Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un activiste de Tiananmen tente de se rendre à la Chine et essuie un nouveau refus

@zuola uploaded the photo of Wu'er Kaxi taken from the wanted criminal notice published in major newspapers 24 year-ago by the Chinese government.

@zuola a mis en ligne la photo de Wu'er Kaxi tirée de l'avis de recherche publié dans les plus grands journaux il y a 24 ans.

Wu'er Kaixi, un activiste recherché depuis les manifestations estudiantines pour la démocratie à Tiananmen en 1989 s'est rendu au gouvernement de Hong Kong, où il se trouvait en transit entre Taiwan et Bangkok. Il a demandé à être extradé en Chine continentale en tant que fugitif.

Depuis 2009, il a déjà tenté à plusieurs reprises de rentrer en Chine, dans le cadre de la campagne du retour des exilés de Tiananmen lancée par le révérend Chu Yiu Ming en 2007. Cette campagne de “Home coming” soutient le retour des activistes pour la démocratie exilés et prône la réunion des familles.

En 2009, Wu'er Kaixi n'a pas pu entrer à Macao ; en 2010 il a été arrêté pour avoir tenté de pénétrer dans l'ambassade de Chine à Tokyo et en 2012 il a tenté de se rendre à l'ambassade chinoise de Washington D.C. qui l'a ignoré.

Comme lors de ses tentatives précédentes, Wu'er Kaixi a une nouvelle fois échoué. Le gouvernement de Hong Kong l'a empêché d'entrer sur son territoire et l'a renvoyé à Taïwan peu après son arrivée.

Aux alentours de 13h, Wu'er Kaixi twitte :

Je suis à l'aéroport international de Hong Kong. Je me suis rendu aux autorités locales, je leur ai dit que j'étais un fugitif réclamé par le gouvernement chinois et que je souhaitais me rendre. Je me trouve actuellement au poste de contrôle de l'immigration. Vous pouvez lire ma déclaration ici : wuerkaixi.com

Cette fois, Wu'er Kaixi était accompagné d'Albert Ho, juriste du Parti Démocratique de Hong Kong et à la tête de l'Alliance Hongkongaise de soutien aux mouvements patriotiques et démocratiques de Chine (Hong Kong Alliance In Support Of Patriotic Democratic Movements Of China).

@wenyunchao, un activiste politique de Chine continentale vivant aujourd'hui aux Etats-Unis, a posté une photo de Wu'er Kaixi et d'Albert Ho prise à l'aéroport de Taipei avant leur départ pour Hong Kong, accompagnée du mot-dièse #Homecoming :

Wu'er explique sur son blog la raison pour laquelle il souhaitait se rendre :

Depuis 1989, cela fait maintenant 24 ans que je suis en exil sans aucune possibilité de voir mes parents et ma famille. Mes parents sont vieux et malades. Le gouvernement chinois refuse de leur délivrer des passeports pour qu'ils puissent voyager et venir me voir. On leur a clairement dit qu'on ne leur donnerait pas de passeport car leur fils est un dissident. Je voudrais demander au gouvernement chinois si ce comportement est en accord avec les traités internationaux qu'il a signés ; est-il fidèle aux valeurs traditionnelles de la Chine ? Est-il même en accord avec les lois de la RPC ?

Il me semble que la réponse à ces questions est non, c'est pourquoi je n'ai d'autre alternative que de me rendre. Mes parents et ma famille me manquent, et j'espère pouvoir les revoir de leur vivant, même si une telle réunion doit se faire à travers une vitre.

Il explique également pourquoi il a choisi Hong Kong comme point d'entrée : 

Depuis 2009, j'ai fait des tentatives similaires à Macao, au Japon et aux Etats-Unis pour entrer en Chine ou dans des ambassades chinoises afin de faire face aux accusations du gouvernement chinois, mais on me l'a refusé chaque fois. Ce que je fais aujourd'hui résulte de l'absurdité de la décision du gouvernement de lancer un mandat d'arrêt contre moi tout en m'interdisant de revenir.

Etant donné que le gouvernement hongkongais reconnaît la position officielle chinoise, qui considère ma participation aux mouvements de 1989 comme une “conspiration pour renverser le gouvernement”, ce qui me rend à leurs yeux coupable d’ “incitation à la révolution”, celui-ci devrait accéder à ma requête et aider le gouvernement chinois à m'arrêter. Je sais bien que la zone de transit de l'aéroport de Hong Kong est une zone internationale, mais elle est sous la juridiction de Hong Kong, et les autorités devraient au moins considérer mon intention de me rendre.

Si le gouvernement de Hong Kong refuse ma demande, ne m'arrête pas et n'aide pas le gouvernement chinois à le faire, je prends cela pour un refus de la part du gouvernement hongkongais de se conformer à la position officielle de la RPC sur les mouvements étudiants de Tiananmen. Si c'est le cas, je ne peux qu'approuver, et demander alors aux autorités de Hong Kong d'accorder aux dissidents chinois le droit d'entrer sur leur sol, et d'ainsi me donner l'opportunité de me rendre au bureau de liaison chinois situé à Hong Kong.

En réalité, le gouvernement de Hong Kong n'a pas à se positionner politiquement sur les mouvements étudiants de 1989, puisqu'il n'a jamais signé d’accord d'extradition [en chinois, PDF] avec la RPC. Pourtant, les services de l'immigration ont refusé l'entrée à un grand nombre de dissidents chinois connus depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine. Les autorités hongkongaises ont donc une nouvelle fois refusé l'entrée à Wu'er Kaixi, qui a été obligé de quitter l'aéroport et de retourner à Taïwan aux alentours de 16h.

Bien que le séjour de Wu'er Kaixi à Hong Kong ait été court, il a occasionné un certain nombre de discussions et de commentaires. Francis Chan a exprimé [en chinois] sa chaleureuse bienvenue dans les commentaires de l'article du Housenews :

Il a épousé une Taïwanaise et possède un passeport taïwanais, il devrait donc être considéré comme un Taïwanais. Il est le bienvenu. Laissez-le revenir et laissez-le partager son expérience avec les jeunes. S'il s'était tu et avait fait le dos rond en mai-juin 1989, il aurait pu devenir un riche héritier. Son père était un cadre ouïghour important au Xinjiang.

Pour autant, peu ont apprécié le geste de Wu'er Kaixi. Beaucoup ont en effet exprimé leur déception face aux dissidents. Kelvin Kwok Fung Tang par exemple a reposté ce commentaire sur plusieurs fils de discussion publics sur Facebook :

中共國的滅絶人性是肯定的。但是當初遠走高飛的吳爾開希離國後有想到要改變中國嗎?眾多受香港人協助逃出外國的所謂民運份子有團結起來改變中國嗎?沒有,似乎大都在外國畢業、結婚、離婚、賺錢就算了,如今自己父母老了又不能回國見父母,才知道要懊悔,那為何當初要辜負香港人對你的期望?為何辜負自己的理想?[…] 再三問問吾爾開希,這二十年來你在美國和台灣為華人作過任何貢獻嗎?

Tout le monde sait que le Parti Communiste Chinois est dénué de sentiments. Mais Wu'er Kaixi veut-il réellement changer la Chine ? Les dissidents chinois accueillis par Hong Kong se sont-ils réellement unis pour changer la Chine ? Non. Beaucoup d'entre eux ont seulement terminé leurs études à l'étranger, se sont mariés, ont divorcé et gagné beaucoup d'argent. Maintenant que leurs parents sont vieux, ils sont pris de remords. Ils ont déçu nos attentes et renié leurs propres idées. […] Je pose aujourd'hui la question à Wu'er Kaixi, sur les 20 dernières années, qu'a-t-il fait depuis Taïwan ou les Etats-Unis pour le développement de la démocratie en Chine ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site