Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les services de santé publique de Madrid sous traitent les dons de sang à la Croix Rouge

Convocatoria de la concentración del 8 de febrero. Imagen de la web de la Mesa en Defensa de la Sanidad Pública de Madrid

Convocation à la manifestation du 8 février. Image du site de la Table ronde en défense de la Santé Publique

Le 1er janvier 2014 est entré en vigueur l'accord signé en décembre 2013 entre le gouvernement autonome de la Communauté de Madrid et la Croix Rouge. Celui-ci établissait le transfert de la collecte des dons de sang dans les unités mobiles, une responsabilité qui appartenait jusque là à un organisme public, le centre de transfusion de la Communauté de Madrid.

La Communauté de Madrid (CM) paiera 9,3 millions d'euros par an pour ce service à la Croix Rouge, c'est à dire, 67 € par poche de sang, pour une collecte estimée à 140 000 poches. Il faut ajouter à ce chiffre le matériel, que la région cédera à la Croix Rouge, d'une valeur estimée à 14 millons d'euros, en plus des véhicules utilisés pour les collectes.

Même si les autorités ont  assuré que cet accord n'entrainerait aucune perte d'emploi dans le Centre de transfusion, comme l'explique le journal Publico,

Trabajadores del CTCM encerrados para «paralizar la privatización del servicio». Foto de la web de la Coordinadora Gregorio Marañón

Les travailleurs occupent le Centre de transfusion de la Communauté urbaine de Madrid pour « paralyser la privatisation du service ». Photographie du site de la Coordination, de Gregorio Marañón

Le 1er mars, la Croix Rouge emportera la moitié des unités mobiles dont dispose le Centre de transfusion, dans les rues comme dans les hôpitaux. Il restera huit unités composées d'un médecin, un ou deux infirmiers, d'un auxiliaire de soin, d'un auxiliaire intérimaire et d’ un chauffeur, en plus d'autres départements qui seront aussi touchés. Au total, 130 travailleurs seront licenciés ou mutés.

De nombreux citoyens voient en cet accord une privatisation du service public, car la santé est un service public universel en Espagne : la cession de compétence à un organisme privé -que ce soit une entreprise ou une ONG – n'a pas de sens si la santé publique peut la prendre en charge. Les travailleurs du Centre de transfusion ont occupé les locaux le 3 février,  et une manifestation a eu lieu le 8 du même mois, soutenue par la Table ronde en défense de la santé publique de Madrid et des principaux syndicats. Cette vidéo de HispanTV sur YouTube expose les revendications des travailleurs affectés:

La Croix Rouge espagnole s'est défendue en publiant une note sur son site,  dans laquelle elle explique les termes de l'accord:

Les tarifs des composants sanguins sont fixés par au bulletin officiel de chaque communauté autonome, avec un double objectif : que le sang ne fasse pas l'objet d'un commerce, et que les frais engagés soient récupérés, pour assurer son autofinancement. (…)

(…) Comme la Croix Rouge ne va pas fractionner et distribuer le sang à d'autres centres sanitaires, une estimation de la compensation des frais a été faite pour cette activité, avec pour résultat un coût de 67 euros par poche de sang.

Mais cette explication n'a pas touché ni convaincu les internautes, qui dans leur majorité se sont indignés de la nouvelle mesure des services de santé madrilènes, indignation compréhensible étant donné  le bilan des autorités madrilènes en matière de santé. Juan+Manuel a raconté son expérience sur le site de la “cadena SER” :

Bonjour….Lors d'une de mes visites au bus de don de sang de la Communauté de Madrid, j'ai demandé à une auxiliaire la différence entre donner à la Croix Rouge ou à la Santé madrilène, et sa réponse a été plus ou moins la suivante : la Croix rouge vend le sang à des hôpitaux privés. Comme le sang ne peut pas se vendre, la transaction se fait avec le prix de la poche, et si le sang ne sert pas, on la vend à des entreprises de cosmétiques. Ses propos m'ont interpellé et depuis, j'ai décidé que je donnerai toujours mon sang aux hôpitaux publics. Après avoir lu cette nouvelle, je ne sais pas vraiment où arrivera le sang. C'est pourquoi je veux aussi en tirer profit et je veux que l'on me paye également, sinon je garderai mon sang pour moi. En bref, si je ne donne pas mon sang à l'hôpital, l'autobus de la Croix Rouge peut toujours attendre.

Sur Twitter, le débat s'est concentré autour de hashtags tels que #PorMiSanidadSangro (“je saigne pour mon sang”) et #DonarEsRegalar  (“Donner c'est donner”). SíSePuede (“oui on peut”) et asambleaHTajo appellent à donner seulement aux centres publics de transfusion :

donnez votre sang toujours dans les centres publics et non à la Croix Rouge, qui le vend. Votre solidarité n'est pas leur profit.

Comment peut-on démonter leur projet de vendre notre sang ? En donnant (notre sang) aux hôpitaux publics

Dans le même sens, la Confédération Pirate a tweeté :

Notre sang est CC BY-NC-SA (Licence Créative Common), nous le donnons, mais nous ne voulons pas que l'on fasse du business avec #DonarEsRegalar Donnez seulement aux hôpitaux publics

La Croix Rouge de Madrid est intervenue avec ce tweet:

La Croix Rouge ne tire aucun bénéfice de la collecte de sang. On couvre les frais, sans faire aucun bénéfice

  Ce à quoi MªEugenia a répondu :

Question bête : vous perdiez de l'argent avec les dons, avant ?

et une autre question bête : si on ne collecte pas 14 000 poches, que fait-on avec le reste des 9,5 millions d'euros ?

Protesta por la privatización de las donaciones ante el Centro de Transfusiones de Madrid. Foto publicada en Twitter por Patusalud HIC

Manifestation contre la privatisation des dons devant le Centre de Transfusion de Madrid. Photographie publiée sur Twitter par Patusalud HIC

Nisio, sur le journal Público, a indiqué pourquoi, selon lui, une ONG ne doit pas se charger d'un service public, en rappelant à cette occasion certaines affaires un peu troubles qui ont éclaboussé la Croix Rouge de Madrid :

Les subventions sont une chose et PAYER une ONG en une autre, bien différente (qui choisit et nomme leur semployés ? Quels salaires se repartissent-ils ?) (…) Si c'est pour assumer une mission une mission publique, que l'administration publique elle-même s'en charge.

(…)

Les informations sur un certain Juan Mauel del Toro Rivero peuvent vous intéresser aussi. Juan Manuel Suárez del Toro, président de cette ONG depuis 1994, est bizarrement mis en examen dans l'affaire Bankia, pour être un de ses conseillers.

 

1 commentaire

  • […] Le 1er janvier 2014 est entré en vigueur l'accord signé en décembre 2013 entre le gouvernement autonome de la Communauté de Madrid et la Croix Rouge. Celui-ci établissait le transfert de la collecte des dons de sang dans les unités mobiles, une responsabilité qui appartenait jusque là à un organisme public, le centre de transfusion de la Communauté de Madrid. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site