Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bon résultat pour le Japon dans le rapport sur l’état des libertés numériques

L’organisation Freedom House, basée aux États-Unis, qui étudie l’état de la démocratie dans le monde, a réalisé un rapport relatif à la liberté sur Internet en 2013. Ce document inclut pour la première fois le Japon.

Le Japon y a été classé comme « Libre ». Cela signifie que le rapport conclut que la Constitution protège toutes les formes d’expression et interdit la censure et que les libertés numériques et des médias en ligne sont, de manière générales, bien établies. Concernant les développements clés entre mai 2012 et avril 2013, Freedom House indique que :

  • Les discours politiques ont été limités en ligne durant 12 jours avant les élections de décembre 2012 conformément à une loi interdisant aux partis de faire campagne sur Internet.
  • En avril 2013, la législature a cassé cette loi, conservant des restrictions relatives aux messages électroniques liés à la campagne.
  • En 2012, les amendements à la loi relative au copyright criminalisent le téléchargement intentionnel de contenu piraté, bien que les avocats aient réclamé des sanctions civiles.
  • Les discours incitant à la haine contre les Coréens et les Chinois ont proliféré en ligne au milieu des différends territoriaux entre ces pays.
  • Une révision de la Constitution promue par le parti LDP, nouvellement élu, menace de restreindre les libertés et les droits qui « perturbent l’ordre public ».

Le rapport complet est disponible ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site