Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le web caucasien : le russe, langue commune sur les blogs

9 June 2013, photo by Sergey Ponomarev.

9 juin 2013, photo de Sergey Ponomarev.

Cet article fait partie d'une enquête de RuNet Echo sur la blogosphère du nord caucasien. Consultez les analyses et les récits personnels sur la page The Caucasus Network.

Le russe est la langue véhiculaire qui rapproche les Républiques du Caucase du nord. Aucune des nombreuses langues autochtones non russes n'est prédominante parmi les plateformes de blogs dans le Caucase du nord, même les forums traitant exclusivement de problématiques nationales s'expriment en russe.

A en juger par les médias qu'ils partagent sur les réseaux sociaux, les internautes du Nord-Caucase ont tendance à lire des informations en ligne en russe —en effet, c'est la langue utilisée par la plupart des sources d'information dans la région. Il n'y a qu'au Daghestan qu'un effort a été consenti pour diffuser des informations non basées sur le russe. Deux des principaux médias sont la radio locale Radio Liberty branch et Ria-News division, travaillant toutes deux en langue avar. De plus, un nouveau portail vidéo en ligne, AVAR TV, lancé récemment, offre aux internautes des chaînes de libre expression afin de produire du contenu original en avar.

Lorsque j'ai interrogé de manière informelle plusieurs blogueurs actifs du Caucase du nord, beaucoup expliquaient leur choix de bloguer en russe comme étant le moyen le plus efficace d'atteindre un public plus large —en particulier comme un moyen de parler à d'autres blogueurs dans les Républiques avoisinnantes.

Timur Agirov, connu sur LiveJournal sous le pseudo Timag82, a réalisé un travail impressionnant pour quantifier la présence de blogs d'expression non russe dans le nord caucasien, constituant une archive personnelle de statistiques pour cartographier les diverses enclaves linguistiques. Les cent premiers blogueurs de la liste d'Agirov écrivent tous en russe.

Les barrières de la langue, qui nécessitent l'usage du russe comme langue véhiculaire à travers le Nord-Caucase, sont aussi présentes au sein de chaque République. Au Daghestan, par exemple, il y a plus de trente langues spécifiques parlées par différents groupes de la population.

La blogosphère en Tchétchénie est similaire à celle du Daghestan, bien qu'il y ait quelques exceptions qui fondent la non-écriture en russe, comme le travail bilingue de Gilani Lamaro, l'utilisateur de LiveJournal sous pseudo svd-1986, et Mukhammed Yusupov.

En Ingouchie, les blogueurs emploient la langue autochtone encore moins couramment. Un rare exemple de langue mixte de blog avec le compte LiveJournal d'Abu-Umar Sakhabi. Les blogueurs en Adyguée privilégient aussi le russe, bien que l'on trouve des exceptions, là encore, comme le blog en adyguéen de Astemir Shibzukho et Avraham Shmulevich.

La popularité du russe doit beaucoup à la place dédiée au Caucase du nord dans la Fédération russe (et son histoire la plus longue dans l'Union soviétique et l'Empire tsariste). Curieusement, cependant, les blogueurs du Caucase du nord ont tendance à défendre leur emploi du russe comme un moyen de se rapprocher les uns les autres au sein du Caucase, plutôt qu'une façon de s'assujettir à l'Internet russe plus largement.

C'est aussi dû au fait que le russe, en tant que langue d'une société plus vaste, plus développée, apporte certains avantages dans divers domaines scientifiques et techniques. Shmulevich, par exemple, critiquait le fait que les langues locales faisaient face à une bataille ardue :

[…] лексика на некоторые специальные темы на местных языках мало разработана. Писать по вопросам экономики или теории искусств или квантовой физики на табасаранском или даже аварском все же трудно.

[…] le vocabulaire et la terminologie de certaines spécialités est pauvrement développée dans les langues locales. Ecrire sur des sujets concernant l'économie ou la théorie de l'art, ou la physique quantique, est très difficile en tabassaran ou même en avar.

Le blogueur Ramazan Radzhabov n'est pas d'accord, suggérant que les explications se trouvent ailleurs. Il avance que les langues peuvent développer de nouveaux vocabulaires pour communiquer sur des sujets complexes. Un autre blogueur, Mukhamed Avarski, ajoute :

Популяризация и продвижение родных языков очень не модная тема. Ресурсы по этой теме так же трудно продвигать в сети, за отсутствием посетителей большинство из них быстро затухают. Всевозможные форумы и годеканы начинали свою деятельность по данной тематике но быстренько превращались в обычные флудодромы. Ни кому не интересно напрягать извилины и думать о том что станет с народами потерявшими свой язык. А общекавказских ресурсов занимающихся данной проблематикой я вообще не встречал в сети. 

La vulgarisation et la promotion des langues autochtones est un sujet démodé [dans le Caucase du nord]. Il est si difficile de fournir les ressources [nécessaires] en ligne sur ce sujet que la plupart [des sites] disparaissent rapidement faute de visiteurs. Toutes sortes de forums et godekans [places publiques au Caucase] [en ligne] ont commencé leurs activités sur ce sujet mais se sont rapidement tournés vers les fludodroms [un mot-valise composé du mot anglais “flood” (inondation) et le mot russe “aerodrom” pour “aérodrome,” employé pour décrire un site web inondé de spam] conventionnels. Personne ne s'intéresse à exercer son esprit et de penser à ce qu'il adviendra des gens qui ont perdu leur langue [d'origine], et je n'ai jusqu'à présent jamais vu de ressources pan-caucasiennes consacrées à ce problème.

Il est difficile d'expliquer pourquoi les langues autochtones nord caucasiennes n'ont pas réussi à prendre pied en ligne. En fait, d'après la base de données d'Agirov, il semble que les blogueurs de la région se tournent sans cesse vers l'anglais comme nouvelle langue véhiculaire, éloignant le russe et créant de nouveaux obstacles à l'expansion de blogs en langue locale.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site