Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les causes du délestage au Bénin

 

Travailler à la bougie- Photo de l'auteur avec sa permission

Travailler à la bougie- Photo de l'auteur avec sa permission

 

Depuis quelques jours, le délestage a refait surface partout au Bénin.
Après un long silence, Saturnin Yèdonou, directeur de la production des mouvements d’énergie à la Société Béninoise d'énergie électrique (SBEE) a sur la chaîne nationale décliné toute responsabilité de ladite société quant à ces nouvelles coupures de courant.

Selon Yèdonou, c’est l’Etat nigérian qui fournit une partie de l'électricité au Bénin qui est à l'origine de ces coupures. Des difficultés techniques au niveau de leurs centrales thermiques qui fonctionnent au gaz en seraient la cause

Selon le directeur, ces difficultés ont fait baisser la puissance énergétique produite par le géant voisin de l’Est et dont dépend le Bénin. Face à cette situation, le directeur Saturnin YEDONOU a invité les populations à comprendre que les désagréments qu’elles subissent sont une fois encore indépendants de la volonté de la SBEE.

Quelques interrogations sur les accords avec le Nigéria 

Si selon les autorités responsables de la fourniture d'énergie aux populations, la politique énergétique dont les conséquences affectent l'économie et ralenti les activités des béninois, est fragile, c'est surtout parce que le pays dépend en majorité du géant voisin. En effet, les lignes TCN du Nigeria et la VRA du Ghana fournissent présentement au Bénin environ 230 MW qu’elles lui vendent depuis des dizaines d'années.  

Mais face à cette situation d'insuffisance énergétique au Bénin, on peut se poser des questions sur les limites de cette relation économique entre le Bénin et le Nigéria. Il urge alors que les autorités nous éclaircissent sur le contenu de cet accord. Rodrigue Tokpodounsi à Cotonou écrit sur Jolome News : 

A bien y voir, la sortie tardive Saturnin Yèdonou n'apporte rien de concret. Car ce qui importe pour les Béninois, c'est de savoir jusqu'à quand va durer leur misère et quelles sont les dispositions que prennent les autorités pour les en épargner à l'avenir.

Le Paradoxe

Intéressons-nous de plus près à la situation au Nigéria dont dépend le Bénin. En effet, plus de 60 % de Nigérians, soit environ 100 millions de personnes, n’ont pas non plus accès à l’électricité  et la moitié des Nigérians vivent dans les zones rurales ne disposent pas d’électricité.  

Pourtant, tout un pays (le Bénin) dépend du géant de l'Est pour ses besoins en énergie alors que manifestement, il arrive difficilement à combler les besoins de sa population. Et cette situation dure depuis des décennies.

Pour rappel, au Nigéria, le plus grand producteur de pétrole d’Afrique, cette situation s'explique par le fait que les infrastructures ne permettent pas d’acheminer l'électricité sur l'ensemble du territoire.

Ainsi, près de deux tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et ceux qui ont accès au réseau électrique subissent quotidiennement des pannes de courant.

En  définitive, il semble que la situation de l'énergie au Bénin est loin d'être une affaire réglée.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site