Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Quand la traduction révèle l’ignorance d’une ministre régionale de l’éducation

La ministre de l’Éducation pour les îles Baléares, Joana Maria Camps (@joanamariacamps) a démontré qu’elle n’était pas familière de l’une des plus importantes études du secteur : le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Le 21 novembre 2013, lors d’une session parlementaire, elle s’est exprimée, en catalan, plusieurs minutes au sujet d’une importante étude appelée trepitja, la traduction catalane du mot espagnol pisa, forme conjuguée d’un verbe signifiant « marcher sur, fouler ». L’erreur, vraisemblablement due au fait que ses conseillers ont traduit son texte de l’espagnol au catalan à l’aide d’un programme de traduction automatique, prouve que la ministre ne maîtrise pas réellement le sujet sur lequel elle s’exprimait.

Une vidéo, publiée sur YouTube, permet d’écouter son discours, qu’elle conclut en soulignant la nécessité de réaliser une réforme du système scolaire. Sur Twitter, les internautes se sont servis du mot-clic #InformeTrepitja [«  Rapport Trepitja »] pour faire preuve de leur indignation et publier des blagues inspirées par la scène aussi comique que tragique.

Joana Maria Camps est la ministre qui a dû faire face à des manifestations massives et des grèves largement soutenues dans la région au cours des mois d’octobre et de novembre 2013.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site