Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

GV Face : Le journalisme de solutions peut-il remplacer l'information ‘toxique’ ?

Un conflit sanglant au Sud-Soudan. Des manifestants arrêtés et battus en Egypte. Des villes détruites par un typhon aux Philippines. Ce sont des informations que nous considérons comme importantes. Mais leur présentation ne devient-elle pas déprimante et toxique ? 

Notre but, chez Global Voices, est de parler des personnes qui sont impliquées dans les événements que relatent ces informations, dans le monde entier. Comme les autres médias, nous consacrons beaucoup d'articles à des actualités souvent dramatiques,  à la corruption politique, aux catastrophes écologiques. Nous éprouvons de l'empathie pour les personnes victimes de problèmes ou  tragédies, qui souhaitent faire entendre leur voix dans le monde entier. Mais nous connaissons nous aussi ces moments quand l'équipe éditoriale de Globla Voices préférerait s'installer confortablement pour lire sur Buzfeed ” Les 40 chats les plus maladroits de 2013” au lieu d'éditer les sombres récits qui nous parviennent des quatre coins du monde. Ce type d'informations inonde chaque jour tous les médias et il peut en résulter une vision très négative de notre monde.  Qui nous laisse avec un sentiment d'impuissance.  Mais peut-être n'est-ce pas inévitable ?  

Et si les informations nous permettaient de devenir des citoyens plus actifs, susceptibles d'avoir à terme un impact sur la marche du monde ? Existe-t-il un format qui permette de présenter des informations sur des événements, bons ou mauvais, de façon constructive ? Qui permette aux lecteurs de s'engager pour des situations difficiles, même s'elles se déroulent à l'autre bout du monde ? 

Cette semaine, nous disons adieu à  2013 avec un numéro spécial de GV Face, notre série de débats en vidéo. Il réunit cette fois-ci uniquement des membres de Global Voices : le co-fondateur Ethan Zuckerman, les rédactrices en chef Solana Larsen et Sahar Habib Ghazi, autour de Ellery Roberts Biddle, l'éditrice de notre site pour les libertés numériques, Advocacy. Le thème : le concept de  “journalisme de solutions” et de “good news” (bonnes nouvelles). Nous avons mis en parallèle ce journalisme de solutions et la démarche traditionnelle du journalisme. Nous parlons aussi des mutations du paysage médiatique et de nos propres pratiques éditoriales ici, à Global Voices. Ensemble, nous envisageons quelques alternatives, pour que l'actualité ne soit plus destinée uniquement à informer, mais pour qu'elle propose d'agir et de nous exprimer en tant que citoyens du monde et cybercitoyens.  

Pour aller plus loin

Problématiques :
The psychological impact of negative TV news bulletins (L'impact psychologique nocif des journaux télévisés)
The Evening's Bad News: Effects of Compelling Negative Television News Images on Memory (Les mauvaises nouvelles du soir : les conséquences de la présentation accrocheuse et négative d'images télévisées sur la mémoire 

Solutions :

En français : 

Le journalisme de solution (Forum mondial de la démocratie, Strasbourg, 2013)

Pour un journalisme constructif 

En anglais : 
Blog d'Ethan Zuckerman : Saving the News with Advocacy Journalism (Sauver les informations par le journalisme de plaidoyer)
Innovating News Journalism through Positive Psychology
Solutions Journalism Can Change the World
Why We Need Solutions Journalism
News Doesn't Reflect the Real World
A New Mainstream Solutions Journalism
Solutions Journalism: What it is and what it is not

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site