Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des photos de cochons censurées en Malaisie

On sait qu'il est interdit aux musulmans de manger du porc mais peuvent-ils regarder des cochons ? 

Un imprimeur de Malaisie pense qu'il est aussi haram pour les musulmans de voir des photos de cochon et a donc également décidé de noircir les groins sur deux photos publiées dans l'édition internationale du New York Times du 22 janvier 2014.

Les photos illustraient un article intitulé “La demande s'accentue pour les porcs élevés en plein air”. 

The controversial 'blacked out' photo that appeared on the Malaysian edition of the New York Times. Photo from website of The Malaysian Insider

La photo “noircie” controversée apparue dans l'édition malaisienne du New York Times. Photo du site internet du Malaysian Insider

Le représentant de la société d'impression KHL Printing Co a déclaré que c'était une pratique courante de couvrir des images “interdites” telle que la nudité, le tabac et les armes à feu dans une nation à majorité musulmane. Mais le gouvernement malaisien a nié l'existence d'une loi interdisant de publier des photos de cochons. Le New York Times n'est pas non plus au courant de la décision de noircir les photos. 

Les Malaisiens ont réagi avec humour mais beaucoup étaient aussi consternés. Anak1malaysia s'inquiète que dans le futur des enfants ne soient pas capables de savoir à quoi ressemble un cochon : 

Je peux présager que dans un futur pas si lointain, les gens voudront savoir à quoi ressemble un cochon. Ce serait dangereux si nos jeunes enfants musulmans se retrouvaient à caresser un petit porcelet parce qu'il ou elle n'en avait jamais vu auparavant dans les manuels scolaires. 

Shawn Tan pense à l'impact négatif de l'auto-censure :

C'est une culture d'auto-censure parce que personne ne veut avoir de problèmes. Principalement les commerces, ils veulent éviter les ennuis. Jouer la sécurité. 

Mediha a rappelé à la société d'impression que ce n'est pas haram de regarder des cochons : 

Ce n'est pas haram de regarder des cochons. C'est seulement haram de les manger et on doit se purifier si on les touche. Quel con ! 

On deviendrait pas un peu trop sensible ? Et après ça ? Le mot cochon ? 

Ce n'est pas la première fois qu'une image était noircie dans un journal. Kilgore a rappelé comment un article sur ‘des manifestations de baisers‘ au Chili avait subi le même caviardage : 

Previously, the New York Times did a story on Chilean students’ ‘kissing protest’. These same people censored the picture by painstakingly pasting black boxes over thousands of students’ mouths as they simultaneously kissed.

Malaysian public saved again. Taxpayers’ money well-spent.

Précédemment, le New York Times avait publié un article sur une manifestation d'étudiants chiliens qui s'embrassaient. Les mêmes personnes ont censuré l'image en collant laborieusement des carrés noirs sur des milliers de bouches d'étudiants en train de s'embrasser en même temps. Le public malaisien est encore une fois sauvé. L'argent du contribuable est dépensé intelligemment. 

1 commentaire

  • […] On sait qu'il est interdit aux musulmans de manger du porc mais peuvent-ils regarder des cochons ? Un imprimeur de Malaisie pense qu'il est aussi haram pour les musulmans de voir des photos de cochon et a donc également décidé de noircir les groins sur deux photos publiées dans l'édition internationale du New York Times du 22 janvier 2014.Les photos illustraient un article intitulé “La demande s'accentue pour les porcs élevés en plein air”.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site