Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#Euromaidan : La contestation monte en Ukraine

[Liens en anglais sauf mention contraire] Le 21 novembre 2013, le gouvernement ukrainien annonçait officiellement qu'il suspendait les préparatifs de l'accord d'association de l'Ukraine avec l'Union Européenne, dont la signature était prévue à Vilnius la semaine suivante. L'accord devait marquer un tournant historique dans l'intégration économique et politique de l'Ukraine à l'Europe, et apparaissait à beaucoup comme le signe de son choix géopolitique entre la Russie et l'UE. 

Comme rapporté [fr] par Global Voices au premier soir des manifestations, les contestataires irrités par la décision du gouvernement n'ont pas tardé à se rassembler au centre de Kiev et d'autres villes. Les manifestations, organisées sur les médias sociaux, ont aussitôt été appelées “Euromaïdan” (Place de l'Europe), et plusieurs mots-dièses en rapport ont été créés pour étiqueter les informations, tels que #євромайдан, #евромайдан, et #euromaidan. Au 24 novembre, il y avait dans les rues de Kiev 100.000 personnes réclamant l'intégration à l'UE.

La situation continue à évoluer ; mais voici une chronologie de la contestation à ce jour [le 29 novembre].

An anonymous image circulated online by #Euromaidan supporters.

“Je suis Ukrainien, je ne peux pas rester calme” : image anonyme mise en ligne par des sympathisants d'#Euromaidan.

Les manifestations pacifiques d'#Euromaidan se propagent en Ukraine et dans le monde

Après les manifestations initiales du 21 novembre, les contestataires sont ressortis les soirs suivants, en nombres toujours croissants, et les rassemblements se sont étendus à toutes les régions de l'Ukraine et ont débordé ses frontières. Comme déjà indiqué sur Global Voices, l'extraordinaire développement géographique des manifestations d'#euromaidan à travers la planète a été enregistré sur une carte interactive mise au point par l'utilisateur de Facebook basé à Lviv Bogdan Tsap.

An image listing various cities where #Euromaidan protests were held in Ukraine and abroad: Brasil, South Korea, India, Austria, Czech Republicand other. Image by Twitter user Ihor Shevchenko (@upiterian). Used with permission.

Une image listant les diverses villes où des manifestations d'#Euromaidan se sont tenues en Ukraine et au-delà, avec le Brésil, la Corée du Sud, l'Inde, l'Autriche et la République Tchèque. Image sur Twitter d'Ihor Shevchenko (@upiterian). Utilisée avec permission.

Les usagers des médias sociaux ont joué un rôle central tant dans l'information sur les manifestations d'#euromaidan que l'incitation à y participer, par d'imaginatives affiches, inscriptions et slogans [photos] largement partagés en ligne.

A humorous caption under a photo of a Ukrainian Prime Minister reads: "Enough whining! Grab an umbrella and join [the protest on the Independence Square]! An anonymous demotivator circulated online.

Légende humoristique sous une photo du Premier Ministre ukrainien : “Assez de pleurnicheries ! Prenez un parapluie et rejoignez [la manifestation Place de l'Indépendance] !” Image créée par un anonyme, circulant en boucle sur l'internet.

Anastasia Radievska, une Ukrainienne vivant en Australie, a résumé en un tweet l'humeur des protestataires :

“Ils choisissent l'argent du Kremlin, nous choisissons les valeurs européennes”. Pour l'Ukraine, UE = démocratie, société civile

L'utilisateur de Twitter Ivan Bandura raconte depuis Kiev :

En dépit du froid et de la pluie ce soir, les gens sont quand même venus protester contre l'affront du gouvernement à l'UE

Jusqu'à la fin de la semaine, les manifestations les plus actives se tenaient dans la grande ville d'Ukraine occidentale, Lviv, où les étudiants ont débuté un rassemblement massif et dressé un camp de toile sur la place principale [photos, vidéo]. Alors que le mouvement à Lviv et Kiev était essentiellement pacifique, des pressions administratives et des exemples de brutalités policières ont été rapportés dans d'autres régions.

Tens of thousands of Ukrainians join #Euromaidan protests in Kyiv on Nov. 24, 2013; photo by Ivan Bandura, used with permission.

Des dizaines de milliers d'Ukrainiens rallient les manifestations d'#Euromaidan à Kiev le 24 novembre 2013. Photo Ivan Bandura. Utilisée avec permission.

Apogée des manifestations d'#Euromaidan

Le plus vaste rassemblement jusqu'à présent de manifestants d'#Euromaindan a eu lieu le 24 novembre à Kiev. Une centaine de milliers de personnes ont défilé dans le centre de Kiev [ukrainien, vidéo] pour exprimer leur ferme soutien à l'intégration européenne de l'Ukraine et leur mécontentement de l'état actuel du pays, en nombres dépassant de loin les prévisions les plus généreuses.

A nouveau, le rôle des médias sociaux a été crucial, avec de nouveaux tweets étiquetés #євромайдан s'ajoutant toutes les quasi deux secondes, et la création par les meneurs d'une page Facebook Euromaidan [ukrainien, anglais] qui a compté en moins d'une semaine près de 70.000 abonnés.

Au matin de la manifestation, le blogueur de Kiev Taras tweetait :

Tous à #Euromaidan ! Faisons de notre mieux. Suivez le mot-dièse.

Tandis que les manifestants remplissaient les rues de Kiev, ceux qui suivaient les médias en ligne se sont tournés vers les caméras de la circulation, le seul média visuel à offrir une vue impressionnante du mouvement. Sous une capture d'écran d'une telle caméra sur Maidan Nezalejnosti (Place de l'Indépendance), Dmytro Kondratenko a tweeté [ukrainien] :

#євромайдан Vive l'Ukraine !

Si la presse ukrainienne a été notoirement réticente à parler des manifestations et de l'agitation civique, le volume inhabituel d'activité sur les médias sociaux était impossible à ignorer et a amené de nombreux organes internationaux d'information à s'intéresser à #Euromaidan.

Sur Twitter, Vitalii Vovk a précisé :

BBC News – Place de l'Europe : Mot-dièse de la contestation ukrainienne http://bbc.in/1e7zGtB Nous sommes en tête de tendance de la BBC #євромайдан #euromaidan

L'absence de couverture d'Euromaidan sur les chaînes de télévision a été compensée par l'initiative journalistique indépendante Hromadske.tv [ukrainien]. Reposant sur des expériences réussies de financement participatif [crowdfunding], elle se voulait un projet pilote de média public avec des émissions périodiques, et s'est retrouvée à fournir une information journalière sur les manifestations. Le 24 novembre, Hromadske.tv a atteint 761.380 spectateurs [ukrainien] avec sa couverture en direct des rassemblements d'#Euromaidan à Kiev.

Les médias sociaux ont aussi comblé le vide médiatique nocturne pour les rassemblements, quand augmentait le danger de provocations ou de répressions policières. Journalistes tant professionnels que citoyens ont retransmis en live les rassemblements d'#Euromaidan, tels les utilisateurs de UStream aronets, spilno-tv ou tarasovska, et les représentants de Radio Svoboda (RFE/RL).

Le 24 novembre, les manifestations de Kiev ont culminé, et malgré des affrontements sporadiques avec la police [photos], la journée s'est terminée pacifiquement avec l'installation par les contestataires de tentes dans le centre de Kiev [photo] pour tenir le terrain.

Ces événements ne sont pas passés inaperçus dans l'UE. Štefan Füle, le Commissaire européen à l'élargissement, a tweeté :

Notre engagement pour la modernisation de l'Ukraine reste ferme, la porte reste ouverte, les avantages pour les voisins aussi, malgré les effets de manches

“La jeunesse de la nation pour l'Eurointégration!”

Young people participating in #Euromaidan protests in Kyiv. Nov. 24, 2013. Photo by Ivan Bandura. Used with permission.

Des jeunes gens participant aux manifestations d'#Euromaidan à Kiev le 24 novembre 2013. Photo Ivan Bandura. Utilisée avec permission.

Cependant, après l'apogée de la mobilisation le 24 novembre, l'énergie d'#Euromaidan semblait être un peu retombée. Nombre de ceux qui sont venus manifester à Kiev sont rentrés chez eux, tandis que d'autres demeuraient, dans l'espoir d'une réponse du gouvernement. Dans son allocution télévisée à la nation du 25 novembre, le président Viktor Ianoukovytch n'a donné aucune indication que le gouvernement renverserait sa décision.

Le même jour, les étudiants des principales universités de Kiev annonçaient [photos] une grève officielle et défilaient en direction de la Place de l'Indépendance [photos], appelant les étudiants de tout le pays à leur emboîter le pas.

Students in Kyiv go on strike in protest of government decision to suspend EU intergration. Nov. 25, 2013. Photo by Ivan Bandura. Used with permission

Les étudiants de Kiev se mettent en grève le 25 novembre pour protester contre la décision du gouvernement de suspendre l'intégration à l'UE. Photo Ivan Bandura. Utilisée avec permission

La grève étudiante a ranimé la flamme des manifestations d'#Euromaidan et a même uni les camps des partisans et non-partisans de la contestation, qui s'étaient auparavant divisés. Les étudiants ont annoncé qu'ils ne s'en iraient pas avant que le gouvernement satisfasse la revendication d'une signature de l'Accord d'Association UE-Ukraine.

Sur sa page Facebook, l'humoriste politique Roman Shrayk est allé jusqu'à comparer [russe] l'événement à un épisode d'un film célèbre :

во второй части “властелина колец” есть такой момент, когда на защиту крепости приходит колонна эльфов)

прямая трансляция студенческого митинга. студенты крутые)
смотрите – http://www.radiosvoboda.org/media/videotube/42.html

Dans la seconde partie du “Seigneurs des anneaux”, il y a un moment où un détachement d'elfes arrive pour défendre la forteresse )

Transmission en direct d'un rassemblement d'étudiants. les étudiants sont sympa )
watch – http://www.radiosvoboda.org/media/videotube/42.html

Deux jours plus tard, depuis Kiev, l'utilisateur de Twitter Sacha Tchioutchko exprimait la détermination sans faille des manifestants étudiants [ukrainien] :

Je me gèlerai, je serai malade, je mourrai ici à Kiev, mais j'irai ! Sinon ma conscience ne me laissera pas vivre si tout marche bien #євромайдан

De nombreuses personnalités publiques importantes se sont jointes aux étudiants contestataires, dont la chanteuse ukrainienne lauréate du concours Eurovision de la chanson 2004 [fr] Ruslana.

Et maintenant ?

Un Sommet du Partenariat Oriental [fr], devant voir la signature par l'Ukraine de l'accord d'association avec l'UE, était prévu les 28 et 29 novembre. Alors que le président ukrainien Viktor Ianoukovytch s'apprêtait à s'envoler pour Vilnius et que les rassemblements d'#Euromaidan entraient dans leur deuxième semaine, l'espoir s'amenuisait quer le gouvernement satisfasse les exigences des contestataires.

Les coordinateurs des manifestations ont appelé les Ukrainien à rejoindre leurs rangs pendant le week-end du 29 novembre, et il apparaît qu'avec une grève étendue des étudiants le mouvement pourrait encore s'amplifier. Mais la question demeure pour tous : si le Président Ianoukovytch ne signe pas l'accord, quelle sera la suite ?

A protester in Kyiv hold a sign "Europe starts with you". Nov. 23, 2013. Photo by Olha Snitsarchuk. Used with permission.

Un manifestant de Kiev, le 23 novembre, tient une affiche avec l'inscription “l'Europe commence avec toi”. Photo Olha Snitsarchuk. Utilisée avec permission.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site