Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les 10 manifestations qui ont manqué renverser le gouvernement à Bangkok

[Sauf indication contraire, les liens dirigent sur des pages en anglais]

En Thaïlande, une trêve temporaire entre les manifestants de l'opposition et les forces gouvernementales a quelque peu soulagé les tensions politiques dans le pays.

Plus de 100 000 manifestants ont envahi les rues de Bangkok au cours des deux dernières semaines pour demander la démission de la Première Minsitre Yingluck Shinawatra, accusée de n'être que la marionnette de son frère aîné, l'ancien Premier Ministre Thaksin Shinawatra. Thaksin a été chassé du pouvoir par un coup d'Etat en 2006 mais son parti est resté majoritaire dans les urnes. Condamné par un tribunal thaïlandais pour détournement de fonds publics, il vit en exil.

Mais la crise politique est loin d'être terminée car la trêve est conclue uniquement par respect envers le Roi Bhumibol Adulyadej qui fête son anniversaire le 5 décembre. Le Roi est le personnage le plus respecté de Thaïlande.

Une bonne méthode pour analyser comment la crise actuelle peut trouver une issue est de considérer la réaction des différentes forces politiques en cause lors des manifestations et provocations qui ont secoué le pays dans le passé. En particulier, les rassemblements de masses de 2008 et 2010 peuvent donner un éclairage sur les raisons qui font que les principaux partis politiques thaïlandais ne parviennent pas à résoudre pacifiquement leurs différends.

Ces rassemblements n'ont pas directement abouti au changement du gouvernement élu mais ils ont largement contribué à l'érosion de la légitimité du pouvoir en place.

1. Août 2008. Les Chemises Jaunes occupent le siège du gouvernement. En 2008 l'Alliance du Peuple pour la Démocratie (People's Alliance for Democracy – PAD), ou Chemises Jaunes, mène d'audacieuses actions de rue pendant plusieurs mois pour faire tomber le Premier Ministre Samak Sundaravej, accusé d'être mandaté par Thaksin. Le PAD a adopté la couleur jaune par respect pour le Roi.

Le PAD a occupé le siège du gouvernement pendant tout le mois d'août. Les manifestations se sont poursuivies en septembre où le groupe a pu perturber le trafic ferroviaire et l'aéroport de Phuket.

Yellow Shirts occupying the Government House. Photo by Craig Martell, Copyright @Demotix (8/30/2008)

Les Chemises Jaunes occupent le siège du gouvernement. Photo de Craig Martell, Copyright @Demotix (8/30/2008)

2. 24 novembre 2008. Les Chemises Jaunes encerclent l'enceinte du Parlement. Le PAD va plus loin en novembre en encerclant [fr] l'enceinte du Parlement.

3. 25 novembre 2008. Les Chemises Jaunes occupent les deux principaux aéroports de Bangkok. Le PAD paralyse le trafic aérien du pays en occupant [fr] les deux principaux aéroports de Bangkok. Au bout de huit jours, le PAD met fin à son occupation [fr] après que la cour constitutionnelle thaïlandaise eut ordonné la dissolution du parti au pouvoir, forçant le premier ministre à démissionner. Plus tard la même cour déclare non recevable la candidature des alliés de Thaksin aux fonctions officielles. La vidéo qui suit montre l'occupation de l'aéroport international Suvarnabuhmi à Bangkok :

4. Décembre 2008. Montée des Chemises Rouges. La victoire du PAD conduit à la montée des Chemises Rouges [fr] qui ont adopté la couleur rouge uniquement pour se différencier des Chemises Jaunes. Les Chemises Rouges ne sont ni gauchistes ni contre le roi, mais la plupart soutiennent Thaksin. Ils sont farouchement opposés au gouvernement du premier Ministre Abhisit Vejjajiva dont ils contestent la légitimité.

5. Avril 2009. Songkran Noir. Songkran, la fête annuelle de l'eau thaïlandaise, (équivalent du nouvel an thaï) devient le ‘Songkran Noir’ [fr] à cause de la confrontation chaotique et violente entre l'armée et les manifestants anti-gouvernementaux. Les Chemises Rouges adoptent les mêmes méthodes que leurs homologues jaunes pour saper l'administration. En 2009 ils appellent plus d'une fois à descendre dans la rue pour demander de nouvelles élections. La vidéo suivante montre les Chemises Rouges qui contrôlent un char mis en place après la déclaration de l'état d'urgence par le gouvernement :

6. Mars 2010. La manifestation sanglante. Les Chemises Rouges ont mobilisé plus de 100 000 personnes dans les rues. La manifestation est devenue ‘sanglante’ quand les manifestants ont éclaboussé de sang des bâtiments administratifs. Le clip vidéo suivant montre un grand rassemblement de Chemises Rouges :

7. April 2010. Dispersion du blocus des manifestants. Les Chemises Rouges ont réussi à occuper de nombreux quartiers de Bangkok. Ils ont installé des sit-ins dans la ville pour pousser Abhisit à démissionner. Après deux mois de manifestations de rues, ils ont été forcés à se disperser par l'armée envoyée pour détruire [fr] les barricades élevées par les manifestants. Tony Joh rapporte les violentes confrontations entre manifestants et militaires sur le pont Phan Fa.

8. Mai 2010. Assaut final des militaires contre le campement des manifestants. L’escalade de violence du 19 mai au cours de l'assaut final par l'armée a provoqué d'intenses batailles de rue, des émeutes et des scènes de pillage. En se retirant les manifestants ont aussi mis le feu à plusieurs bâtiments en ville. On dénombre plusieurs morts [fr] et plus de 400 blessés au cours des affrontements. Abhisit et certains responsables militaires ont été accusés de crime pour avoir ordonné la dissolution de la manifestation.

 

Red Shirt protest barricade. Photo from @potapotypoter

Une barricade des Chemises Rouges. Photo de @potapotypoter

9. Novembre 2013. Manifestations contre le décret d'amnistie. Le parti d'Abhisit a perdu les élections parlementaires de 2011 et a été remplacé par Yingluck Shinawatra. Elle a récemment soutenu un décret d'amnistie qui, selon les critiques, ‘blanchirait’ les crimes dont son frère est accusé. Le Sénat a rejeté cette mesure mais cela n'a pas empêché les forces d'opposition d'organiser d'importants rassemblements dans la capitale le mois dernier.

Reportage en direct….du Siam. débordements de foules partout. Conseillé d'éviter ces zones.

10. Décembre 2013. Manifestations ‘Anti-Thaksin’. Plusieurs bâtiments administratifs ont été occupés par les manifestants qui dénoncent (fr] l'influence permanente de Thaksin dans l'administration Yingluck. Ils veulent que Yingluck recule et mette en place un Conseil du Peuple. La vidéo suivante montre la taille du rassemblement à Bangkok le 24 novembre dernier, le plus important rassemblement anti-gouvernemental à ce jour.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site