Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Uruguay a légalisé le cannabis

marihuana

Photo  de @T13 sur Twitter

Avec les seules voix de la coalition de gouvernement de gauche Front Large, et après 12 heures de débat animé, le Sénat d'Uruguay a adopté une loi qui légalise le cannabis. Le texte qui en régule la production et la commercialisation a été approuvé à 22h38 mardi 10 décembre 2013.

La décision a propulsé l'Uruguay à la une des médias mondiaux, qui ont suivi la séance avec grand intérêt. Reste à rédiger les textes d'application et à promulguer la loi. Un délai de quatre mois a été alloué à ce processus.

Sur le terrain, la décision des parlementaires fait des vagues et agite l'opinion. Les Sénateurs opposés invoquent la difficulté de garantir la conformité avec la loi, et le doute que ce soit une stratégie valable dans la lutte contre le trafic de drogue. Et ils arguent aussi que, contrairement à la position du gouvernement sur la question, la loi va en réalité encourager la toxicomanie.

Les pharmacies uruguayennes, qui seront chargées de vendre le cannabis à usage médical, sont maintenant en proie à une intense controverse [espagnol, comme les liens suivants], certaines souhaitant vendre le produit et d'autres, non.

L'ONU, pour sa part, a relevé que la loi uruguayenne légalisant le cannabis viole les traités internationaux [anglais] signés par le pays. Qui plus est, la Société Psychiatrique d'Uruguay a mis en garde sur les conséquences de la consommation de cannabis et de son succès grandissant chez les jeunes. Les psychiatres ont aussi déclaré au journal El País que cette drogue joue un rôle dans le taux d'abandon scolaire.

Selon les informations collectées par Infobae, le président de l'Uruguay, José Mujica, a dit espérer que l'Uruguay “aide et que nous allions tous apprendre ensemble, parce que l'idée n'est pas d'instaurer l'Uruguay comme le pays de la fumette libre. Non, non. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit. C'est un fléau, tout comme la cigarette. On vous offrira une ration légale et si vous en abusez, vous serez enregistré et recevrez un traitement médical.”

Au plan international, la loi a généré autant d'attentes que de scepticisme, alors que le monde suivait avec intérêt les discussions autour du projet de loi et exprimait des inquiétudes après l'adoption.

Les opinions se sont fait jour sur les réseaux sociaux tels Twitter. Le candidat à la présidentielle du Parti National conservateur, Jorge Larrañaga (@jorgewlarranaga), a écrit :

Pour la sécurité et la santé le cannabis, pour la liberté, la loi sur les médias. Pour l'éducation, rien.- Les majorités utilisées pour n'importe quoi.

L'utilisateur @charruasomos, pour sa part, a défendu la loi :

[Répondant au tweet de @NicoleOrtizCh] [Le monde est devenu fou, ils légalisent le cannabis en Uruguay. Où allons-nous ?]

@NicoleOrtizCh Eh bien à moi ça me paraît un GRAND PAS EN AVANT ET SORTIR les narcotrafiquants du tableau. L'Uruguay est un pays qui ne fuit pas les problèmes.

La présentatrice de télévision paraguayenne Lucía Sapena (@LuSapena) a déploré la confusion internationale entre les deux pays :

J'ai dû expliquer à déjà 3 amis étrangers que là où le cannabis se vend légalement, c'est l'Uruguay et pas le Paraguay ! Les gens confondent.

La Vénézuélienne Yusnay Bleque (@yusnayb) fait part de ses réflexions :

L'Uruguay se transforme en premier pays du monde à légaliser le cannabis. Quelle barbarie. Ils ne pensent pas à la santé des citoyens.

Le militant argentin Alex Freyre (@AlexFreyre) a fait un parallèle avec la législation en Argentine :

Le cannabis N'EST PAS INOFFENSIF, IL FAUT DONC LE RÉGLEMENTER. L'actuelle loi 23737 argentine est inefficace et encourage le narcotrafic.

Rubèn Jorge Castro (@elojodelciudada) rapproche les légalisations du cannabis et du mariage de personnes de même sexe :

La minorité a imposé le mariage gay, la minorité a imposé le cannabis Pendant ce temps d'énormes efforts se perdent l'Education sombre Plus égaux. Plus idiots.

A l'opposé, de l'avis de Luis Alberto Borsari, la loi sur le mariage de même sexe [fr], la légalisation de l’avortement [anglais], et désormais, la production et distribution légales de cannabis [fr] sont causes de fierté. Sur son blog, il écrit :

cuando nuestros hijos y nietos estudien todo esto en sus Libros de Historia, los imagino sacando pecho por lo hecho hoy, o cantando “Uruguay es el mejor País…”

Quand nos enfants et petits-enfants étudieront tout cela dans leurs livres d'histoire, je les imagine bomber le torse pour le fait d'aujourd'hui, ou chanter “L'Uruguay est le meilleur pays…”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site