Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : Humains du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord

Novembre 2010. Un homme du nom de Brandon Stanton décide de sortir chaque jour et de photographier des inconnus dans les rues de New York. Son idée : faire leur connaissance, poser quelques questions, et mettre en ligne leurs paroles. Trois ans après, le photo-blog “Humains de New York” a atteint d'extraordinaires proportions. Avec plus de 2 millions d'abonnés sur Facebook, c'est devenu “le” phénomène à suivre.

Et le mouvement “Humains de” ne s'est pas arrêté à New York. De l'Inde à l'Amérique Latine en passant par l'Europe et l'Australie, il est devenu viral, et couvre notre planète ville après ville. La région Moyen-Orient Afrique du Nord ne fait pas exception.

Passage en revue des principales pages “Humains de” de ladite région.

Humains du Caire

"What's your greatest struggle right now?" "To survive the faculty and marry the one I love." "And if you could give advice to people what would that be?" "Break your taboos, and be free. Taken from the Humans of Cairo page

“Quel est votre plus grand combat en ce moment ?”
“Survivre à la faculté et épouser celle que j'aime.”
“Et si vous aviez un conseil à donner, quel serait-il ?”
“Brisez vos tabous, et soyez libre.”
Extrait de la page Humans of Cairo

La page Humains du Caire a été lancée par Salma Hegab, une blogueuse et journaliste multimédia de 22 ans en cycle supérieur à l'Université Américaine du Caire. Créée en novembre 2012, comptant actuellement déjà plus de 3.500 “j'aime”, elle vise à rendre la diversité du Caire. Voici ce qu'elle en dit :

“Je trouve que le Caire est une ville tellement dynamique. Même si je déteste la plupart du temps vivre ici, je pense que lancer un projet comme celui-ci m'aidera à réfléchir sur la ville à travers mes propres yeux, et que cela donnera à la ville l'occasion de se réfléter à travers mon prisme ! Le fait que je me serve depuis deux ans de matériel photographique professionnel n'empêche pas qu'il me reste TELLEMENT à APPRENDRE, et j'espère que cela me donnera des super occasions de perfectionner mes compétences photographiques.”

Lisez son entretien avec Ta3beer ici.

Humains d'Egypte a été créé par un photographe (jusqu'à présent) inconnu en 2012. On n'en a pas beaucoup parlé, et il n'y a pas eu de parution depuis des mois. Mais la page vaut le coup d'oeil. D'Egypte également, “Humains de Mansoura“.

Humans de Téhéran

"Where's my favorite hangout place? Near the Tehran University Campus. There's a design center where all artists, whether graphic artists or sculptors such as myself, like to come together and work. I just love that place." Susan, seen near Tehran University From the "Humans of Tehran" page

“Où est mon lieu de prédilection ? Près du campus de l'Université de Téhéran. Il y a un centre de design où tous les artistes, graphistes ou comme moi sculpteurs, aiment se retrouver et travailler. J'aime simplement cet endroit.”
Susan, à proximité de l'Université de Téhéran. De la page “Humans of Tehran”

Humains de Téhéran a démarré le 9 mai 2012 et a déjà plus de 100.000 abonnés, ce qui en fait la page la plus populaire du Moyen-Orient. Commentaires du photographe :

“Téhéran n'est pas aussi lointaine que vous croyez. Inspirée par “Humans of New York”, cette page offre un aperçu visuel de la vie quotidienne des Iraniens dans leur capitale aimée, rouillée et crasseuse.”

Sur l'Iran on trouve aussi “Humains d'Ispahan“, “Humains de Tabriz“, “Humains de Chiraz“, “Humains d'Ahvaz” et “Humains de Kermanshah

Humains d'Istanbul

"I study medecin and sometimes I feel like I'd never be able to become a doctor; but now I'm happy cause I succeeded in my mid-term exams. So now I'm waiting for a friend of mine to celebrate it!" From the "Humans of Tehran" page

“J'étudie la médecine et parfois j'ai l'impression que je n'arriverai jamais au bout ; mais en ce moment je suis heureuse d'avoir réussi mes examens de mi-semestre. Alors, maintenant, j'attends une de mes amies pour fêter ça”
De la page “Humans of Istanbul”

Humains d'Istanbul a été créé en 2012 dans le cadre du concours de photos d'Istanbul. Aujourd'hui, la page compte plus de 2.200 abonnés. Ce qu'en dit Shawn Ryan qui l'a créée :

“Photographier l'humanité à Istanbul, une ville qui regorge de gens du monde entier, et riche de culture, tradition, histoire, langues, hospitalité. Le projet, c'est de restituer les photos des êtres humains merveilleux de cette ville merveilleuse, et chaque photo raconte une histoire humaine.”

De Turquie, voir aussi “Humains d'Ankara“, “Humains d'Izmir” et “Humains d'Antalya

Humains de Tel Aviv

Meet Michal. "It's a little bit embarrassing but I am actually reading: 'Why Men Love Bitches?' for me, the subtext of the book is not to be a Bitch if you want to get a man. There is a huge difference between been a bitch and standing on your emotional rights in a relationship. Love yourself first, then the right man will turn out ." From the "Humans of Tel Aviv" page.

Voici Michal. “C'est un peu gênant, mais en fait je lis ‘Pourquoi les hommes aiment les salopes ?’ pour moi, le sous-entendu du livre est de ne pas être une salope si vous voulez avoir un homme. Il y a une immense différence entre être une salope et défendre son terrain affectif dans une relation. Aimez-vous d'abord vous-même, et l'homme qu'il faut viendra .”
De la page “Humans of Tel Aviv”.

Humains de Tel Aviv peut se targuer d'un honorable 20.000 abonnés au moins. Créée le 7 avril 2012 par Erez Kaganovitz, la page bénéficie d'un appréciable groupe de fidèles abonnés. Pourquoi cette page ? Réponse de Kaganovitz : “Tel Aviv est un des endroits les plus intéressants de la Terre. Venez faire connaissance des gens qui la rendent si intéressante.”

Humains de Palestine

Palestinian farmer work during the olive harvest in the West Bank. Photo by: Ahmad Daghlas Taken from the Humans of Palestine page

Un agriculteur palestinien travaille à la récolte des olives en Cisjordanie. Photo Ahmad Daghlas
De la page Humans of Palestine

Humains de Palestine a été créé en 2012 avec cette invitation : “Venez faire connaissance avec ceux qui font la Palestine si intéressante. Parlez avec eux, vivez avec eux.” Aussi en Palestine, voyez “Humains de Naplouse“.

Humains de Djeddah

A fisherman who showed off his linguistic skills in selling fish as well as counting in Spanish, English Italian and Arabic. He's traveled through out the Red Sea and the Mediterranean Sea and has met many people. From the Humans of Jeddah page

Un pêcheur a fait étalage de ses capacités linguistiques en vendant le poisson et en comptant en espagnol, anglais, italien et arabe. Il a parcouru la Mer Rouge et la Méditerranée et rencontré beaucoup de monde.
De la page Humans of Jeddah

Humains de Djeddah – Arabie Saoudite est encore tout frais. Créé il y a un mois, c'est une collaboration entre deux photographes, Helmy Alsagaff et Sharifa Lee Abdulrahman, qui “veulent partager avec le monde la diversité des gens superbes de cette ville.”

Aussi en arabie Saoudite : “Humains de Riyad“.

Humains du Liban

"We're enjoying the sunset." Taken from the Humans of Lebanon page

“Nous aimons le crépuscule”
De la page Humans of Lebanon

Humains du Liban est parti d'une collaboration de l'auteur Joey Ayoub avec Mher Krikorian, un photographe Libanais-Arménien dont la réputation a été faite par sa participation à Beirut Street Photographers (BSP, Photographes de rue de Beyrouth). Les a rejoints ensuite Karim Sakr, également membre de BSP. Comme toutes les pages similaires, Humains du Liban veut “célébrer la diversité du Liban en vous montrant ses habitants.”

Si vous voulez mieux connaître les étudiants du Liban, voyez la page de Noura Andrea Nassar “Humains de LAU“. Noura, qui a rencontré en personne Brandon Stanton à New York et étudie à l'université Américaine Libanaise (LAU), évoque ainsi son projet :

“J'admire depuis toujours Humans of New York, qui vous apprend à ne pas juger les gens, parce que chacun suit sa propre voie. J'ai toujours voulu faire partie de Humans of Lebanon, mais je parle mal l'arabe et j'aurais du mal à communiquer. Et alors j'ai rencontré Brandon à New York, et ça a vraiment eu un effet sur moi : j'ai voulu créer une page similaire, mais à plus petite échelle, et c'est ainsi que j'ai fait la page Humans of LAU. Ce sont des gens que l'on voit tous les jours, mais à qui on ne parle pas et qu'on a tendance à juger.”

Le Liban est aussi représenté par Humains de Tripoli et Humains de Beyrouth.

Humains d'Amman

Giving out free smiles to people on Traffic lights. Taken from the Humans of Amman page

Distribution de sourires gratuits aux feux rouges.
De la page Humains d'Amman

Humains d'Amman a été lancé l'année dernière par Ali Alhasani. C'est un projet photographique “qui veut saisir les portraits de gens dans Amman, Jordanie, sans se cristalliser sur le genre, la race ou la couleur pour propager le sens de l'unité dans la société jordanienne. D'autres photographes contribuent aussi au projet.”

Humains du Koweït

"Show me your ball" Taken from the Humans of Kuwait page

“Montrez-moi votre balle”
De la page Humans of Kuwait

Autre ajout récent à la famille Humains de, l'histoire de Humains de Koweït City est la suivante :

“Je m'appelle Bryan et j'ai commencé Humains du Koweït pendant l'hiver 2013 ce qui a donné HOK. Mon but est de cataloguer 5.000 des habitants de la ville, alors j'entreprends de photographier le Koweït comme je le vois. Avec la multiplication des abonnés à la page, HOK donnera à une audience mondiale un aperçu quotidien dans les vies d'étrangers au Koweït.”

Humains de Tunisie

Mohamed: I'm killing the time that killed me. Me: Why are you saying that? Mohamed: It took my son. He turned 23 on the day of Eid.

Mohamed : Je tue le temps qui m'a tué.
Moi : Pourquoi dites-vous ça ?
Mohamed : Il m'a pris mon fils. Il a eu 23 ans le jour de l'Aïd.

Humains de Tunisie a été créé il y a quelques mois pour “tous ces Humains de Tunisie qui se perdent dans le quotidien et ne prennent pas le temps de l'apprécier”.

En Tunisie il y a aussi la page “Humains de Tunis” créée par Akram Lahouel, Houssem Lamti et Samar Ouadhani. Ils ont aussi un blog. Et ce n'est pas tout, vous pouvez aussi visiter “Humains de Sfax“.

Humains de Khartoum

Amm Saeed from the Nuba Mountains -Seen next to The French Cultural Centre - Khartoum Taken from the Humans of Khartoum page

Amm Saeed des Monts Nouba
- photographié près du Centre culturel français, à Khartoum
De la page Humans of Khartoum

Humains de Khartoum est “un modeste hommage aux gens de Khartoum, Soudan, portrait de rue après portrait.”

Humains de Bagdad

Humains de Bagdad a été créé par Nasser Billah AlNasseri, un médecin et ancien journaliste dans une agence de presse française. Il a été obligé de quitter Bagdad après des menaces permanentes suite à son travail de journaliste.

Humains de Syrie

"how much I love eating Falafel whenever my mum brings me back from school" Taken from the Humans of Syria page

“Comme j'aimme manger des falafel chaque fois que ma maman me cherche à l'école”
De la page Humans of Syria

Humains de Syrie a démarré il y a quelques jours à peine. Le photographe reste anonyme mais voici ce qu'il ou elle dit de la page : “La Syrie, pour laisser sortir les pensées tues cachées dans les coeurs, non dites dans les yeux, enfermées dans les larmes, disparues au-delà des bruits de la guerre. Pour vivre à nouveau.”

Humains de Dubaï et Humains d'Abou Dhabi

These two camels were eating very quietly when this man walked by. He stopped, and one turned around and came closer to get a kind "hello" tap on the head, and got back to its food. Taken from the Humans of Dubai page.

Ces deux dromadaires mangeaient tranquillement quand cet homme est passé à côté d'eux. Il s'est arrêté, et l'un d'eux s'est retourné et approché pour gagner une tape amicale “bonjour” sur la tête, puis est retourné à sa mangeoire.
De la page Humans of Dubai.

Humains de Doubaï a été créé par une photographe française du nom d'Isabelle qui vit à  Doubaï depuis 9 ans.

Aussi des Emirats Arabes Unis, “Humains d'Abou Dhabi“.

Humains de Tripoli

You're going to kiss the rainbow and taste the sun. no biggie. Taken from the Humans of Tripoli page.

Tu vas embrasser l'arc en ciel et goûter le soleil. Bagatelle.
De la page Humans of Tripoli.

Humains de Tripoli a été créé comme “une tentative de créer un recensement photographique de T-town, qui n'offre rien d'autre que la beauté de tous.”

Aussi de Libye, “Humains de Benghazi“.

Humains de Casablanca

- How long have you been friends? - Friends? Who are you talking about? - Of your donkey? - I bought him in Settat 5 years ago. We have never left each others' side since! He helps me a lot and has always been there for me. Taken from the Humans of Casablanca page.

- Depuis combien de temps êtes-vous amis ?
- Amis ? Vous parlez de qui ?
- De votre âne !
- Je l'ai acheté à Settat il y a 5 ans. Nous ne nous sommes jamais éloignés l'un de l'autre depuis ! Il m'aide énormément et je peux toujours compter sur lui.
De la page Humans of Casablanca.

Humains de Casablanca a été créé il y a quelques mois. Qui sont les photographes derrière ce projets ? selon leurs propres mots, “Nous sommes de ceux qui croient que la seule manière de découvrir notre vrai moi caché à l'intérieur de nous est d'aller au-devant des gens, d'affronter notre passé et d'apprendre de leur vécu.”

Humains d'Alger

Hey mister, mister! Take my picture! Taken from the Humans of Algiers page.

Monsier, monsieur ! Prens-moi en photo !
De la page Humains d'Alger.

Humains d'Alger a été créé il y a quelques mois comme un endroit où “une histoire par jour est remémorée pour raconter l'histoire des gens d'Alger.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site