- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

L’activiste égyptien Alaa Abd El Fattah de nouveau arrêté

Catégories: Egypte, Droits humains, Médias citoyens
Alaa Abd El Fattah. Photo by Alaa And El Fattah via Wikimedia Commons (CC BY-SA 2.5) [1]

Alaa Abd El Fattah. Photo de Alaa And El Fattah publiée sous licence Wikimedia Commons (CC BY-SA 2.5).

[Liens en anglais]

Le célèbre activiste et blogueur égyptien, Alaa Abd El Fattah, a été arrêté hier, [2] jeudi 28 novembre 2013, vers 10 heures, chez lui. Depuis mardi, il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt, en réponse aux violences ayant éclaté lors de la dispersion d’une manifestation au Caire. Le père du blogueur [2] a expliqué aux médias locaux qu’il pensait que l’arrestation avait été réalisée dans le cadre de la nouvelle loi [3] interdisait les manifestations en Égypte. La police est allée l’arrêter chez lui, alors qu’il avait annoncé [4] qu’il se livrerait de son propre gré samedi, comme l’a publié sur Facebook sa tante, la célèbre romancière Ahdaf Soueif.

Selon sa femme, Manal, la police a usé de violence pour l’arrêter :

La police a fait irruption chez nous, a arrêté @alaa [5] et m’a frappée. Ils ont volé nos ordinateurs et nos téléphones portables.

Les taches de sang dans notre chambre à coucher où ils ont battu @alaa [5]  اثار الدم في غرفة نومنا بعد ان ضربته الداخلية pic.twitter.com/DZZEKQwHz3 [7]

Si les policiers m’ont battue dans notre maison, que vont-ils faire à @alaa [5]. J’ai peur pour lui.
— لا لدستور العسكر (@manal) November 28, 2013 [9]

Personne ne sait pourquoi l’arrestation a eu lieu hier, puisque l’activiste avait annoncé publiquement qu’il se rendrait samedi. Heba Morayef, directeur du bureau égyptien de Human Rights Watch fait le lien entre cette arrestation et les projets de loi interdisant les manifestations [3] émis en début de semaine :

L’arrestation d’Alaa montre pourquoi le Ministère de l'Intérieur voulait cette loi avec la vague formulation de l’Art 7 = pour leur donner la possibilité d’arrêter n’importe quel activiste.

Hesham Mansour a donné une réponse ironique :

Ne demandez pas ce que l’Égypte a fait pour nous. Demandez combien de fois Alaa a été arrêté.

Mona Seif, la sœur d’Alaa Abd El Fattah, a publié des informations concernant l’endroit où son frère est détenu :

Nous sommes désormais sûrs qu’Alaa est détenu dans les casernes des Forces Centrales de Sécurité de Gizeh, sur la route du désert entre le Caire et Alexandrie.

Alaa Abd El Fattah avait déjà été détenu [13] sous le régime d’Hosni Mubarak pendant 45 jours et une deuxième fois pendant deux mois par le Conseil suprême des forces armées en 2011. Il avait aussi fait l’objet d’accusations sous le gouvernement de Mohamed Morsi en 2013, avec Bassem Youssef [14], le populaire humoriste, dans le cadre de ce que beaucoup ont considéré comme une tactique d’intimidation. Chaque fois, le mot-clic #FreeAlaa [1] est utilisé comme marque de soutien. Voilà, une fois encore.