Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Liban : Nous ne sommes pas des martyrs

[Liens en anglais et arabe] La violence est chose courante au Liban. Les explosions de bombes sont fréquentes et leurs auteurs ne sont jamais inquiétés. Les 26 décembre et 2 janvier, deux attentats à la voiture piégée ont fait au moins 13 morts et de nombreux blessés. Ajoutés à la double explosion de novembre qui a tué plus de 20 personnes et aux violences en cours dans différentes parties du pays, ils rendent hasardeux tout optimisme pour l'année 2014. Pourtant, après chaque attentat, les gens retournent à leurs occupations quotidiennes et les victimes innocentes sont vite oubliées. Parce que cela ne peut pas continuer ainsi, le mouvement #NotAMartyr (#PasUnMartyr) encourage à prendre position pour :

Un endroit pour tous ceux qui croient que la mort n'est pas une solution.
Un endroit pour tous ceux qui ne veulent pas être appelés martyrs en vain.
Un endroit pour rendre hommage à tous ceux qui sont morts, sont en train de mourir et hélas vont continuer à mourir dans le futur.
Un endroit où nous montrons au monde que nous prenons à coeur.
Un endroit où nous montrons à tous que nous voulons le changement.

Le Liban avait besoin d'être réveillé d'un état de démence bien décrit sur Hummus for Thoughts :

Nous sommes devenus un pays de claustrophobie justifiée et de paranoïa justifiée ; nous avons cessé d'espérer que cette bombe serait la dernière parce que nous savons qu'une autre va bientôt suivre ; nous vivons dans l'ombre pas si discrète de notre catastrophique guerre civile et nous réveillons sans but chaque matin sans vraiment comprendre ce qui se passe au juste ; nous sommes enlisés dans notre démence sectaire particulière exacerbée par notre propre classe religio-politique corrompue (et étouffante) ; et au grand jamais nous manquons de nous remémorer combien nous sommes incapables d'y remédier.
Beaucoup d'entre nous subissons la malédiction d'un espoir persistant, et de plus en plus, celle de l'impuissance. Quel que soit votre état d'esprit actuel, soyons au moins clairs : nous ne sommes pas des martyrs. Nous ne mourons pas pour une cause. Nous mourons, c'est tout.

Après l'attentat du 26 décembre, la mort d'un passant, un visage anonyme et innocent parmi d'autres, a fait une petite vague : quand le jeune Mohamed Chaar, 16 ans, est mort de ses blessures sitôt après, des internautes libanais ont publié sa photo et le dernier “selfie” qu'il a pris quelques instants à peine avant l'explosion de la bombe, pour rappeler au monde que l'adoslescent n'était pas un martyr, un terme souvent employé à tort. Le blogueur The Lebanese Expatriate explique [arabe] en quoi c'est important [arabe] :

محمد الشعار ليس شهيداً، فهو لم يختار القتال إلى جانب طرف ضد آخر.

محمد الشعار ليس شهيداً، فهو لم يدعم العنف ولم يكن مستعداً لتضحية بحياته من أجل قضايا سياسية أو دينية.

محمد الشعار ليس شهيداً، محمد الشعار ضحية.

Mohamed Chaar n'est pas un martyr, il n'a pas choisi de combattre pour un côté contre l'autre
Mohamed Chaar n'est pas un martyr, il n'approuvait pas la violence et n'était pas prêt à sacrifier sa vie pour une cause politique ou religieuse
Mohammed Chaar n'est pas un martyr, Mohammed Chaar est une victime.

La vague de solidarité avec Mohamed Chaar s'est matérialisée dans le mot-dièse  #NotAMartyr [PasUnMartyr] ou #مش_شهيد sur toutes les plates-formes de médias sociaux, en un essai de se réapproprier le pays par la déclaration des changements qui doivent advenir au Liban.

Sur Twitter, Mariam Akanan dénonce la politique de sectarisme religieux au Liban :

@Akananmariam: بدي حجابي يمثل إماني و حبي للسلام مش انتمائي السياسي او الحزبي. #مش_شهيد #notamartyr

@Akananmariam: Je veux que mon voile représente ma foi et mon amour de la paix, pas mon affiliation politique ou partisane. 

@LebaneseVoices refuse la violence permanente:

@LebaneseVoices I'm tired of head counting my family every other week to check if they have survived explosions #notamartyr #انا_مش_شهيد #لبنان #Lebanon

J'en ai assez de compter mentalement ma famille semaine après semaine pour vérifier s'ils ont survécu aux explosions #pasunmartyr

Le présentateur de Mashrou3 Leila @hamedleila veut tenir la main de son petit ami sans craindre la police :

Hamed Sinno: I would like to hold my boyfriend's hand without being afraid of the police

Hamed Sinno : J'aimerais tenir mon ami par la main sans avoir peur de la police

Pour beaucoup d'autres :

@leabaroudi 31 Dec I want criminals to be held ACCOUNTABLE #notamartyr pic.twitter.com/qn6pSp7WxY

@leabaroudi:
Je veux que les criminels soient POURSUIVIS #notamartyr pic.twitter.com/qn6pSp7WxY

"I want to raise my kids in Lebanon"@safran3 #notamartyr #Lebanon pic.twitter.com/P9HPYiClN2

“Je veux élever mes enfants au Liban”
@safran3
#notamartyr #Lebanon pic.twitter.com/P9HPYiClN2

 

I want to stop hearing my parents say: "Stay at home, if anything happens we'll blame ourselves" by Ellen Francis

Je ne veux plus entendre mes parents me dire de rester à la maison, s'il arrive quelque chose ils ne se le pardonneront pas. 
Shared by Ellen Francis on Facebook

 #NotaMartyr a une page Facebook sur laquelle on peut voir et lire d'autres déclarations d'internautes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site