Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : Le suivi d'une opération de répression de la prostitution révèle une surveillance massive des téléphones mobiles

Le gouvernement chinois a lancé une opération de répression massive contre la prostitution à Dongguan, une plaque tournante de l'industrie du sexe bien connue dans le sud de la Chine.

En plus d'un reportage [en] de la China Central Television (CCTV) sur la corruption dans l'industrie du sexe à Dongguan, le site de microblogging Sina Weibo a suivi et montré, pendant huit heures, sur une carte de la ville de Donguan, un groupe de personnes décrites comme des “prostituées” et leurs “clients” fuyant la répression. Généré par Baidu Qianxi avec les données de Baidu, la carte indique que la plupart des personnes qui fuyaient la répression “se rendaient” à Hong Kong.

Les images du reportage de 8 heures du mouvement de population de Baidu lors de la répression de la prostitution dans la ville de Dongguan ont été publiées sur le site officiel de Sina Weibo. Image via Apple Daily.

Les images retransmises pendant 8 heures de déplacements de  population sur Baidu lors d'une opération de répression de la prostitution dans la ville de Dongguan ont été publiées sur le site officiel de Sina Weibo. Image via Apple Daily.

A l'origine, Baidu Qianxi a été conçu comme un outil de visualisation des déplacements de la population au cours des célébrations de la nouvelle année lunaire. Mais, comme Luo Changping de Letscorp l’a souligné [chinois, zh], le fait que Baidu Qianxi ait pu s'approprier des données sur l'opération de repression contre la prostitution laisse deviner que les autorités utilisent la surveillance de masse pour suivre ces phénomènes, au lieu de ne cibler que les suspects, en violant ainsi la vie privée d'un nombre incalculable de citoyens chinois.

Certains blogueurs comme Lui Xuewen remarquent [zh] ont objecté que la soi-disant “fuite” des personnes représentée sur la carte était très trompeuse car d'autres raisons peuvent motiver les mouvements de population. Au cours d'une journée ordinaire, les flux de population entre les deux villes peuvent même être plus intenses car de nombreuses usines de Dongguan appartiennent à des personnes en provenance de Hong Kong.

L'utilisation de la technologie mobile pour la géolocalisation de cette opération de répression par le service de propagande du parti communiste chinois indique que la police, via Baidu et d'autres développeurs d'applications mobiles, est capable de suivre les téléphones mobiles et donc d'identifier des individus, étant donné qu'en Chine presque tous les numéros mobiles sont liés à la carte d'identité du propriétaire. Devant cette menace, de nombreux internautes de Hong Kong ont déclaré qu'ils prévoyaient de fermer leur téléphone portable lorsqu'ils voyageraient en Chine.

1 commentaire

  • […] Un reportage sur la chaine d'état chinoise, qui a suivi sur une carte les soi-disant déplacements des travailleurs du sexe et de leurs clients, indique que le gouvernement chinois utilise la surveillance de masse en suivant les téléphones mobiles en Chine continentale.Le gouvernement chinois a lancé une opération de répression massive contre la prostitution à Dongguan, une plaque tournante de l'industrie du sexe bien connue dans le sud de la Chine.En plus d'un reportage [en] de la China Central Television (CCTV) sur la corruption dans l'industrie du sexe à Dongguan, le site de microblogging Sina Weibo a suivi et montré, pendant huit heures, sur une carte de la ville de Donguan, un groupe de personnes décrites comme des “prostituées” et leurs “clients” fuyant la répression. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site