Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les victimes de la pollution pétrochimique à Taïwan témoignent

[Liens vers des pages en anglais, sauf mentions contraires.]

Les habitants vivant à proximité de l'usine pétrochimique du comté de Yulin, dans l'ouest de Taïwan, risquent l'exposition à plusieurs polluants atmosphériques toxiques pouvant provoquer diverses maladies, dont des cancers, d'après une publication de chercheurs de l'université nationale de Taïwan. 

L'étude exhaustive d'impact du craqueur de naphta N° 6 du groupe de plasturgie taïwanais (Formosa Plastics Group, FPG) [chinois], parue en juillet 2012, a découvert que parmi les polluants auxquels les habitants sont susceptibles d'être exposés se trouve le chlorure de vinyle [anglais], substance cancérigène [anglais] et causant des hépatites, qui est une matière première essentielle dans la fabrication du PVC et autres produits en plastique.

Ces recherches rappellent celles de l’Agence américaine de protection de l'environnement qui observait des infractions “importantes” des usines de Formosa Plastics en Louisiane et au Texas en 2009. L'entreprise taïwanaise a payé des dommages et intérêts d'une valeur de 13 millions de dollars (US) pour ce cas auprès du Département américain de la justice.

Le craqueur de naphta du comté de Yulin a rencontré l'opposition du public concernant ses potentielles conséquences sanitaires dès le début de la construction de l'usine en 1992. En 2009, le gouvernement local, qui était ravi de l'investissement dans la région, a donné son accord pour inviter des chercheurs de l'université nationale de Taïwan à conduire une étude d'une durée de trois ans afin d'évaluer le risque sanitaire lié au complexe industriel.

Leurs résultats accablants ont encouragé les habitants à engager une éventuelle procédure contre le groupe Formosa Plastics [chinois]. Jung Sheng-Hsiung en relatait les avancées sur le portail d'informations public PNN :

台西鄉民陳財能則說,他的父親、母親、姊姊、哥哥,甚至年僅19歲的兒子,都因為肝硬化過世,他自己也罹患肝硬化5年[…]「有人說我愛『牽拖』,但如果真的是我爸爸的『種』不好,為何我嫁去外地的三個姊姊都沒事,只有留在當地的人生病死亡?」陳財能強調,六輕讓當地居民活在威脅之中[…]如果居民為了後代子子孫孫,決定對台塑六輕提起集體訴訟,他一定第一個加入。

Tsai-Neng Chen, qui vit à Taishi, m'a dit que ses parents, sa soeur, son frère et son fils sont morts d'une cirrhose du foie. Son fils n'avait que 19 ans lorsqu'il est mort. Tsai-Neng Chen a lui-même souffert d'une cirrhose du foie durant cinq ans […] “Des gens disaient que j’ ‘imagine’ la corrélation. Cependant, si cette maladie est due à des problèmes génétiques hérités de mon père, pourquoi mes trois soeurs qui ont déménagé après s'être mariées sont-elles toujours en bonne santé et en pleine forme ? Il n'y a que nous qui sommes restés ici qui sommes tombés malades ou morts.” Tsai-Neng Chen soulignait la menace pesant sur tous les habitants de la région que représente le complexe de craquage de naphta […] Si les habitants se préoccupent des générations futures et décident d'intenter un procès contre le groupe Formosa Plastic, il sera le premier à s'y joindre.

L'étude a aussi incité les autres régions environnantes comme le comté de Chuanhua à appuyer une enquête similaire concernant leur situation. Le comté de Chuanhua se situe au nord de l'usine, et quand les vents d'été soufflent au sud, les habitants craignent qu'ils transportent certains de ces polluants de l'air.

Jung Sheng-Hsiung, enquêtant pour PNN, a visité les villages touchés du comté de Chuanhua et a montré un reportage photo intitulé “Le vent du sud”. Jung a donné l'autorisation à Global Voices de rediffuser et traduire une partie de son reportage spécial.

eelfarm

台西村幾乎人人都會在冬天時下海捕鰻苗。按照老漁民說法,以前入夜後的濁水溪口簡直像夜市一樣熱鬧,四處都擠滿為了貼補家用而下海撈鰻苗的村民。然而好景不常,現在濁水溪口已經沒有什麼人在捕鰻苗了;原因無他,鰻苗正以急遽的速度消失中。

Auparavant, tout le monde dans le village se serait jeté à la mer pour attraper des anguilles. Les vieux pêcheurs auraient dit, jadis, que l'embouchure de la rivière serait bondée de gens comme un marché de nuit puisque les villageois essaieraient d'attraper des grosses anguilles pour augmenter les revenus de la famille. Cependant, les bons vieux temps n'ont pas duré et aujourd'hui on voit rarement des gens pêcher de grosses anguilles. Les anguilles disparaissent à toute vitesse.

eelfarm

陳金鳳61歲,前年過世的丈夫許世賢幾乎什麼也沒能留給她;除了一棟已經繳了20年房貸還沒結清的破房子,還有幾年來為了治病所欠下的負債。許世賢還在世時,兩夫妻總是一起下田耕種,但他們名下沒有任何土地,只能幫人代種領工錢,家境一直不好。民國95年,不菸不酒不嚼檳榔的許世賢突然罹患口腔癌,四處求醫也無法獲得改善,最終在100年11月轉移肺腺癌過世,享年59歲。
談起許世賢的病,陳金鳳說自己只是沒讀多少書的鄉下人,無法多做說明,但她確實對丈夫的病感到疑惑–何以一名不煙不酒不嚼檳榔的鄉下農夫,會得到口腔癌、肺腺癌呢?

Le mari de Chin-Feng Chen (61 ans), Shih-Hsien Hsu, mort il y a deux ans, ne lui a rien laissé d'autre qu'une vieille maison, pour laquelle ils remboursent un crédit depuis 20 ans mais il faut encore payer. Et la dette de sa maladie doit encore être réglée. Quand Shih-Hsien Hsu était en vie, ils ont toujours jardiné ensemble. Puisqu'ils n'avaient pas de terre, ils pouvaient seulement jardiner pour les autres afin d'avoir des revenus. Ils n'ont jamais eu beaucoup de moyens. En 2006, Shih-Hsien Hsu, qui n'a jamais fumé de tabac ni bu d'alcool ou mâché des noix d'arec, s'est vu diagnostiquer un cancer de la bouche. Sa santé a continuer de se détériorer malgré l'aide des médecins. Il est mort en novembre 2011 à 59 ans après que le cancer s'est étendu à ses poumons.

Chin-Feng Chen a dit ne pas avoir les connaissances nécessaires pour expliquer pourquoi son mari est mort d'un cancer de la bouche. Pourtant, elle se demande comment une personne comme son mari, qui était un paysan à la campagne sans mauvaises habitudes comme fumer et boire ou mâcher de la noix d'arec, est mort d'un cancer de la bouche.

scar

魏林星今年74歲,3年前左肺葉長了顆6公分大的腫瘤,才知道自己罹患肺腺癌。考量到魏林星的年紀與腫瘤大小,醫生本來擔心她體力無法負荷,所以建議不要開刀,沒想到魏林星一句「我要和你(腫瘤)拼了」,並且證明自己體力充足,這才說服醫生動刀。
現在魏林星的身上有道長達15公分的疤痕,採訪時她非常大方地褪去衣物展示傷痕,因為那疤痕對她來說,彷彿不只是病痛的痕跡,更是自我堅韌求生意志的勳章。

Lin-Shin Wei (74 ans) a vu se développer une tumeur de six centimètres de large dans son poumon gauche il y a trois ans, et un adénocarcinome du poumon lui a été diagnostiqué. Du fait de son âge et de la taille de la tumeur, le médecin a suggéré de ne pas enlever la tumeur par la chirurgie parce que son pronostic vital pouvait ne pas être très bon. Cependant, Lin-Shin Wei a dit qu'elle voulait combattre le cancer et assurait que son corps était suffisamment fort pour subit une opération. Elle a finalement convaincu le médecin.

Lin-Shin Wei a maintenant une cicatrice de 15 centimètres de long sur son corps. Elle était fière de me montrer sa cicatrice pendant l'entretien. Pour elle, cette cicatrice n'est pas seulement une marque de sa maladie, mais aussi une récompense de sa volonté de vivre.

1 commentaire

  • Les microparticules retrouvées dans l’air ambiant sont aussi fortement associées au développement de tumeurs pulmonaires.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site