Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ces Ukrainiens dévoués qui font vivre #Euromaïdan

Les manifestations d'Euromaïdan sont protégées par des barricades à plusieurs étages construites en sacs emplis de neige. Photo de zyalt.livejournal.com, avec permission

Transformer ce qui aux yeux de centaines de milliers de citoyens est un régime corrompu et autoritaire en pays où une vie simple et confortable est à la portée de chacun, est une tâche qui intimide depuis de nombreuses années les Ukrainiens, mais plus encore sous la férule de l'actuel président Viktor Ianoukovitch. Ceux qui s'opposent au pouvoir encourent la persécution – tout est bon pour condamner à la prison. Un des premiers exemples et les plus connus est l'emprisonnement de sa rivale politique, l'ex-premier ministre Ioulia Timochenko [anglais]. 

Mais le nombre donne la force. Deux mois ont suffi pour que le mouvement Euromaïdan de protestation pour faire reculer Ianoukovitch et d'autres dirigeants corrompus évolue en une organisation à part entière et auto-financée – un gouvernement auto-géré à sa façon. Ilya Varlamov, Ilya Varlamov, un blogueur russe populaire, qui s'est rendu à Kiev en janvier pour raconter Euromaïdan sur son blog, décrit comment le mouvement est géré, dans ce qu'il appelle une Visite virtuelle de Maïdan [anglais] :

Il a son armée, ses magasins avec armes (bouteilles en verre, bâtons, pierres) et nourriture, il a sa presse interne, ses commerces, et bien entendu, Maïdan protège très bien ses frontières. Tous les accès sont protégés de façon sûre d'un assaut par de hautes barricades.  

Alors que se dresser contre le régime de façon individuelle a rarement un effet, les Ukrainiens savent maintenant qu'en groupe, c'est possible. kraplya.com, un projet né du mouvement Euromaïdan, s'intéresse précisément à cet aspect-même de la contestation (kraplya signifie “goutte” en ukrainien). Le site web officiel du projet ne laisse pas le doute : “Seuls, nous ne sommes que des gouttes ; ensemble, nous sommes un océan.”

Les gens qui se rassemblent dans les rues pour manifester chaque jour sont les gouttes qui dans toute l'Ukraine ont rendu possible cet océan, maintenant visible au monde. Les uns vivent par choix depuis des mois dans les rues. Les autres viennent les rejoindre après leur travail ou leurs occupations quotidiennes. Le dessinateur Oleksandr Komyakhov en a portraituré quelques-uns.

Soeur de la miséricorde

La femme qui porte des sacs de médicaments à Maïdan. Dessin d'Oleksandr Komyakhov, avec permission.

Dans ses mains, des sacs pleins de médicaments. Cette femme représente les nombreuses personnes qui apportent au mouvement des fournitures médicales indispensables. Les Berkout, la police spéciale anti-émeutes souvent brise des côtes et d'autres os, et inflige des blessures diverses, tandis que les activistes vivent dans les rues gelées, certains depuis déjà des mois, et ont besoin par moments de soins.

La page Facebook Euromaidan SOS publie d'heure en heure des informations sur les besoins des manifestants d'Euromaïdan. Les médicaments apportés sont triés quotidiennement par des centaines de bénévoles. Les gens de Maïdan ont organisé leur propre hôpital [anglais] et l'ont suffisamment équipé pour qu'il fonctionne et serve à un niveau régional, acquérant par crowdfunding jusqu'aux défibrillateurs et autres équipements chirurgicaux. Ils ont un réel besoin d'équipements de ce genre car les activistes se font kidnapper des hôpitaux officiels [anglais] par les forces de police, les protestataires préfèrent donc ne pas s'y montrer.

Le riche terroriste

Il n'y a pas longtemps, le maintenant ex-Premier Ministre Mykola Azarov avait fait une déclaration qualifiant les protestataires d'Euromaïdan de “terroristes”.

Un homme apporte des pneus et de l'essence sur la ligne de front. Dessin d'Oleksandr Komyakhov, avec permission

Dans une histoire racontée par Andriy Priymachenko [anglais], cet homme est sarcastiquement surnommé le “riche terroriste”. Dans sa voiture de luxe, il apporte des pneus aux garçons du “front” entre les protestataires et les Berkout :

22 janvier, vers 23h.

Un tout-terrain blanc Lexus se gare au milieu de la place de l'Europe. Le conducteur, un homme dans la cinquantaine, va à l'arrière de la voiture et recherche parmi les passants des garçons qui vont au front.

- Les gars, un coup de main !

Un groupe de garçons masqués courent aussitôt vers lui. Tous portent un casque sur la tête. Le propriétaire de la Lexus enlève ses coûteux gants de cuir, ouvre le coffre, et décharge des pneus. Les garçons ne posent pas de questions inutiles, prennent les pneus, et commencent à les porter en direction de la ligne de front. Pour finir le conducteur sort du coffre un jerrican vert sombre avec de l'essence.

- C'est aussi pour ça. Vous comprendrez.

Les tireurs des Berkout ont déjà tué plusieurs manifestants [anglais]. Un rideau de fumée émanant de pneus enflammés, érigé par les manifestants d'Euromaïdan, semble y avoir mis fin. Des milliers de pneus, apportés par des milliers de voitures, conduites par des milliers de personnes.

Les autres objets dont Maïdan a constamment besoin arrivent par la même voie : vêtements, nourriture, bois de chauffage, ordinateurs, couvertures, sacs de couchage, casques, masques à gaz, équipements de protection, et même des livres pour la bibliothèque qui a maintenant été montée pour les besoin des manifestants.

firewood

Des femmes apportent du bois de chauffage par le métro. Photo de Lesya Petrunyak, avec permission

La police a récemment coupé les accès aux gros camions qui apportaient du bois de chauffage à Maïdan, mais ces goutelettes que sont les protestataires ont pris le relais, par le métro.

Tante Valya

Une des participantes d'Euromaïdan, Tante Valya. Dessin d'Oleksandr Komyakhov, avec permission

A propos de ces “terroristes”, il y en a apparemment de tous âges – et les policiers ne semblent pas faire de distinction. Sur Twitter, bruce springnote a raconté comment cette manifestante d'un certain âge aurait été malmenée :

Un flic arrête un des terroristes d'Azarov à Dynamo. Cette personne est une vieille dame. Le type aura peut-être une prime

Quand Daryna Chevtchenko a vu le journal télévisé du soir, elle a écrit sur Facebook :

C'est ma voisine tante Valya. Hier soir elle a pris une balle de caoutchouc dans la jambe, mais elle est revenue. Et aujourd'hui, quand les berkouts “tuaient un grand-père de 86 ans”, filmant leur “amusement” et braiements, elle s'est mise à genoux et leur a demandé de cesser ou sinon de la tuer à la place [du vieil homme]. Ce qu'ils ont fait, grâce à Dieu, sans la tuer. Lui ont cogné les côtes avec leurs matraques et se sont remis à braire et très intéressés “Alors ça ne te suffit pas, salope !??” 

L'estropié

gammy

Un des participants d'Euromaïdan, l'estropié. Dessin d'Oleksandr Komyakhov, avec permission

Les gouttes de Maïdan existent dans toutes tailles, variétés et aptitudes physiques.

Des manifestants handicapés ont abandonné leurs béquilles et empoigné des bâtons, et ceux en fauteuils roulants s'occupent à pelleter la neige. Des personnes ayant d'autres handicaps, comme les aveugles qui servent des sandwichs, se rendent aussi utiles au mouvement.

La fourmi

ant

Un des participants d'Euromaïdan, “La fourmi”. Dessin d'Oleksandr Komyakhov, avec permission

La neige est une matière première de valeur. Mise en sacs, portée par de nombreuses mains jusqu'aux barricades, où les sacs sont empilés comme d'émormes briques, puis arrosés d'eau, pour en faire un mur gelé quasi infranchissable.

Le responsable adjoint du bureau de Moscou du Wall Street Journal et correspondant à Maïdan James Marson a tweeté son observation :

Je viens de voir une dame en bottes à talons hauts et manteau de fourrure pelleter de la neige pour les défenses d'euromaïdan. De tout pour faire un monde ici

L'eau cimente les empilements et constitue un mur de quatre à cinq mètres de haut. Maïdan est ainsi entouré d'une muraille défensive, à l'instar d'une cité médiévale, et bien protégé. Le mur empêche les attaques des Berkout qui peuvent survenir à tout moment armés de canons à eau, gaz lacrymogènes, matraques et boucliers.

L'artiste Oleksandr Komyakhov enrichit régulièrement sa collection de portraits de ces gouttes qui forment Euromaïdan. Sa galerie complète de participants d'Euromaïdan peut se voir sur sa page Facebook.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site