Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique au quotidien : La vie quotidienne en photos, à travers l'Afrique

“Une collection d'images de la vie quotidienne sur tout le continent, mettant l'accent sur le banal et le familier. En tant que journalistes qui avons vécu ou passé beaucoup de temps sur le continent, nous trouvons que l'extrême n'est pas aussi répandu que le quotidien. -Everyday Africa (Afrique au quotidien), extrait de la page de présentation du projet

L’Afrique au quotidien est un projet élaboré en 2012 par les photographes documentaristes Peter DiCampo et Austin Merrill. Fatigués de voir les photos illustrant l'Afrique représenter toujours la famine, la guerre et la souffrance, ils ont lancé un nouveau projet pour présenter le banal, le quotidien – et la diversité – de la vie sur le continent africain.

J'ai parlé à Peter sur Skype des objectifs du projet.

Laura Morris: La page présentant Everyday Africa, l'Afrique de tous les jours, dit ceci : ‘Comment pouvons-nous identifier les extrêmes sans établir d'abord le normal”. Pouvez-vous m'expliquer cette citation ? 

Peter DiCampo: […] C'est une déclaration qui constate la perspective unidimensionnelle que l'on nous donne de l'Afrique.

Note #1 by Peter DiCampo.

Le premier pas est…
Le premier pas est de voir la dichotomie. L'hôtel de luxe qui surplombe les taudis. Vous pouvez passer d'un camp de réfugiés à un centre commercial en quelques heures. Qu'est-ce qui est normal, qu'est-ce qui est ridicule ? Cela dépend de votre interlocuteur. La deuxième étape sera de faire comprendre qu'il ne s'agit pas du tout d'une dichotomie. Cela dépend aussi de votre interlocuteur. C'est peut-etre aussi tout simplement la vie !

Peter DiCampo: […] Les images sur l'Afrique ne permettent pas de voir les gens comme des personnes. Elles les présentent comme des personnages d'un drame. Ainsi, certains sont-ils des soldats et d'autres des victimes de la famine, d'autres encore des victimes de conflits, mais à aucun moment il n'y a de zone grise, une reconnaissance du fait qu'il s'agit d'êtres humains à tous les points de vue, tout comme le reste d'entre nous, qui ont des espoirs, des besoins de prendre un petit déjeuner,  des enfants, etc. Elles ne montrent pas que les gens que nous voyons habituellement dans ces situations de conflit, dans ces situations extrêmes, sont beaucoup plus que ce que les images laissent croire.

Il y a plein de citations sur, entre guillemets, des gens ‘normaux” qui ne sont jamais tout simplement photographiés, ou ne nous sont jamais présentés, parce que pour nous, seules les situations extrêmes comptent.

Une jeune fille regarde une messe à l'église de Sirigu, Upper East Region, Ghana le 30 Juin 2013. Photo de Peter DiCampo.

Une femme regarde un service religieux dans une église, à Sirigu, région de l'Est, Ghana, 30 juin 2013. Photo Peter diCampo.

LM:  Parlez-moi un peu de la structure de l'organisation. Comment ça marche ?

L'Afrique au quotidien a été réalisé en grande partie l'année dernière, lorsque nous [Austin Merrill et Peter DiCampo] travaillions grâce à une subvention du Centre Pulitzer en Côte-d'Ivoire sur la réalisation un reportage très classique sur la situation post-conflit, et nous avons commencé le tournage avec nos iPhones. Nous avons eu une conversation sur la façon dont l'Afrique que nous connaissions était rarement l'Afrique qui était montrée. l'Afrique que nous deux, journalistes, nous allions montrer. Donc, l'idée a germé à partir de là.

Nous avons réalisé très rapidement en parlant à vos amis et collègues que ces frustrations étaient partagées par d'autres photographes qui vivent sur le continent, ou qui ont une relation de travail cohérente avec le continent. Alors, ils ont demandé à participer ou nous leur avons demandé s'ils aimeraient commencer à publier pour nous, comme les photographes professionnels qui ont rendu célèbre Instagram au début, de sorte que beaucoup de personnes ont sauté sur cette occasion.

Révision à Kakuka, en Ouganda, à la frontière avec la RDC, le 7 juin 2012. Photo de Peter di Campo

Révision à Kakuka, en Ouganda, à la frontière avec la RDC, le 7 juin 2012. Photo de Peter di Campo

LM:  Ces personnes sont-elles principalement des photographes documentaristes ?

PDC: Oui, absolument. Nous avons une forte contribution de photographes africains à ce point.Nous avons quelques [contributeurs] réguliers et d'autres temporaires. Ils sont tous des photographes documentaristes.

Depuis que j'ai publié une adresse email de Afrique au quotidien sur notre compte Instagram, nous avons reçu plusieurs fois par semaine des messages de personnes qui veulent y contribuer. Parfois, il s'agit d'un photographe professionnel qui vit sur le continent qui veut y participer en tant que contributeur, mais parfois c'est juste un mec qui veut me faire parvenir deux photos qu'il a prises avec son iPhone. Nous essayons maintenant de mettre tout ça en ordre. L'idée est de garder une variété de points de vue sur ce que signifie “Afrique au quotidien”, et de reconnaître que nous parlons d'une variété de pays [et] de photographes, professionnels et non.

Coucher de soleil sur le fleuve Zambèze, juste au-dessus des chutes Victoria, à la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie. Mai 2012. Photo par Austin Merrill.

Coucher de soleil sur le fleuve Zambèze, juste au-dessus des chutes Victoria, à la frontière entre le Zimbabwe et la Zambie. Mai 2012. Photo par Austin Merrill.

 

Le projet Afrique au quotidien est en pleine expansion. On crée des programmes éducatifs pour amener des adolescents à les suivre au Centre de documentation du Bronx à New York. Les cours vont encourager ces élèves à comparer les photographies d'actualité sur l'Afrique avec celles du projet Afrique au quotidien, en étudiant le journalisme, la façon de développer des perspectives différentes, et où se trouvent les stéréotypes. Ensuite, les étudiants se rendront dans leurs propres communautés pour les photographier. Le programme sera librement téléchargeable une fois le projet terminé.

Des bateaux de pêche au port de San Pedro, Côte-d'Ivoire. Mars 2012. Photo de Austin Merrill.

Des bateaux de pêche au port de San Pedro, Côte-d'Ivoire. Mars 2012. Photo de Austin Merrill.

Vous pouvez suivre le projet l'Afrique au quotidien sur tumblrinstagram, et twitter @EverydayAfrica.

1 commentaire

  • […] Everyday Africa, l'Afrique au quotidien est un blog collectif qui utilise la photo pour lutter contre les stéréotypes sur l'Afrique. Les photos sont principalement prises avec des téléphones mobiles, qui représentent l'arrivée de la technologie en Afrique. Des programmes de formations pour jeunes sont par ailleurs organisés, pour leur apprendre à décrypter les représentations des personnes et des lieux par les médias.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site