Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

[VIDEO] : Etre Bolivien et immigrant à São Paulo

Denílson e outros adolescentes reunidos num domingo na feira da Kantuta, ponto de encontro da comunidade boliviana em São Paulo. Foto: Agência Pública

Denílson et d'autres adolescents, un dimanche, sur la place de Kantuta, point de rencontre de la communauté bolivienne dans São Paulo. Photo: Agência Pública

Alice Riff et Luciano Onça, a été publié à l'origine par]

Denílson Mamami, 15 ans, habite à  Bom Retiro, un quartier central de  São Paulo. Comme tout jeune de son âge il rêve d'université, d'une bonne carrière, de se marier, d'avoir des enfants et une mère fière de son fils. Il étudie à l'école publique João Kopcke, également dans le centre de la ville, à peu de distance de la gare de chemin de fer  Júlio Prestes. Il aime se promener avec son amoureuse, rencontrer ses amis pour entendre et partager des musiques romantiques et du hip-hop. Denílson – que l'on appelle aussi “Choco” – est né en Bolivie comme un tiers des élèves de son école. Il habite au Brésil depuis l'âge de neuf ans. Comme lui, des milliers d'adolescents boliviens, ou des fils d'immigrants boliviens, vivent actuellement à São Paulo.

L'association Pastorale des Migrants estime que la population de Boliviens à  São Paulo compterait de 50 000 à 200 000 personnes (chiffres non vérifiables car la plupart sont en situation irrégulière), une grande partie de celle-ci travaille dans des ateliers de confection disséminés dans toute la ville, mais qui se concentrent surtout dans les quartiers centraux de Brás et Bom Retiro. La communauté bolivienne est considérée comme la plus grande communauté latino-américaine résidant au Brésil. En 2010, le gouvernement Lula a déclaré une amnistie pour tous les immigrants illégaux du pays, sur les 42 000 demandes de naturalisation déposées, plus de 17 000 venaient de citoyens boliviens. 

Les parents de Choco sont arrivés au Brésil il y a 15 ans, à la recherche d'opportunités de travail. Pendant son enfance il a été élevé par ses grands-parents à La Paz, capitale de la Bolivie, tandis que ses parents travaillaient dans un atelier de couture à São Paulo. Lorsqu'il a eu 9 ans, sa mère, séparée de son père, est venu le chercher en Bolivie et s'est installée avec lui dans le quartier du Bom Retiro, dans une vieille maison de ville partagée avec d'autres familles boliviennes. Dans une pièce est installé un atelier de couture où les adultes travaillent de très longues heures chaque jour.

Les couturiers boliviens de São Paulo se sont fait connaître dans les médias après plusieurs dénonciations d'ateliers qui maintenaient les immigrants dans des conditions de travail proche de l'esclavage.

Le mini-documentaire100% Boliviano, mano  a voulu découvrir comment vit la seconde génération de Boliviens qui résident dans la métropole. Sur fond permanent d'idées préconçues, les “índios” ou “bolívias”, comme on les appelle, décrivent un quotidien d'agressions physiques et verbales. Ils partagent tous le désir de rester au Brésil et de ne plus travailler dans les ateliers de couture. Regardez la vidéo de Agencia Pública, réalisée en partenariat avec Grão Filmes, et qui a été retenue pour la  4º édition de  “Sala de Notícias” diffusé sur Canal Futura.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site