Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Niger : Trois actions pour améliorer la vie

Power grid in Niger via the Mapping for Niger Project

Equipement de réseau électrique au Niger via the Mapping for Niger Project

On entend peu parler en bien du Niger en ce moment. La crise économique combinée à la menace du terrorisme peint de sombres perspectives pour une grande partie du pays. Pourtant, si on y regarde de plus près, on trouve des actions qui vont à contre-courant. Présentation de trois projets qui travaillent à une vie meilleure au Niger.   

Le programme Cuisiner avec une énergie sans danger

Chidimma C. Okeke de Niamey explique que le gouvernement du Niger a lancé le Programme Cuisiner avec une énergie sans danger [lien en anglais] pour en étendre le bénéfice à un demi-million de ménages : 

Le programme nouvellement lancé remplacerait l'usage traditionnel du feu de bois dans le reste des institutions publiques par des technologies efficaces de combustion du bois. Il construirait une usine de production de fourneaux dans le pays et créerait plus de 1.500 nouveaux emplois. Ce programme valorisera les femmes en les formant à la production et la vente de fourneaux. Il réduira aussi la déforestation.

Les nouveaux fourneaux sont étudiés pour réduire la mortalité attribuable à la fumée intérieure des combustibles solides, qu'on appelle aussi pollution intérieure de l'air au feu domestique. L'ONG internationale Sentinelles indique qu'on ne parle pas assez des feux domestiques à Zinder, au Niger :

Les enfants gravement brûlés sont malheureusement nombreux. Les «cuisines» des familles se composent généralement d’un simple feu de bois, où est posé le chaudron qui va servir de récipient pour préparer le repas familial. Souvent les enfants jouent autour du feu sans surveillance. Un coup de vent, un enfant trop près du feu, le pagne qui s'enflamme

Voici une vidéo du Service des grands brûlés à l'hôpital de Zinder au Niger, réalisée par Christian Lajoumard. C'est l'histoire de Rachida, 12 ans, et Hindatou, 5 ans, toutes deux victimes de brûlures :  

Rachida, 12 ans, est hospitalisée depuis 10 mois, les fesses et les deux jambes gravement brûlées. Pour tous soins médicaux, de la bétadine pour badigeonner ses plaies qui ne cicatrisent pas. Rachida, qui ne peut plus s’asseoir ni se coucher sur le dos, passe ses longues journées à plat ventre sur son lit d’hôpital sans pouvoir se mouvoir, sans jeux ni télévision pour se distraire. 

L'opération enregistrement des naissances

Dans toutes les régions du Niger, un programme d'enregistrement des naissances mené par l'administration nigérienne avec l'assistance logistique de l'UNICEF, promet un avenir plus sécurisé aux citoyens les plus jeunes du pays. Etre enregistré permet aux jeunes de s'inscrire aux examens, fréquenter l'université, obtenir une carte d'identité ou le permis de conduire. Cette vidéo montre le fonctionnement l'opération pour atteindre toutes les collectivités du Niger :

A Akoubounou, une commune de 47.000 habitants sur une superficie de 5.300 kilomètres carrés dans le Nord-Est du Niger, 600 enfants ont récemment reçu leur certificat de naissance distribué dans les écoles primaires. Sur le blog de l'UNICEF, Khamed Attayoub, le maire d'Akoubounou, rapporte [anglais] :

Dans le processus de décentralisation en cours, les communes ont une compétence forte pour l'état civil. Nous avons un rôle majeur à jouer, notamment dans la sensibilisation au niveau du village. Il est aussi important de s'impliquer dans le suivi, pour s'assurer de n'exclure personne.

Les tribunaux itinérants ont donné des audiences gratuites pour les jeunes non enregistrés. Entre 2009 et 2011, plus de 600.000 jugements ont été délivrés à des jeunes de moins de 18 ans.

Cartographier le territoire  

Affronter les défis liés à un territoire étendu est l'objectif du projet Cartographions pour le Niger, soutenu par un financement de Rising Voices [anglais]. L'opération est un partenariat entre le Département de Géographie de l’université Abdou Moumouni et des étudiants du Club de Géographie du campus qui ont formé ensemble une Communauté technique bénévole pour découvrir les besoins et les histoires de leurs communautés environnantes.

Par ailleurs, l'équipe utilise les outils de OpenStreetMap, pour cartographier des lieux importants comme écoles, rues et hôpitaux en ville et à la campagne, tout en écoutant, chemin faisant, les récits des gens. Un besoin récurrent des collectivités, l'accès à l'électricité, est détaillé dans le billet de blog d'Adama Salou :  

A l’instar des autres villages du canton de Gorouol, le village de Kolmane, un village ou je passais mes vacances, souffre d’une précarité électrique notoire. Le réseau électrique est quasis absent en dehors de quelques panneaux solaires et de générateurs des batteries. Quant à l’électrification des routes, le constat est amer et inquiétant. Cela occasionne souvent des attaques des bandits armés notamment sur l’axe Kolmane – Ayorou, long de 30 km.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site