remarques de Poutine, selon lequel l'origine du terrorisme en Russie est étroitement liée aux étrangers :

Le point le plus important : la Russie jette autant d'huile sur le feu qu'elle le peut et il en est ainsi depuis des centaines d'années, et tout particulièrement depuis le début du 19ème siècle […]. Ce discours de Poutine fournit une parfaite illustration de la façon dont il se trouve prisonnier du passé de la Russie. Et le passé, le présent, et malheureusement l'avenir de la Russie dans le Caucase donnent une illustration parfaite de la définition de la folie par Einstein : reproduire la même chose encore et encore, en s'attendant à un résultat différent.

Mark Chapman, du blog The Kremlin Stooge, propose une explication plus complète des rapports de Poutine avec la Tchétchénie et le Caucase, en développant des idées alternatives qui pourraient expliquer les violences ethniques croissantes en Russie : 

Le taux d'emploi est faible dans le Caucase, et les postes à Moscou sont payés environ 40 % plus cher que dans les provinces, selon certaines sources. Les infrastructures à Moscou ploient déjà sous le poids des problématiques engendrées par le déplacement global des populations vers les villes, duquel résulte un niveau de demande en termes de services à Moscou qui n'avait jamais été envisagé par les urbanistes. Certains Russes voient leur style et leur niveau de vie diminué par la présence de ces foules d'immigrants, dont beaucoup sont en situation irrégulière.[…] Cela ne sera probablement pas du goût des Russes, mais le fait est que la Russie a besoin de continuer à entretenir financièrement la Tchétchénie, pour maintenir cette république de son côté, et loin de l'Arabie Saoudite, du Qatar et des autres empires orientaux riches et influents – du moins à court et moyen terme. Un peu de corruption financière serait peu cher payé pour garantir la stabilité de la Tchétchénie et la loyauté de Kadyrov [le président de la République Tchétchène] : c'est au Kremlin qu'il appartient de décider du niveau de corruption que la Russie est prête à tolérer. 

Un commentaire d'un visiteur, Alexander Mercouris, établit un lien entre l'analyse par Mark Chapman des tensions en Tchétchénie et celles au Daguestan, lieu de naissance de la l'auteure de l'attentat de Volgograd :

Aussi critiques que puissent être la situation économique et le niveau de sécurité en Tchétchénie, il apparaît que la situation reste toutefois meilleure que dans d'autres républiques du Nord-Caucase, comme l'Ingouchie et le Daguestan. […] De nombreux actes de terrorisme, parmi les plus récents, comme le dernier en date à Volgograd, impliquent effectivement des personnes issues de républiques autres que la Tchétchénie (en particulier le Daguestan). La très majeure partie de l'activité terroriste semble avoir lieu au sein de ces républiques elles-mêmes plutôt que dans le centre de la Russie et ses zones urbaines.

Un visiteur, yalensis, a été jusqu'à affirmer que l'attentat de Volgograd pourrait être annonciateur d'autres attentats à venir, en écrivant que “Volgograd pourrait avoir été un coup d'essai en vue d'une attaque terroriste planifiée à Sotchi.” 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site