Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

7 choses que vous ignorez sur la cuisine japonaise

Image of bakery in Japon

Image d'une boulangerie au Japon sur Flickr par ohpapercut. (CC-BY-NC-ND 2.0)

La cuisine japonaise traditionnelle, washoku, consistant généralement en riz, soupe et légumes et présentant une variété de saveurs plutôt douces et délicates, est devenue réputée à travers le monde. Récemment, le washoku – une manière de cuisiner, présenter et manger la cuisine japonaise traditionnelle – a été inscrit sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité de l'UNESCO. Le contributeur de Global Voices Taylor Cazella, qui a récemment déménagé des USA au Japon, présente sept aliments inattendus mais savoureux et tendances alimentaires que vous ne voulez pas rater si vous visitez le Japon.

1. Pain et boulangeries japonaises

Au Japon, comme c'est le cas dans la plupart des pays asiatiques, le riz est la céréale de base. Le riz a joué un rôle important dans l'histoire socio-économique du Japon, et, jusqu'à l'époque moderne, fut même utilisé à des desseins de taxation à la place d'une monnaie frappée. Après la Restauration Meiji, le régime alimentaire japonais est devenu de plus en plus occidentalisé. Le pain est devenu populaire et occupe désormais un rôle important et florissant dans la culture culinaire du Japon. Une visite à n'importe laquelle des nombreuses boulangeries japonaises révèlera une grande variété de produits bien élaborés : tout, des délicieuses sucreries et des baguettes de style français aux rouleaux aux crevettes et aux friands à la saucisse.

macha or green tea flavor ice cream. Photo taken par flickr membre emrank

Crème glacée au macha ou thé vert. Photo sur Flickr d'emrank (CC BY 2.0)

Les Japonais ont aussi inventé de nouveaux types de pain, tel l’anpan, une viennoiserie japonaise le plus souvent fourrée avec une pâte de haricots rouges, et le pain au curry, une pâte frite fourrée avec du curry japonais. Des efforts sont aussi faits pour contrer la popularité du pain en utilisant du riz comme base dans des recettes. En plus du pain ordinaire, certaines boulangeries font du pain de riz [anglais], un type spécial de pain utilisant de la farine de riz, dans l'espoir d'augmenter la consommation de riz cultivé dans le pays.

2. Crème glacée, variante japonaise
La crème glacée n'est probablement pas la première chose qui vient à l'esprit quand on parle de cuisine japonaise. Néanmoins, le Japon est la patrie de quelques saveurs vraiment uniques de ce favori estival — le genre de choses que vous ne trouverez pas sur la fameuse liste des 31 parfums du fabriquant de crèmes glacées américain Baskin Robbins. Parmi les parfums les plus populaires chez les Japonais, on trouve maccha (thé vert), sakura (fleur de cerisier), satsumaimo (patate douce), goma (graine de sésame noir) et yuzu (un type d'agrume avec une saveur similaire à la mandarine mélangée à du citron). Moins communes sont les saveurs exotiques [japonais] que vous ne trouverez nulle part ailleurs qu'au Japon, basées sur des spécialités locales. Celles-ci incluent basashi (sashimi à la viande de cheval), anguille, et wasabi (raifort japonais). De telles variétés peuvent se trouver dans des boutiques de souvenirs spéciales dans les lieux où ces ingrédients sont des spécialités locales.

3. Ramen gekikara et autres aliments épicés 

You can find a variety of snacks avec extremely hot, spicy flavors in Japon. Image par flickr membre  yuichi.sakuraba (CC-BY-NC 2.0)

Vous pouvez trouver une variété de snacks avec des saveurs très épicées au Japon. Photo sur Flickr de yuichi.sakuraba (CC-BY-NC 2.0)

La nourriture japonaise est réputée être douce, et certains iraient jusqu'à la dire fade. Néanmoins, quiconque désirant en faire une généralisation n'a de toute évidence jamais testé un bol de ramen gekikara, une version de l'omniprésent plat de nouilles agrémenté de puissantes épices. Ceux qui sont suffisamment courageux pour essayer un bol devraient s'attendre à transpirer un peu ! Et tandis que le curry japonais est habituelllement plus doux et moins ardent que son homologue indien, certains magasins de curry vous permettent de choisir votre niveau de piquant, le plus haut desquels vous donnera à coup sûr une bonne suée.

4. Œuf cru
L'une des caractéristiques de la nourriture japonaise est l'abondance d'ingrédients frais qui sont assez souvent utilisés crus. L'exemple le plus connu en est les produits de la mer utilisés crus en sushi, mais plusieurs autres aliments crus figurent notablement dans la cuisine japonaise. L'œuf cru, par exemple, se trouve dans de nombreux plats, typiquement servi sur le riz, ou comme sauce pour les nouilles. Ceci présente, contestablement, l'une des plus grandes difficultés que rencontrent les Américains quand ils goûtent l'éventail de la nourriture japonaise. On apprend très tôt aux enfants américains de considérer les œufs avec une extrême précaution. Dans le but d'empêcher les intoxications alimentaires, les Américains apprennent à toujours se laver les mains après avoir tenu un œuf cru, à faire attention à ne pas contaminer d'autres aliments avec un œuf cru, à toujours entreposer les œufs au réfrigérateur, et certainement de ne jamais manger d'œufs crus. Ceci peut être un choc pour des visiteurs américains au Japon, qui trouveront des œufs entreposés sur des étagères d'épicerie à température ambiante, et des œufs servis entièrement non cuits dans un certain nombre de plats dans les restaurants. Ceci dit, s'il est correctement manipulé, l'œuf cru – provenant de poules propres et saines – est parfaitement sans danger pour la consommation humaine. Et tout le monde devrait essayer au moins une fois le plat nommé avec humour oyakodon (bol mère et enfant), qui consiste en du poulet cuit et des ognions réduits servis sur du riz avec un œuf cru au sommet.

5. Okonomiyaki et cuisine de tous les jours
Le Japon est une destination pour les gourmets et les gastronomes du monde entier, cherchant les subtiles et sublimes qualités des plats japonais haut de gamme. Ceci a mené à une perception quelque peu biaisée de la cuisine japonaise, alors que les plats ordinaires japonais – les repas bon marché et délicieux dont se délectent quotidiennement les Japonais moyens – sont cruellement sous-représentés à l'étranger. Un bon exemple de ceci est l'okonomiyaki. De nombreuses variétés et variations régionales d’okonomiyaki existent ; en fait, le nom lui-même signifie “cuisiné comme vous l'aimez.” La formule de base, néanmoins, inclut différents légumes (souvent : chou, carotte et/ou ognion) et viandes (souvent : calmar, porc, crevette et/ou bœuf), coupés en dés et mixés en une sorte de pâte à crêpe, cuite sur une plaque chauffante et garnie selon les préférences personnelles (souvent avec un type de sauce barbecue, mayonnaise, algue comestible et/ou flocons de bonite séchée). Les bars et restaurants qui servent l'okonomiyaki possèdent généralement une ambiance sympathique, étant donné que l'okonomiyaki peut être découpé en morceaux avec une spatule métalique et partagé avec des amis ou en famille. En fait, de nombreux endroits autorisent les groupes de clients à faire leur propre okonomiyaki en commandant les ingrédients et en utilisant une grille intégrée dans la table. Ce style ‘faire soi-même’ n'est pas rare dans d'autres formes de cuisine japonaise de tous les jours, dont le toujours populaire takoyaki (boulettes de poulpe).

6. Whisky !

whiskey et soda

Photo sur Flickr de satetsu (CC-BY-SA 2.0)

On pourrait considérer comme de la tromperie d'inclure une section sur le whisky, assez clairement une boisson, dans un article censé traiter de nourriture japonaise. Mais est-ce qu'un article sur la cuisine française omettrait de faire mention du vin français ? Nourriture et alcool possèdent une longue relation, bien que l'affection du Japon pour un bon whisky soit quelque peu surprenante, considérant que le saké monopolise généralement le haut du podium culturel. Néanmoins, les distilleries japonaises produisent des spiritueux haut de gamme qui défient continuellement la suprématie du Scotch, et souvent prennent la première place dans les tests à l'aveugle et les compétitions internationales. Les bars à whisky, servant une variété de produits importés et domestiques, ne sont pas rares dans les grandes villes. Et le whisky highball (habituellement un whisky et soit du ginger ale soit de l'eau gazeuse servis sur de la glace dans un verre highball) reste un cocktail populaire de choix à la fois pour de jeunes Japonais insouciants et de plus mornes hommes d'affaires. Le highball a même récemment émergé comme mot à la mode employé par le conglomérat japonais de boissons Suntory dans une campagne publicitaire : hai-kara, qui est un whisky highball (haiboru) servi avec du poulet frit (karaage).

7. Otsumami, le mariage de l'alcool et de la nourriture

Au Japon, l'alcool est rarement consummé pour lui-même, mais est presque toujours accompagné par de la nourriture. Les visiteurs au Japon peuvent être surpris quand ils commandent une boisson dans un bar ou un restaurant et qu'on leur sert un bol complémentaire de salade de pommes de terre ou de lamelles de poulet grillé. Ceci est tout à fait normal, part de la règle tacite qui dit que l'alcool devrait toujours être associé avec quelque chose à grignoter. En fait, il y a tout une catégorie de snacks fabriqués et commercialisés pour accompagner les boissons alcoolisées. Ces genres d'aliments sont connus sous le nom d’otsumami [anglais], qui vient du verbe “tsumu”, qui signifie “cueillir” ou “pincer,” une référence au fait qu'ils sont assez souvent mangés avec les doigts. Le Japon est une société notoirement complaisante vis à vis de l'alcool. L'alcool est abondamment disponible, au point d'être vendu dans des distributeurs en de nombreux endroits, et la consommation régulière d'alcool est culturellement acceptée. Pour cette raison, les otsumami sont très populaires et vendus en d'innombrables variétés. Ceux qui découvrent les otsumami peuvent vouloir commencer avec une nourriture plus familière, comme des noix mixées ou des edamame (fèves de soja), Mais les variétés les plus exotiques conservent leur attrait également, tels le calamar haché et l'anchois déshydraté. Quelles que soient ses inclinaisons culinaires ou ses perceptions à propos de ce qu'est, ou devrait être, la cuisine traditionnelle japonaise, il y a bien plus dans le washoku que juste sushi et riz blanc. La cuisine japonaise est vaste, merveilleuse, nébuleuse, et en continuelle évolution. Ceux qui souhaitent l'explorer sont sûrs de trouver quelque chose de spectaculaire.

Le journaliste natif du New Jersey Taylor Cazella vit actuellement dans l'extrême sud de la Préfecture de Mie, Japon, et travaille comme Professeur de Langue Assistant dans un lycée local.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site