Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Grève nationale dans l'industrie cambodgienne de l'habillement pour un doublement des salaires

A worker holding a sign calling for a $160 dollar monthly minimum wage. Photo from the blog of Mu Sochua

Un gréviste tient une pancarte réclamant un dalaire minimum mensuel de 160 dollars. Photo du blog de Mu Sochua

[Liens en anglais sauf mention contraire] Des dizaines de milliers de travailleurs de l'habillement ont participé au Cambodge à une grève nationale pour exiger du gouvernement qu'il augmente le salaire minimum mensuel à 160 dollars. Le salaire minimum actuel n'est que de 80 dollars et le conseil du travail n'est prêt à accorder qu'une hausse de 15 dollars sur le salaire de base. Un responsable gouvernemental a aussi indiqué aux ouvriers que leur revendication d'un salaire minimum de 160 dollars ne sera satisfaite qu'en 2018.

Le secteur de l'habillement représente 5 milliards de dollars d'exportations au Cambodge et emploie plus de 600.000 travailleurs.

Les ouvriers en grève ont dressé des barrages à Phnom Penh en plus de leur manifestation devant le Ministère du Travail. Alors que le mouvement continue à prendre de l'ampleur, les usines ont reçu l'ordre de s'arrêter. John Vink raconte :

Le barrage devant le Ministère du Travail a été maintenu toute la journée par les ouvriers en grève pour une augmentation de salaire.

Un autre barrage, devant la Zone Économique Spéciale de Kambol, à quelque 19 km de Phnom Penh, a été monté par des grévistes après avoir été refoulés par la police anti-émeutes quand ils avaient essayé de pénétrer la Zone. La Zone Économique Spéciale a été bouclée avec une double hauteur de caisses et des clôtures de barbelés.

La manifestation des ouvriers de l'habillement devant le Ministère du Travail se poursuit dans le calme mais beaucoup disent leur colère contre le gouvt qui ignore leurs difficultés économiques

Autre photo de ce matin quand 2000 ouvriers d'usine bloquent la rue devant le Ministère du Travail

L'entrée du Ministère du Travail, Phnom Penh

Redistribuer et optimiser la richesse de la nation mieux que [avec] 160 dollars. Voitures de luxe, villas ou niveau de vie décent pour tous

Cette vidéo montre un affrontement entre grévistes et policiers :

 

Les ouvriers ont eu le soutien du Parti du sauvetage national du Cambodge, dans l'opposition, qui a publié une déclaration en faveur de la revendication d'un salaire minimum de 160 dollars :

Si le salaire minimum n'est pas augmenté à 160 dollars immédiatement, la hausse des prix alimentaires et du coût de la vie rendra impossible aux travailleurs de l'habillement de faire face à leurs besoins élémentaires, et les grèves qui ont récemment engagé le secteur de l'habillement vont continuer.

L'opposition tient des manifestations quotidiennes au Parc de la Liberté à Phnom Penh pour réclamer le renvoi de l'actuel gouvernement, accusé [fr] d'avoir manipulé les résultats des élections de cette année. Le Premier Ministre Hun Sen exerce le pouvoir depuis trois décennies bien que son parti ait perdu beaucoup de siège au dernier scrutin parlementaire.

De nombreux grévistes ont rejoint le rassemblement des opposants, ce qui pourrait fragiliser encore plus le gouvernement Hun Sen. Les syndicats ont promis de poursuivre les actions de protestation jusqu'à satisfaction de leur revendication.

Pendant ce temps, les patrons des usines ont mis en garde que la poursuite des grèves va nuire à l’économie locale et à la situation des ouvriers. Ils ont aussi exhorté le gouvernement à adopter une ‘tolérance zéro envers les grèves illégales.’ Un appel critiqué par le Centre cambodgien pour les Droits de l'homme, qui veut voir traitées les ‘racines du conflit du travail’ :

Le CCDH est inquiet que de telles déclarations appelant à la tolérance zéro envers les grèves illégales ne feront qu'exacerber les problèmes dans le secteur de l'habillement. Que la grève soit légale ou pas, une politique de tolérance zéro ne fera qu'ignorer les causes à l'origine du conflit et conduira très probablement à de nouvelles répressions violentes contre les ouvriers et les syndicalistes.

La grève actuelle a donné un coup de projecteur sur la condition déplorable [fr] des travailleurs de l'habillement au Cambodge et en particulier la nécessité pour le gouvernement et le patronat de l'habillement de s'accorder sur un plan d'amélioration de la condition des ouvriers.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site