Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Uruguay : un “Sanctuaire pour baleines et dauphins”

Fotos de

Photo partagée par @PaipoUruguay sur Twitter.

[Les liens renvoient vers des pages en langue espagnole.]

En septembre, l'Uruguay a adopté la loi 19.128 qui qualifie les eaux territoriales du pays de “sanctuaire pour baleines et dauphins.” La loi ne s'applique pas uniquement aux eaux territoriales mais aussi à la zone économique exclusive de l'Uruguay et interdit poursuite, chasse, capture, pêche ou toute action faisant des cétacés l'objet d'un processus de transformation. 

Cela comprend aussi l'interdiction du transport et le déchargement de baleines et dauphins vivants, sans considération du fait que les navires naviguent sous pavillon uruguayen ou d'autres pays. La loi prévoit des sanctions pour ceux qui ne la respectent pas. Des exceptions seront prévues à des fins scientifiques et médicales, à condition qu'elles soient validées par les autorités de l'Etat. La loi prend aussi en compte les cas d'épuisement, agression, ou tout autre mauvais traitement qui pourrait conduire à la mort de cétacés. 

La loi a été approuvée à l'unanimité par le législateur et promulguée le 13 septembre par le Président José Mujica.

La nouvelle législation renforce les politiques de conservation actuelles de l'Uruguay, mises en oeuvre par le ministre de la vie animale, de l'agriculture et de la pêche (MGAP) et par l'Administration nationale des ressources aquatiques (DINARA). Le directeur de la DINARA, Daniel Gilardoni, s'est exprimé suite à la publication du gouvernement Presidencia en disant : “La plus grande menace à notre pays est la navigation, une grande partie de l'échouage des cétacés est due aux collisions entre les baleines et les navires.”

Le sanctuaire pour baleines et dauphin nouvellement créé dans les eaux uruguayennes sera bénéfique économiquement d'après un article intitulé “Uruguay sanctuary for whales and dolphins: Let the cetaceans come to me” [“Sanctuaire uruguayen pour baleines et dauphins : laissez les cétacés venir à moi”] sur le blogue Ballenas en Uruguay [Baleines en Uruguay].

Le cyberespace a vu poindre des réactions favorables à la validation de la loi. Les médias sociaux témoignaient de l'approbation répandue du nouveau statut de l'Uruguay comme “sanctuaire pour baleines et dauphins.”  

L'an passé, l'utilisateur Jana (@Piper_uy) contribuait à la campagne de promotion de la proposition de loi sur Twitter :

Cliquez pour soutenir la création d'un sanctuaire pour les baleines en Uruguay  http://t.co/N7x1uVMN

En octobre de la même année, d'après la journaliste Lourdes Vitabar (@louvitabar), plusieurs groupes de différentes écoles se sont réunis devant le Palais législatif : 

A neuf heures, des écoliers de Maldonado et Rocha (soutenus par Paez Vilaró) se rendent au Palais législatif pour promouvoir la proposition de loi sur le sanctuaire des baleines.

Le responsable du Parti national du département de la Rivera, Gerardo Amarilla (@GerardoAmarilla), anticipait la réussite de la proposition de loi en mars cette année-là :

Le sanctuaire des baleines et dauphins a été validée aujourd'hui par la Chambre des représentants et sera présentée au Sénat où elle devrait devenir une loi.

Animales Sin Hogar (@ASHcomUY) [Animaux sans frontière] se félicitait de l'information lorsque la loi a été validée en septembre ; au même moment, cependant, ils regrettaient la mort d'une baleine échouée dans la district de Colonia :

D'une part nous fêtons cette merveilleuse nouvelle concernant la création d'un sanctuaire pour nos baleines et dauphins…. http://t.co/DTtyd0hXVQ

Pour plus d'informations quant aux discussions connexes au sujet de l'écosystème maritime de l'Uruguay, vous pouvez suivre l'Organisation pour la protection des cétacés (OCC) sur Facebook et Twitter.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site