Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un professeur d'université chinois démissionne au nom de la liberté d'enseignement

[Sauf indication contraire les liens dirigent vers des sites en chinois]

La lettre de démission publiée en ligne d'un professeur d'université a provoqué des discussions houleuses sur la liberté de l'enseignement dans les universités chinoises.

Chen Hongguo, maître-assistant de l’Université de Droit et Sciences Politiques du Nord-Ouest [anglais] à Xi'an, a mis en ligne sa longue lettre de démission sur son blog personnel de son compte Sina Weibo, le site de microblogging le plus fréquenté du pays, le 23 décembre 2013. Sa lettre fait état de sa frustration face aux contraintes que fait peser l'université sur sa liberté d'enseignement.

Chen est un professeur de droit connu pour ses provocations ouvertes du règlement de l'université. Dans sa lettre, il indique qu'il a été arrêté à l'aéroport, en route pour un séminaire pédagogique à l'Université de Hong Kong, mais que sur son insistance il a été autorisé à se rendre à son séminaire. Cependant, à son retour de Hong Kong les autorités universitaires l'ont critiqué pour avoir “manqué à ses devoirs d'enseignant en demandant à quelqu'un de le remplacer auprès de sa classe”. Son visa pour Hong Kong  a été annulé et il n'a pu récupérer son passeport. L'Université a par ailleurs essayé d'empêcher Chen d'organiser un club de lecture avec les étudiants.

Professor Chen Hongguo. Photo from his blog

Le Professeur Chen Hongguo. Photo de son blog

Dans sa lettre, Chen parle de son expérience à l'université :

这些年,我在大学里做了什么大不了的事情?不过是热衷于教学相长的活动,以各种方式和学生互动交流;不过是坚持请一些学者律师到学校讲座,满足偏居一隅的西北学生的知识渴求;不过是坚持和学生开展读书讨论会,而公开正当坦然地做出过抗争;不过是就学校一些具体的有违大学法治精神的规定和做法,提出过就事论事的建设性批评。我一向坚守理性、善意、坦诚的原则,坚守学术独立、师生平等、价值中立的学者操守。这些年来,我发表过一些公开言说,却都是从学术专业的视角出发;我做出过一些底线抗争,但从没能力并且也本能地拒绝成为一个斗士。我只是一个想保持独立和说说真话的个体,只是一个想好好上上课看看书写写文字的学者。

Ces dernières années, qu'est-ce que j'ai fait à l'université ? J'aime tout simplement enseigner et apprendre, et j'aime échanger avec mes étudiants en employant diverses méthodes; je n'ai fait qu'insister pour inviter des professeurs et des juristes à faire des conférences à l'école devant des étudiants avides de connaissances ; j'ai insisté pour organiser des conférences et des forums de discussions, et j'ai manifesté publiquement pour qu'ils aient lieu; je n'ai que favorisé une critique constructive sur des dispositions et des pratiques spécifiques, contraires à l'esprit du règlement de l'université. Je m'en suis toujours tenu à des principes rationnels, fondés et honnêtes, à l'indépendance de l'enseignement, à l'égalité entre les étudiants et les professeurs et à la neutralité. Au cours de ces années, j'ai pris la parole en public, toujours dans une perspective pédagogique; j'ai manifesté, mais jamais jusqu'à me battre. Je ne souhaite être qu'un individu indépendant qui dit la vérité, un professeur qui enseigne, qui fait des conférences et qui écrit.

Il poursuit en donnant sa vision de l'université idéale :

然而,我的路却越走越窄,进行教学探索和学术交流的空间也越来越小。我心目中的并且也身体力行的美好大学,就是学术的自由、开放与包容。我喜欢面对学生各种严肃的批判和质疑,享受与青年学子探讨知识和人生的状态。

Cependant, mon chemin se rétrécit, j'ai de moins en moins d'espace pour des recherches et des échanges pédagogiques. Mon université idéale est une université libre, ouverte et tolérante. J'aime affronter une critique sérieuse et répondre aux questions de jeunes étudiants. J'aime explorer les connaissances et la vie avec les étudiants.

Chen aborde ensuite ses principes politiques en tant qu'intellectuel :

我也从来不是反体制的人。在读书会受阻期间,我说过,我热爱这个国家这片土地,也从来不会反党反政府。体制就是你愿意不愿意,它都在那里。体制支配着你的全部生活,却又看不见摸不着,有什么好反抗能反抗的?反对对抗又能有什么意义和结果?到哪不都一样吗?我因此从来不对此抱以期望和行动。然而,我要对自己的生命负责。你能改变的只有你自己。正因为哪里都一样,所以到哪里,我都有权为自己保留一点点独立自由尊严的空间,那是我珍爱的精神家园。

Je n'ai jamais été contre le système. Quand on m'a empêché de faire une conférence, je n'ai fait qu'affirmer que j'aime cette terre et ce pays, et que je ne m'élèverai jamais contre le Parti [Communiste Chinois] et le gouvernement. Qu'on le veuille ou non, le système est toujours là. Il régit toute notre vie, il est invisible, pourquoi lutter contre cet état de fait ? N'est-ce pas la même chose partout ? Je n'ai jamais nourri aucun espoir ni agi dans ce sens. Cependant, je veux être responsable de ma vie. La seule chose que l'on peut changer c'est soi-même. Parce que où que l'on aille c'est la même chose, je me réserve le droit de conserver un peu de dignité, d'indépendance et un espace de liberté, tel est mon foyer spirituel.

La lettre de Chen a été partagée plus de 10 000 fois et a provoqué plus de 4 000 commentaires en quelques heures, qui pour la majorité expriment leur sympathie et leur soutien. Certains ont aussi émis des critiques sur l'enseignement en Chine.

Zhenzhen kongruye” soulève une interrogation :

一个有才华、有尊严、有抱负、有个性的高校法律教师,以如此方式离开了自己热爱着的讲台,悲壮!到底谁之过?!法律的悲哀?体制的悲哀?或许是其他?谁能回答?

Un professeur de droit respectable et réputé de l'université abandonne le métier qu'il aime, quelle tragédie ! Au bout du compte qui est responsable ? Le droit ? ou le système ? Ou quelque chose d'autre ? Qui a la réponse ?

Xie Hui, un ami de Chen, d'une autre université, écrit :

为何在这个国家的“体制内”,容不下一位只想说说心里话(真话的本质是言者想说的话,而未必一定是真理)的文弱书生?什么是这个国家的“体制”?师弟,只要是你想做的,不妨大胆往前走吧。

Pourquoi le système ne tolère-t-il pas un simple universitaire qui souhaite dire ce qu'il pense (la vérité c'est que celui qui parle veut s'exprimer, mais que ce qu'il dit n'est pas forcément la vérité) ? C'est quoi le “système” de ce pays ? Petit frère, quoique tu veuilles faire, fais-le.

“Xiaoxiao Dabenen” cite “1984” le roman de George Orwell :

这样的故事最好玩又最可怕的地方在于,真的没有一个恶人。每个人都是善意与关切的,但合起来便成为一个无形而高效的黑手。丑陋文化的规则与惯性是恶臭的泥沼,所有人都是受害者,所有人同时又依赖其以生存。老大哥的眼睛无处不在。战争即和平,自由即奴役,无知即力量。

Le plus drôle de l'histoire, et le plus horrible, c'est que personne n'est mauvais. Chacun semble être de bonne volonté et impliqué, mais ensemble ils deviennent un manipulateur invisible et efficace. Chacun est victime des règlements, mais en même temps, chacun s'en remet aux règlements pour survivre. L'oeil de Big Brother est partout. La guerre est la paix, la liberté est l'esclavage, et l'ignorance est la force.

“Hu Xijin” ironise :

哈哈,好!又一个资产阶级反动法学教师爷灰溜溜地卷铺盖卷儿啦!其实謓宏果的辞职很阴险,类似于文革时以死相要挟自绝于党和人民的臭老九,是故意让我党难堪。应该是我党的大学把你清除出校才对,建议取消其教师资格,并正式宣布大学就是党校。

 Haha, c'est bien! Encore un professeur de droit bourgeois révolutionnaire qui démissionne! Sa démission est insidieuse, comme celle des professeurs de la Révolution Culturelle qui ont trahi le Parti et le peuple pour délibérément mettre le Parti en porte-à-faux. L'université devrait le radier, le destituer de ses droits d'enseignant et déclarer officiellement que l'université est l'école du Parti.

Un autre internaute critique le manque de liberté d'enseignement dans les universités chinoises :

中国的大学是政府奴化的工具,缺少独立之精神 自由之思想,所以49年至今未出现一个大家!

En Chine les universités sont des outils asservis au gouvernement et manquent d'indépendance et d'esprit critique, c'est pour cette raison que nous n'avons pas de vrais intellectuels depuis 1949.

“Dongyang Shixi jingchashi” discute de la réalité du système éducatif chinois :

政治意识的存在向来不喜欢思想开化教育的,在学校的规范教育除了文化知识的灌输之外,关乎意识形态和思想多元化的教育都是被视作洪水猛兽的,总有些人会担忧思想的改革和进步会带来国家的混乱,那我们只好自己摸索。个人的思想探讨无关紧要,群体的组织性的探讨往往显得格外敏感。

L'existence d'une conscience politique est toujours en opposition avec la liberté de penser et l'éducation ouverte. Les écoles ne font que transmettre des connaissances, et tout ce qui a trait à l'idéologie et la diversité idéologique est considérée comme un fléau. Certains craignent que l'ouverture d'esprit et le progrès apportent le chaos à la société, et nous devons trouver notre voie. Les idées personnelles n'ont l'air de rien, mais quand on en discute au sein de groupes constitués, c'est souvent très sensible.

“Xiaoxiaobaishi” souhaite que la démission de Chen serve d'avertissement à l'ensemble du monde universitaire et du système :

今天的中国,很多的问题其实都是由于体制造成的。走了谌老师这样的精英,的确是大学的巨大损失,但这并不代表这是社会的损失。也许正因为这一次谌老师的行动,反而引来大家对于大学、体制等问题的思考。

En Chine la plupart des problèmes actuels sont causés par le système. La démission de Chen est une grande perte pour l'éducation, mais cela ne veut pas dire que c'est une perte pour la société. Il faut souhaiter que l'action de Chen nous fasse réfléchir sur les problèmes qui touchent l'université et le système.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site