Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Italie : Des médias nationaux italiens qualifient Mandela de “père de l'apartheid”

Mandela, called the "father of apartheid" by Il Gionale

Uno screenshot della prima pagina de “Il Giornale” che definisce Nelson Mandela “padre dell'apartheid”

A l'annonce du décès de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela le 5 décembre 2013, les publications en ligne de toutes sortes se sont précipitées pour mettre à jour leurs premières pages, en publiant des nécrologies et en partageant des images, des histoires et des hommages dédiés à un homme qui, par sa présence et ses actions, a fait du monde un endroit meilleur.

Parmi ceux-ci, certains ont réussi à se distinguer. En Italie, où les rédactions sont confrontées à des réductions de toute nature [italen, comme tout lien ultérieur] et la qualité du journalisme est souvent la cible de critiques, de nombreux journaux à diffusion nationale ont publié sur leurs sites en ligne des titres qui définissaient Mandela de “père de l'apartheid”, alors que Mandela a en fait joué un rôle déterminant dans le démantèlement de l'apartheid, le système sud-africain de discrimination raciale.

Les titres en question ont été publiés dans “Il Giornale”, principal quotidien de la droite, ainsi que sur “Il Mattino” et “Il Messaggero” générant une vague de critiques en ligne.

Italian newspaper Il Messaggero's headline calling Nelson Mandela "the father of apartheid".

Capture d'écran du quotidien “Il Messaggero” où Nelson Mandela est défini comme le”père de l'apartheid”

A screenshot of Italian newspaper Il Mattino's headline calling Nelson Mandela "the father of apartheid"

Capture d'écran du quotidien “Il Mattino” où Nelson Mandela est défini comme le “père de l'apartheid”

Malgré la correction peu de temps après sa publication, le titre a été copié dans de nombreuses publications telles que le portail d'information sur Le Post .

Des représentants de “Il Giornale”, y compris Andrea Cortellari, auteur de l'article, ont présenté leurs excuses les plus profondes sur Twitter :

Erreur impardonnable. Le sens, comme on aurait pu imaginer, était le “père de la lutte pour …”. Je ne peux que présenter mes excuses.

Beaucoup d'internautes ont attaqué le journaliste et son journal, souvent critiqué pour son soutien partisan à l'égard de l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi et de la droite italienne. Les utilisateurs de Twitter, comme Iceheartp, ont répondu aux excuses du journaliste :

tranquille, il y a des choses plus humiliantes. Comme écrire pour Il Giornale.

D'autres ont apprécié les excuses, considérant que c'est un geste inhabituel pour un journaliste italien. Dans le même temps, citant le rédacteur en chef Sallusti Alessandro, l'éminent journaliste Gad Lerner a posé cette question à l'audience de Twitter:

“Il Giornale” de Sallusti définit Mandela comme “père de l'apartheid”, puis s'excuse. Mais l'ignorance des nantis est-elle excusable ?

L'incident a également donné lieu à une discussion plus large sur les difficultés de maintenir la qualité du journalisme dans un contexte de ressources toujours plus rares : selon certains analystes les compressions budgétaires et de personnel de rédaction rendent de plus en plus difficile le maintien de normes élevées de qualité avec des informations qui sortent en temps réel.

Le journaliste Gianni Riotta indique l'erreur comme une preuve de la situation difficile dans laquelle se trouve la presse italienne : 

Les journaux célébrant Nelson Mandela comme “le Père de l'apartheid” sont la preuve tragique de la façon dont les choses vont mal dans le vieux métier

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site