Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La crise en Centrafrique est-elle un conflit religieux ? Deux avis opposés

Le violent conflit qui secoue la République Centrafricaine a allumé un débat sur la question de savoir si la guerre civile a tourné au conflit entre religions et pourrait ainsi aller vers un génocide. Juan Branco, chercheur à la Yale law School et blogueur à Rue89, argue qu'il n'y a pas d'historique de conflit religieux en Centrafrique, et que ce sont donc les média qui sont coupables de grossir cette notion :

Il n’y a pas de monstres au camp du Kasaï, censé abriter les miliciens les plus sanguinaires d’Afrique centrale. Personne qui ne tienne de discours de haine, même quand on les y pousse. Il y a des chrétiens qui citent des longs extraits de la Bible pour convaincre leurs camarades d’abandonner leurs gris-gris. Des musulmans qui font tant bien que mal une ou deux des cinq prières exigées

Florence Lozach est reporter de guerre et vient de terminer une enquête sur le conflit en Centrafrique. Elle affirme que les média n'ont certainement pas inventé la haine croissante entre chrétiens et musulmans en République Centrafricaine et que tous les indices confirment une tendance très inquiétante :

Le 5 décembre, vous n’étiez pas là visiblement, M. Branco. La plupart des médias, que vous méprisez aujourd’hui au plus haut point, étaient là, eux, dans les rues, puis dans la mosquée Ali Babolo, puis à nouveau dans les rues. Les propos ont changé ce jour-là. Avec plus de 500 morts dans les rues, le discours a penché puis complètement chuté dans la haine chrétiens-musulmans.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site