Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La fin du dialogue national va-t-elle apporter la paix au Yémen ?

[Liens en anglais sauf mention contraire] La Conférence nationale du dialogue (NDC) du Yémen arrive à son terme, après s'être prolongée quatre mois de plus que les six prévus. Alors que beaucoup ont félicité le Yémen de cette percée, les Yéménites sont dans l'expectative quant à savoir s'il y aura un vrai changement politique et la fin des violences sur le terrain.

La NDC, qui a achevé ses rencontres le 21 janvier, a commencé le 18 mars 2013 et a été composée de manière à être un processus intégré répondant à une multitude de défis auxquels le Yémen est confronté. La coalition de 565 membres, représentant divers groupes politiques, a achevé 10 mois d'échanges, délibérations et négociations, présentant un éventail de recommandations portant sur divers enjeux, conflits politiques et griefs socio-économiques.

Le dialogue est un élément de l'accord du Conseil de Coopération du Golfe, qui garantissait à l'ancien président Ali Abdullah Saleh l'immunité [fr] en échange du transfert du pouvoir à son vice-président Abdu Rabu Mansour Hadi.

Les observateurs internationaux se sont réjouis pour le Yémen.

L'ambassadeur turc au Yémen, Fazli Corman, présent à la cérémonie de clôture, a publié sur un tweet :

L'ambiance est conviviale dans l'auditoire pour la cérémonie de clôture de la Conférence du dialogue national du Yémen

Nervana Mahmoud, un blogueur et commentateur égyptien, écrivait sur Twitter :

Félicitations ! Le Yémen a fait mieux que les autres RT @AlArabiya_Eng: le Yémen scelle la fin de l'épineux dialogue national

Kenneth Roth, l'administrateur de Human Rights Watch, a aussi écrit sur Twitter :

Dans une région aux espoirs brisés, le Yémen reste une histoire assez positive au moment où le dialogue national s'achève. La prochaine étape est la Constitution.

Le Secrétaire d'Etat britannique aux Affaires étrangères, William Hague, a félicité le Yémen dans son tweet :

Félicitation au Yémen pour la cérémonie de clôture de la Conférence du dialogue national. Sa mise en oeuvre est désormais cruciale. Beaucoup de travail à venir

Pourtant les Yéménites n'étaient pas autant enthousiastes de la fin de la Conférence du dialogue national.

Safa Mubgar, co-fondateur du Groupe Independent Yemen installé à Londres, a écrit sur Twitter :

#Yémen (Dialogue National etc) – l'audace de l'espoir !

Le blogueur Alaa Isam, qui est préoccupé par la violence constante, remarquait :

Triste de l'argent dépensé pour le dialogue national au Yémen, La fin de la #NDCY a répandu l'odeur de la poudre à travers le pays ! #Yémen du Sud

Adam Baron, un journaliste établi au Yémen, ajoutait :

“Le dialogue national du Yémen se termine dans la violence, aucune élection n'est programmée” : mon billet plaçant cette date dans son contexte pour @McClatchyDC.

Baron pointe à bon droit dans son article :

…la conférence visait à fournir un forum collégial pour traiter les griefs de mouvements allant des rebelles houthistes, qui ont été la cible d'une série d'attaques violentes par le gouvernement, aux séparatistes du sud jusqu'aux jeunes mécontents, tout en entreprenant des réformes constitutionnelles et administratives de grande envergure… A l'inverse, c'est devenu un exemple des nombreux conflits du Yémen. Prévu au départ pour durer six mois, son travail a été l'objet de désaccords répétés qui ont conduit à prolonger la conférence. Cependant, la violence a en grande partie continué dans le pays, mettant en évidence la persistance des divergences politiques.

Danya Greenfield, directrice du Centre Rafik Hariri pour le Moyen-Orient, regrette également que tout ne se termine pas bien. Elle écrit dans Atlantic Council :

Malheureusement, l'achèvement du Dialogue en lui-même ne résoudra pas ces conflits, n'améliorera pas les conditions économiques ni n'atténuera la malnutrition. Ce sont les réalités quotidiennes qui empoisonnent la vie de beaucoup de Yéménites, qui s'inquiètent du manque de sécurité et de satisfaction des besoins les plus élémentaires de leurs familles. Ils ne voient pas encore les avantages de la transition politique ou une amélioration de leur qualité de vie… Désormais la pression est sur les responsables du Yémen qui doivent placer les intérêts du pays au premier plan, se saisir de ces intérêts et satisfaire les sollicitations de ceux qui ont avec courage mis leur vie au service du changement il y a trois ans.

Après dix mois mouvementés au Yémen, les Yéménites sont dans l'ensemble ravis que la NDC soit enfin terminée. Comment et quand ses résolutions seront mises en oeuvre est la question, alors que beaucoup de Yéménites attendent cela avec espoir, pas uniquement pour gérer la transition politique mais pour améliorer en profondeur leur vie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site